Accueil
Prévention des risques
Action syndicale
Les collectifs :
Résister c'est créer
Travail Culture Syndicalisme
Mixité, Egalité Hommes
Femmes
Bibliographie
Les formations
Les liens
Fonction Publique Territoriale
Les rendez-vous du site
Contact












Violence, Harcèlement, Organisation du Travail 
  
SOURCE CGT


RECHERCHE CGT/CERTOP : OUTILLER LES REPRÉSENTANTS SYNDICAUX AU CHS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE : MÉTHODE D'ANALYSE DES MALAISES DANS L'ORGANISATION ET FORMATION FONDÉES SUR LA NOTION DE RISQUES SOCIO-ORGANISATIONNELS   
   

L’organisation syndicale commanditaire est la Confédération générale du travail. Le responsable initial syndical de la recherche était Serge Dufour.
Cette recherche a été pilotée pour la fédération CGT des services publics par Philippe Bouvier.
Objet de la recherche
Cette recherche s’est déroulée du 1er septembre 2008 au 31 octobre 2009. Elle part du constat que ce soit en entreprise ou au sein des collectivités territoriales, les travaux du Centre d’étude et de recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP) mettent tous en évidence l’existence de malaises au travail : il s’agit là d’une sensation de pression temporelle et de pénibilité, de conflictualité dormante et de difficulté de faire reconnaître son métier, qui engendre de l’insatisfaction, de l’inquiétude et du mécontentement. Le malaise altère notre santé sans que l’on puisse identifier une cause unique et s’en défaire aisément. Il interroge la place de l’individu dans les services, l’organisation de leur travail et le travail réalisé. Le présent projet a pour objet : l’approfondissement de l’analyse de ces malaises tels qu’ils se manifestent chez les personnes qui travaillent ; l’analyse des freins et des moteurs qui agissent sur la gestion de ces malaises au sein des comités Hygiène et sécurité (CHS) de la fonction publique territoriale (FPT). Faisant suite à un 1er travail, il a une visée plus pratique : c’est avant tout une recherche-action destinée à « outiller » les membres des CHS.
Hypothèses, méthodes, moyens
Notre hypothèse est que la prise en compte de la santé au travail est liée à la maîtrise de deux obstacles : le premier obstacle est lié à la qualification des malaises, le second à la diversité d’interprétations de ces malaises. D’une part, les malaises au travail prennent des formes diffuses, s’expriment de manière différée, sont
parfois banalisés, se combinent avec d’autres difficultés de vie, et d’autre part, les raisons du mal-vivre au travail se sont déplacées vers l’amont et diversifiées au point d’être difficiles à saisir, de requérir des compétences souvent distribuées, mais rarement mises en commun. Les choix d’organisation et les modes de management réduisent de plus en plus les prérogatives des salariés et la rationalisation des moyens oriente les comportements professionnels vers des objectifs de performance. Enfin, les membres du CHS se trouvent confrontés à des difficultés d’articulation de leur « mission » au regard de la réalité qui souvent dépasse leurs attributions. Concrètement, le projet s’appuiera sur la construction d’un partenariat avec des élus Cgt des CHS de la FPT et la constitution d’un (ou de) groupe(s) de travail dit « recherche-action ». Il s’attachera à élaborer : un référentiel de formation, une grille méthodologique pour l’analyse en situation et à réaliser la formation du (ou des) groupe(s) de travail, sur un site ou deux (1er « livrable »). Il approfondira l’analyse des malaises au travail et établira des repères pour l’action des membres du CHS (2e et 3e « livrables »).
Gilbert de TERSSAC, Xavier ALBANEL, Irène GAILLARD - Rapport final - janvier 2010
CERTOP – Maison de la Recherche Université de Toulouse-Le Mirail - 5, Allées Antonio Machado - 31058 Toulouse cedex
Fédération CGT des services publics - 263 rue de Paris - Case 547 - 93515 Montreuil cedex

 RENCONTRES SANTÉ 2010 : BIEN - ÊTRE ET SANTÉ AU TRAVAIL     
  • Discours d’ouverture de Gilles ROUSSAUX, président de l’Union des Mutuelles de France Haute-Savoie.
• La santé au travail : quels enjeux de santé publique ? Dr Omar BRIXI, médecin de santé publique, membre du conseil scientifique du fonds de prévention.
• Qu’est-ce que le travail ? - Qu’est-ce que la santé ? Quels enjeux pour les salariés ?Serge DUFOUR intervenant en prévention des risques professionnels.
• État des lieux de la santé des territoriaux. Nadim FARES, coordinateur du Fonds de prévention de la caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales .
• L’insaisissable mal-être au travail dans la fonction publique territoriale. Gilbert DE TERSSAC, directeur de recherche du Centre d’étude et de recherche Travail, Organisation, Pouvoir
(CERTOP) – CNRS – Toulouse II.
• Table ronde /débat interactif avec Philippe DAVEZIES, enseignant-chercheur en médecine et santé au travail,Université Claude Bernard Lyon I ; Philippe BOUVIER, membre du collectif Santé au travail CGT ; Serge DUFOUR ; Antoine FATIGA syndicaliste CGT cheminots ; Gilbert DE TERSSAC ; Dr Brigitte FONT-LE-BRET, psychiatre, spécialisée dans l’accueil des salariés en souffrance, membre de l’observatoire du stress et des mobilités forcées de France Télécom.
• Discours de clôture de Jean TARDY, président de l’Union des Mutuelles de France Savoie.
• Journée animée par le journaliste Dominique DURAND.
4 mai 2010 - Centre des congrès - AIX-LES-BAINS

 LES SYNDICATS FACE AUX MALAISES AU TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE
     QUELLE PLACE POUR LE CHS ? ÉTUDES DE CAS    


Un projet de recherche dans le domaine de la santé au travail : se donner les moyens de comprendre pour agir (présentation du projet)
Faisant suite au 8ème Congrès Fédéral (Perpignan, 8-11 mars 2005) durant lequel vous avez manifesté un vif intérêt pour les questions relatives à la santé au travail dans la Fonction Publique Territoriale, le Collectif « Santé Travail et Action Revendicative » de la Fédération des Services Publics est à l’initiative, en étroite collaboration avec l’IRES, d’une recherche permettant de dresser un état des lieux des malaises au travail dans la FPT, de faire le point sur les enjeux de santé et de proposer des pistes pour l’action syndicale, notamment au niveau des CHS. Plus précisément, l’équipe de sociologues toulousains en charge de cette recherche (laboratoire CERTOP du CNRS), postule le rôle incontournable et irremplaçable des CHS et de ses membres dans la construction de la santé au travail. Cette recherche – qui débutera officiellement en septembre 2006 pour une durée d’un an – repose sur l’observation des difficultés rencontrées par les membres des CHS pour qualifier et pour améliorer la santé au travail. En effet, ces membres font un travail qui sera analysé en tant qu’activité de « qualification des malaises au travail » que vivent les salariés et activité « d’amélioration de la santé au travail ». Notons que la difficulté et la complexité de ses activités nécessitent une clarification de leurs conditions d’exercice. La recherche se donne comme objectif d’une part, d’analyser et de confronter les pratiques des membres des CHS avec la réalité des malaises vécus par les salariés de la FPT ; et d’autre part, de déduire de cette analyse des repères visant l’amélioration de l’outil CHS, dont on considère qu’il pourrait contribuer plus efficacement à l’amélioration de la santé au travail. Plusieurs sites de la région Midi-Pyrénées sont actuellement à l’étude. Cette recherche fera l’objet d’un rapport dont les principaux résultats seront publiés. Les membres du Collectif ne doutent pas un instant que les connaissances qui seront tirées de cette étude serviront à renforcer l’action syndicale et plus généralement à mieux prendre en compte la santé des salariés au travail. Philippe BOUVIER et Christophe ROGER - Collectif « Santé Travail et Action Revendicative » Fédération des Services Publics CGT - 16/03/2006

Cette étude a été réalisée dans le cadre de la convention d’études (projet n°4 de 2006) conclue entre l’Institut de recherches économiques et sociales (Ires) « au service des organisations syndicales représentatives des travailleurs » et la Confédération générale du travail (Cgt). Cette étude est conduite sous la responsabilité scientifique de Gilbert DE TERSSAC (directeur de recherche au CNRS, CERTOP), avec Michel CATLLA (docteur en sociologie, CERTOP & Printemps) et Xavier ALBANEL (docteur en sociologie, CERTOP). Elle se déroule au sein du laboratoire de recherche de l’Université de Toulouse le Mirail : le CERTOP (Centre d’Etude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir).
Rapport final février 2008

 MALAISES ORGANISATIONNELS : PLACE, PLAINTE ET PENTE DANGEREUSE       
Quand les choix ou les décisions d’organisation sont imposés sans aucun dialogue, quand le débat sur les orientations du service est étouffé, quand la hiérarchie avance des valeurs qu’elle ne respecte pas, quand les règles sont sans cesses contredites par des applications discutables, on a à faire une organisation blessante. Quand l’individu ne peut plus faire son travail correctement ni rendre le service que le public attend, quand sa place est remise en cause du fait de réorganisations sans qu’il ait pu se préparer à changer, quand il ne peux plus communiquer avec sa hiérarchie pour faire reconnaître son travail, quand ses repères s’en vont du fait de la remise en cause des collectifs, alors on a à faire à des blessures organisationnelles. Le malaise organisationnel est le produit de la rencontre entre l’organisation blessante qui entoure les activités et les blessures organisationnelles que présente le sujet. C’est ce qui ressort de deux ans de recherche dans la fonction publique territoriale.
Gilbert DE TERSSAC - Sociologue, directeur de recherches au CERTOP-CNRS - UMR 5044 du CNRS,Université Toulouse 2 - Sous presse, Nouvelle Revue du Travail N°3, Septembre 2013

RECHERCHE - ACTION "PRÉVENIR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX DANS L'INDUSTRIE AUTOMOBILE :       
     ÉLABORATION D'UNE MÉTHODE D'ACTION SYNDICALE"

L’expérience est encore rare et mériterait assurément de faire école : deux années durant, un groupe d’une trentaine de syndicalistes des usines Renault et quatre chercheurs en ergonomie et en médecine et santé au travail ont ausculté ensemble le travail tel qu’il se fait, tel qu’il est vécu, tel qu’il apporte fierté et/ou souffrance dans les bureaux et les ateliers du groupe industriel.On ne trouvera donc pas ici de recette magique, mais une expérience stimulante et riche d’enseignements, portant bien au-delà du périmètre de Renault.
Un projet original mené avec une équipe de scientifiques : les ergonomes Karine Chassaing, François Daniellou et Jacques Duraffourg, ainsi que Philippe Davezies, enseignant-chercheur en médecine du travail.
LA CGT - IRES - ÉMERGENCES

LE TRAVAIL À L'ÉPREUVE DU MANAGEMENT - Comprendre et dire Pour agir       
Organisé par le syndicat CGT des Agents du Département du Morbihan, ce colloque a réuni 180 travailleurs/euses : actifs, privés d'emploi, retraités, syndiqués à la CGT ou pas.
L'initiative s'inscrit dans le cadre d'une démarche syndicale de longue haleine, sur la question du travail. Elle a été précédée par une journée d’études intitulée « Sens du travail,à nous d’en décider…. » Elle sera suivie d'un autre moment consacré, lui, à l'élaborationd'une stratégie syndicale destinée à remettre la main sur le travail (novembre 2017).
L’Union Départementale CGT, la CGT Ferc, et la Confédération CGT ont été associées à l’organisation de la journée.
Comprendre et dire, pour agir" sont les trois leviers de la démarche initiée par le syndicat initiée par le syndicat CGT des Agents du Département.
L’objectif de cette journée du 28 mars était donc de donner des outils pour comprendre les mécanismes du management, ouvrir la parole sur ces questions, et commencer à socialiser
les pratiques « clandestines » des travailleurs qui résistent au management pour continuer à bien faire leur métier.
Intervenants :
Cyril CORBIN, secrétaire général du syndicat CGT des agents du Département du Morbihan - Jean Claude PICAVET, chercheur sociologue du travail - Vincent DE GAULEJAC, professeur émérite Paris 7,sociologue - Dominique HUEZ, médecin du travail CGT - Les travailleurs.ses de différents secteurs professionnels du Morbihan - Tony FRAQUELLI, Confédération CGT, activité travail - Françoise LIGNIER, FERC CGT OFCT, activité travail
Colloque - Lorient - Le 28 mars 2017

SANTÉ DES AGENTS : AGIR POUR TRANSFORMER LE TRAVAIL       
La fédération CGT des services publics a fait de l’amélioration des conditions et de la santé au travail un des enjeux majeurs de son processus revendicatif. Un service public de qualité pour tous les usagers des compétences territoriales ne peut être effectif que lorsque les politiques mises en œuvre sont à la hauteur des enjeux. Les moyens humains et les conditions de travail font partie des paramètres essentiels à l’efficience d’un service public de qualité. Un panel large de facteurs allant de la pénibilité au manque d’effectif affecte trop souvent la santé des agents. Les missions pénibles et physiques usent le corps et le mental, la campagne fédérale «fiers d’être fonctionnaire» témoigne ainsi de certaines situations. Les gouvernements successifs ont mené une politique qui ne vise pas à faire de la prévention de ces situations. Pourtant, créer les conditions favorables à la santé n’est pas un coût mais bien un investissement à long terme.
Le Guide - N° 862 12/2017 - Fédération CGT des personnels actifs et retraités des Services publics

COMBATTRE LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES - Outils pour l'action syndicale     
Malgré des avancées sur les droits des femmes, on observe des inégalités persistantes entre les femmes et les hommes au travail comme dans la vie. Les violences contre les femmes sont au cœur de ces inégalités et des processus de domination. Elles prennent de multiples formes : psychologiques, verbales, économiques, physiques ou sexuelles. Les violences sont sous-évaluées car celles-ci sont sous-déclarées. Peu de femmes en effet portent plainte. C’est pourtant une réalité massive : une femme sur 10 en est victime chaque année, une sur 3 au cours de sa vie. Au travail, dans les transports ou à la CGT, les femmes ont toutes des anecdotes personnelles sur le sexisme. Entre propos grave
leux, attouchements dans les transports publics et meurtre, les degrés de gravité sont divers mais tous ces actes relèvent du même système de domination, d’emprise, de violence, et le passage d’un niveau à l’autre peut se faire graduellement, dans ce que l’on nomme un « continuum ». C’est un phénomène social grave qui reste tabou et autour duquel il y a un enjeu sociétal.
Construire une société égalitaire suppose d’agir aussi bien contre les inégalités au travail que pour faire cesser les violences. Comme c’est indiqué dans ses statuts, la CGT lutte contre tout système de domination et contre toutes les discriminations.
LA CGT - Femmes mixité

COMMENT FAIRE ? GUIDE DE LA DÉMARCHE REVENDICATIVE À PARTIR DU TRAVAIL       
La CGT, lors du 50e congrès, a décidé de construire une démarche revendicative ancrée dans le travail réel et donc plus efficace puisque élaborée avec les salariés.
Deux ans après, cette démarche porte ses fruits dans nombre de syndicats mais il y a encore besoin de les aider et surtout de généraliser cette démarche. Bref, comme l’a dit Philippe Martinez, il faut changer de braquet.Ce guide a été élaboré pour vous aider. La commission confédérale « Travail-Santé » est à votre disposition pour organiser des journées d’étude afin de mieux impulser vos actions.
Éditions CGT 2016

TRAVAIL : L’ÉVALUATION EN QUESTION        
Pour les salariés, évalués comme évaluateurs, l’entretien d’évaluation ne peut-il pas être un des moyens de reprendre en main le travail, de le re-situer dans sa dimension collective ? Dans sa conception
actuelle, l’entretien définit de nouvelles règles dans l’évolution promotionnelle, l’attribution des rémunérations périphériques, l’accès à la formation et la gestion de son avenir professionnel, mais cela
sans réel débat et sans contrôle social. L’entretien d’évaluation devrait être, pourrait être, un moment privilégié pour parler du travail, de son organisation,de sa qualité, du rôle du collectif pour le mener à bien. Il existe donc un espace de transformation à investir. L’objectif de cette table ronde autour de trois invités, est d’apporter des éclairages diversifiés sur ce qui se joue sur la question du travail et de son évaluation. Nous avons souhaité inviter des personnalités d’horizons divers de sorte que la controverse puisse avoir lieu, en toute courtoisie, bien sûr.
Colloque organisé par l’Ufict CGT mines énergie le 26 janvier 2012 au siège de la CGT à Montreuil. Etaient invités : Philippe Davezies, enseignant chercheur en Médecine et Santé duTravail à l’Université Claude Bernard à Lyon ; Vincent Gailhaguet, délégué Emploi et Développement RH à GrDF ; Marc Arthur Diaye, conseiller scientifique auprès du Centre d’analyse stratégique et chercheur à l’Université d’Evry et Fabien Gache, coordinateur CGT Renault.

TRANSFORMATION & ÉMANCIPATION DU TRAVAIL :       
Remettre le travail au cœur des discussions - Les femmes au cœur des évolutions - Vers une gestion individualisée de la souffrance - des salariés à retrouver

Une soixantaine de syndicalistes et de chercheurs ont participé, les 3 et 4 juillet 2008, à une réflexion collective sur le thème des transformations et de l’émancipation du travail, articulant témoignages et
analyses de ce que vivent aujourd’hui les salariés, et réflexions sur les transformations porteuses d’émancipation. Ce temps fort s’inscrit dans une démarche plus large de la CGT : il s’agit, au travers
du dialogue entre syndicalistes et chercheurs, de nourrir une démarche syndicale renouvelée et de donner ainsi des outils au monde du travail pour qu’il reprenne l’initiative.
Premières journées CGT de la recherche Gif-sur-Yvette, 3 et 4 juillet 2008

TRANSFORMER LE TRAVAIL       
Le 27 mars 2014, une journée de témoignages et de travail était organisée au siège de la confédération sur le thème : « Transformer le travail ». Ce n’est pas la première fois que la CGT aborde ce thème, Alain Alphon- Layre déroule l’historique de la démarche de la CGT sur la question du travail et l’objectif que s’est donné la CGT de le transformer. La NVO avait édité en 2005 un numéro Théma
sur le sujet. L’heure était venue d’entendre les témoignages des syndicats qui s’étaient attelés au problème. La journée fut passionnante. Une diversité d’expériences qui ont révélé le souci de traiter les questions liées au travail au plus près du vécu des salariés. Ce qui, parfois, constituait une approche nouvelle pour les syndicats. Pour les salariés aussi, plus préoccupés, et cela peut parfaitement se comprendre, de leur salaire et de leur conditions de travail dégradées. Mais la dynamique est lancée dans nombre d’entreprises et les résultats sont tout à la fois étonnants et encourageants. Il s’agit maintenant de multiplier les initiatives. Ce numéro du Peuple, illustré par des reportages photographiques sur les situations de travail, veut y contribuer.
LE PEUPLE - Organe officiel de la CGT - Bimestriel N° 1718 - mai 2014

 LE JOURNAL DES ÉLUS CGT - UGICT-CGT, REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT DE LA VILLE DE VÉNISSIEUX

 Y’EN A MARRE DU MÉPRIS DE LA DIRECTION GÉNÉRALE RAS LE BOL DES "COUPS DE BATONS" SANS CESSE ASSÉNÉS     
CGT - UGICT - CGT Ville de Vénissieux, le 9 mars 2006 

 " POUR UN BON SERVICE PUBLIC, DES SALARIÉS RECONNUS ET MOTIVÉS ? "    
Le 2 mars s’est tenue une AG initiée par les élus CGT du CHS avec la participation de Serge DUFOUR, responsable confédéral de la CGT,chargé des questions du " travail et de leurs conséquences sur la santé des travailleurs" et Jean Pierre CHAPUIS, président de la MFCTR sur la thématique : " pour un bon service public, des salariés reconnus et motivés".
CGT ville de vénissieux - Compte rendu de l'assemblée générale du 2 mars 2006.

 LA GESTION DESTABILISANTE DU PERSONNEL ASSEZ !      
Depuis de nombreux mois, voire d’années, les syndicats CGT et UGICT-CGT dénoncent le mépris et l’autoritarisme dont fait preuve la Direction de la Ville envers les organisations syndicales, les organismes paritaires et le personnel.
CGT - UGICT - CGT Ville de Vénissieux, le 11 Avril 2006

 TRACT CGT : SANTÉ ET TRAVAIL A L'ATTENTION DU MAIRE DE VENISSIEUX     
Déclaration de la CGT et de L'UGICT-CGT à monsieur le maire,dans le cadre de la rencontre avec le directeur général des services.
Le 28 septembre 2007

 QUAND LE TRAVAIL VA MAL, LE PIRE PEUT ARRIVER...    
 CFDT et CGT Réseau ANACT - 16 juillet 2004

  MANAGEMENT : LA MONTÉE DES RISQUES   
Quels sont aujourd’hui le rôle et la place du management dans la fonction publique territoriale ? Réponses avec Daniel VIDELO, président de l’association rh Ile-de-France - Propos recueillis par Christine LABBE - UFICT - Fédération des services publics CGT  

 RAPPORTS AU TRAVAIL ET PRATIQUES MILITANTES     
 Michel VAKALOULIS  - Intervention au congrès de l’UGICT-CGT à Marseille, 28 mars 2007
"Génération militante", les ressorts de l’engagement chez les jeunes diplômés un blog édité par l’UGICT-CGT

 RECONNAISSANCE ET NON-RECONNAISSANCE AU TRAVAIL    
Emmanuel RENAULT est maître de conférences en philosophie à l’École normale supérieure de lettres et sciences humaines de Lyon 
"Génération militante", les ressorts de l’engagement chez les jeunes diplômés un blog édité par l’UGICT-CGT

ÉTATS GÉNÉRAUX DE L'ENCADREMENT : GARANTIES COLLECTIVES, TRAVAUX PRATIQUES POUR UN DROIT
Comment permettre aux salariés de peser sur les choix stratégiques et de gestion des entreprises ? 
Une question au coeur du débat sur les droits nouveaux. 
Christine LABBE - Options - 412 - juillet 2001

 SOUFFRANCE AU TRAVAIL : SORTIR DE L'OMBRE    
Les colectivités locales ont procédé à de nombreuses réorganisations depuis le début des années 2000 avec à la clé une intensification du travail et une augmentation des souffrances. Des expériences syndicales se multiplient pour contrecarrer cette tendance, négocier de nouvelles organisations et proposer
un mode de management alternatif.
Olivier VILAIN - Publics N° 55 Octobre 2007 Fédération CGT des services publics territoriaux
Le journal de l’Ufict-CGT Union fédérale des ingénieurs, cadres, techniciens et agents de maîtrise

 STRESS : LE CHSCT OUTIL DES SALARIÉS    
Le mur du silence sur la souffrance de nombreux salariés et ses conséquences parfois irréversibles s’est fissuré et a ouvert la voie à un large débat dans le pays. Conscients (souvent depuis longtemps) de l’étendue du mal-être et des difficultés à changer rapidement et en profondeur les relations et conditions de 
travail, les syndicats, les représentants des salariés doivent aujourd’hui travailler à des propositions concrètes à mettre en débat avec les salariés.
La lettre de L'UFICT  N°112 - CGT - fédération de la metallurgie - Mars 2008

CRISE,PROJET SYNDICAL ET ALTER MANAGEMENT     
Un entretien avec Marie-Jo KOTLICKI (UGICT-CGT) par Michel VAKALOULIS le 6 septembre 2010

 CENTRALITÉ DU TRAVAIL ET TRAVAIL SYNDICAL    
Ce texte est l’état d’une réflexion à un moment donné, d’opinions écrites pour pouvoir être confrontées.
Cette contribution s’appuie sur une expérience douloureuse : Mon épouse a tenté de mettre fin à ses jours le 25 septembre dernier par intoxication médicamenteuse volontaire sur son lieu de travail. C’est ce qui a déclenché la décision d’écrire ce texte. Cet événement m’a remis en mémoire une expérience personnelle : à l’occasion d’une mutation technologique générale de l’entreprise où j’étais élu, j’ai piloté un ensemble d’activités culturelles du comité d’entreprise qui, sous prétexte de conserver la mémoire des sites que nous quittions, interrogeait l’ensemble des salariés sur le sens du travail au moment où il allait être profondément modifié. Comme cela a été le cas après toutes les expériences de ce type dans les années 80, les animateurs de cette activité ont tous été laminés.
Gilles BOITTE est cadre à l’imprimerie du Monde, où il a été élu au Comité d’entreprise (UFICT- CGT) pendant dix ans. Le texte présenté ici est celui de la contribution qu’il a apportée au forum « Travail et syndicalisme : Changer le travail, changer la vie » organisé par l’Institut de recherches de la FSU à Paris, les 22 et 23 janvier 2008.

 SYNDICALISME SPÉCIFIQUE A L'ÉPREUVE DU MANAGEMENT    
Des cadres A et B et des agents de maîtrise qui ne se retrouvent pas dans le management actuel, qui contestent la « culture d’entreprise » dans les collectivités et les mises en concurrence, qui veulent prendre leur place dans le combat syndical… De tout cela il fut question au Conseil national de l’UFICT-CGT, les 8 et 9 novembre derniers. 
Gilbert MAYER - Publics - N° 56 Octobre 2007-  Le journal de l’Ufict-Cgt Union fédérale des ingénieurs, cadres, techniciens et agents de maîtrise
Fédération CGT des services publics territoriaux

UNE CHARTE POUR L’ENCADREMENT, DES DROITS POUR UN NOUVEAU RÔLE CONTRIBUTIF DE L’ENCADREMENT     
Être cadre aujourd’hui, consiste de plus en plus, à être le porteur et le garant de l’idéologie patronale, à jouer le rôle que les directions d’entreprises tentent de nous imposer, à nous sentir responsable et sans condition, de la mise en oeuvre de directives imposées. Nous sommes supposés laisser au vestiaire nos convictions profondes, notre liberté de pensée et d’opinion, nos droits citoyens les plus fondamentaux.Au fur et à mesure que les conditions sont créées pour précariser la situation des cadres, l’exigence d’adhésion à la politique de l’entreprise est plus forte. De même que le patronat pousse pour que le contrat de travail passe d’une mise à disposition de moyens pendant un temps donné, à une obligation de résultats quasi
permanente, le glissement s’opère : nous devrions non seulement engager notre savoir-faire au service de l’entreprise mais également « un savoir-être » prédéfini par une charte « éthique » ou un « code de bonne conduite ». Quelle est cette « éthique » qui vise à priver l’individu de son libre arbitre pour le transformer en exécutant sans aucun droit statutaire ?.Nous nous reconnaissons comme des salariés, au même titre que les autres. Mais nos fonctions, nos niveaux de responsabilités, notre technicité et notre rôle dans l’organisation du travail nous confèrent une spécificité. La CGT des cadres et des technicien-ne-s propose un statut de l’encadrement assurant à chacun des droits et libertés garantis collectivement et le plein exercice de ses responsabilités sociales. C’est l’objet de cette charte de l’encadrement.
LA CGT DES CADRES ET TECHNICIEN-NE-S - Octobre 2009

 HARCÈLEMENT MORAL : COMMENT LE COMBATTRE ?    
Expériences syndicales dans les collectivités, terrains favorables au développement de ces pratiques insidieuses, en lien avec l’organisation du travail et les méthodes de management. Où les cadres peuvent être présumés harceleurs mais aussi harcelés.
Christine LABBE - UFICT - Fédération des services publics CGT - Mai 2006

 LE TRAVAIL ET L'EMPLOI DANS UN MÊME MOUVEMENT   
Quand l’entreprise peut sans difficultés supprimer l’emploi, c’est qu’il est déjà malade. Dans l’emploi malade, c’est le travail qui est malade. Et quand la santé des salariés est atteinte du fait de leur travail, ils ont beaucoup moins de raisons de se battre pour garder leur emploi. Qu’est-ce qui fait donc déjà souffrir avant même la perte de son emploi mais qui va aussi faciliter la décision d’une restructuration ? Comment s’établissent les relations entre travail, emploi et santé ? L’organisation du travail découle de décisions basées sur l’utilisation de ratios construits pour minorer la place du travail et réduire l’emploi . Ainsi conçue, elle déstabilise 2 piliers du travail : le métier et le collectif.
Jean-François PERRAUD - Collectif confédéral Travail-Santé - Janvier 2006

 POURQUOI S'EMPARER DE LA NOTION DE COMPÉTENCE (S) ?   
Les DRH utilisent la notion de compétence contre les systèmes de classification existants. Mais pour les travailleurs des secteurs tant public que privé, 
les compétences constituent une notion plutôt valorisante et qui, à de nombreux égards, est devenue incontournable.
Analyses et documents économiques - N° 98 - Février 2005

 ENCADREMENT : LA RESPONSABILITÉ EN DÉBAT   
A l’occasion de son 6e Congrès, l’Ufict-Cgt des services publics a organisé une table ronde sur la responsabilité sociale des cadres dans la fonction publique territoriale. Expériences et… interrogations. 
Christine LABBE - Options N° 499 - 5 décembre 2005

 PROFESSIONNELLEMENT ENGAGÉ-E-S : NOUS VOULONS ETRE SOCIALEMENT RESPONSABLES   
Soucieux de l’exercice de nos responsabilités, nous vivons mal les évolutions en cours dans nos entreprises qu’elles soient privées ou publiques. La logique purement financière prend le dessus. Chez nombre de cadres se développe le sentiment que leurs compétences sont dévoyées pour être mises au service de stratégies d’entreprise décidées en dehors d’eux. Cela percute notre volonté de donner un sens au travail, de développer une éthique professionnelle et une vision de l’entreprise non déconnectée de la société, intégrant des finalités sociales et environnementales.
UGICT-CGT - Montreuil, mai 2004

 LE DROIT DE DIRE " NON "   
Le salarié est avant tout une personne. Il met à la disposition de l’employeur sa force de travail, mais pas sa personne. Il est en droit d’exprimer son désaccord, et même de refuser d’exécuter une directive, dans certaines conditions. Un droit nouveau est en voie de reconnaissance. 
Michel CHAPUIS - Options n°454 - 15 septembre 2003

 ENTREPRISES : PAS DE RESPONSABILITÉ SANS CONTROLE   
La responsabilité de l’entreprise ne cesse d’être mise à l’ordre du jour. Par l’actualité sociale, écologique, par les enjeux de développement. Et si elle constituait un enjeu à part entière pour le mouvement syndical ? Entretien autour d’un livre avec Michèle DESCOLONGES et Bernard SAINCY. 
Louis SALLAY - Options n°469 - 10 mai 2004

 INGENIEURS - CADRES : SORTIR DU PORTE - À - FAUX   
Le cadre encadrant est de plus en plus confronté à des injonctions contradictoires qui le "poussent à la faute" ou à l’autoritarisme. Vécu sur un mode individuel, le problème a une indéniable dimension collective. Comment lui faire jour ?.
Gilbert MARTIN - Options n°469 - 10 mai 2004

 MANAGEMENT : CÔTÉ PILE , CÔTÉ FACE   
Projets de services, conduite de projets, centres de responsabilités… qu’elles soient nommées comme telles ou regroupées sous le vocable de « ressources humaines », les pratiques « managériales » sont en plein essor dans les collectivités. Que recouvrent-elles et dans quels buts sont-elles mises en oeuvre ? Réponses croisées entre Dominique RAQUIN, chef du service prévision budgétaire à la communauté urbaine de Lyon, Maurice GUENZi, Drh de la ville d’Ivry-sur-Seine, Nadine DACHEUX, responsable d’unité à l’état civil de la ville d’Amiens et Patricia RETAILLEAU, directrice territoriale,chef du service action associative à la ville de Nantes. 
Propos recueillis par Christine LABBE - UFICT - Fédération des services publics CGT 

JOURNÉE D'ÉTUDE SUR LES RISQUES ORGANISATIONNELS      
Environ 130 personnes ont pris part à la journée d’étude qui s’est tenue au siège de la CGT à Montreuil à l’initiative de la Fédération des Travailleurs de la Métallurgie CGT. Les participants se sont notamment penchés sur l’accroissement des risques pour la santé inhérent aux organisations du travail de type « Lean ».
Fédération des travailleurs de la métallurgie CGT

 LE MANAGEMENT ENTRE REJET ET ATTENTE D’ALTERNATIVES : QU’EST - IL EN TRAIN DE SE PASSER DANS LES ENTREPRISES ?
Wilfrid ROUX-MARCHAND - Conférence départementale UGICT - CGT du Rhône - 15 mars 2005  

 POUR UNE POLITIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE A PARTIR DE L'INTERVENTION DES SALARIÉS SUR LE TRAVAIL
 Espace Revendicatif - Activité Santé au travail     
   
 COMMENT AGIR CONTRE LE HARCÈLEMENT SEXUEL AU TRAVAIL ?     
 Femmes - mixite - CGT 44

 HARCÈLEMENT SEXUEL : LA LUTTE PROGRESSE A L'ECHELLE EUROPÉENNE    
Des outils legislatifs européens ont permis de faire avancer la lutte contre le harcèlement sexuel.Mais si les lois sont nécessaires il est important de développer l'information et de faire de la lutte contre les violences sexuelles au travail un combat prioritaire.
Melanie MERMOZ - NVO - 6 octobre 2006

 POURQUOI TANT DE SOUFFRANCES AU TRAVAIL ?   
Le poids des conditions de travail joue un rôle déterminant dans la qualité de la santé mentale des salariés. Trop longtemps ignoré cet aspect de la santé est aujourd’hui un enjeu d’avenir pour la vie au et hors travail.
Elyane BRESSOL - Analyses et documents économiques - n° 97 - novembre 2004

 SANTÉ ET SATISFACTION AU TRAVAIL DES SOIGNANTS     
 CGT - Fédération de la santé et de l'action sociale - septembre 2005

 SOUFFRANCE AU TRAVAIL : CGT TERRITORIAUX DE DRANCY    
 la CGT demande trois enquêtes administratives...

 SUR LE CNPE, LE TRAVAIL PERMET-IL ENCORE DE " FAIRE FACE " ??...    
 Tract syndicat CGT centrale de Chinon

 UN LIEN DIRECT ET ESSENTIEL ENTRE L'AFFECTION DECLARÉE ET L'ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE     
 Tract syndicat CGT centrale de Chinon

MA SANTÉ AU TRAVAIL ET DANS LA VIE, J'Y TIENS    
 Tract CGT France Télécom 

 LE TRAVAIL C'EST LA SANTÉ, MAIS COMMENT LA CONSERVER ?    
 Dossier du collectif "santé-travail et action revendicative" 
 Fédération des services publics CGT - février 2005

 SANTÉ AU TRAVAIL ET LES QUESTIONS QU'ELLE POSE AU SYNDICALISME
Colloque Droit du travail et luttes sociales du 17 octobre 2002 organisé par l’institut d’histoire sociale. 
Contribution de Jean-François PERRAUD

 ACTION SYNDICALE : DES PISTES POUR LA BRANCHE AT/MP 
 Serge DUFOUR   

LA SOUFFRANCE MENTALE
 Démarche revendicative - Nouvelles solidarités - Travail convergent avec les institutions

 ANALYSE ET ACTION RISQUES PSYCHOSOCIAUX
 Bilbao,  J-C VALETTE

 HARCÈLEMENT ET CITOYENNETÉ AU TRAVAIL
 Document de travail :colloque Harcèlement et citoyenneté au travail
 Serge DUFOUR  

 HARCÈLEMENT MORAL
 Union Départementale CGT  du Rhône

ÉGALITE HOMMES FEMMES
 Collectif  égalité-mixité CGT 44 



Jusqu’à quand me tourmenterez-vous et me boirez-vous avec des mots ? 
Voilà dix fois que vous m’insultez.
N’avez vous pas honte de me torturer ?  
Job, La Bible, Jb, 19, 2-3 


SOURCES DIVERSES

  LE TRAVAIL DANS TOUS  SES ETATS
Web de l’Humanité 

 COMMISSION " VIOLENCE, TRAVAIL, EMPLOI, SANTE "
Travaux préparatoires à l’élaboration du Plan Violence et Santé en application de la loi relative à la politique de santé publique du 9 août 2004. 
Christophe DEJOURS - Mars 2005

 COOPERATION ET CONSTRUCTION DE L'IDENTITE EN SITUATION DE TRAVAIL    
 " La coopération : ce sont les liens que construisent entre eux des agents en vue de réaliser,volontairement,une oeuvre commune. "
Christophe DEJOURS 

 VIOLENCE OU DOMINATION ?   
L’auteur défend l’idée que la banalisation du mal et de l’injustice ne passe pas, dans le système néo-libéral, par l’exercice de la violence. Ce serait plutôt grâce à la collaboration et au zèle apportés par la majorité des salariés aux nouvelles formes d’organisation du travail que le système continuerait de progresser. L’auteur s’efforce de rassembler les arguments en faveur d’une conception restrictive de la violence de façon à ne pas passer à côté de ce qui lui semble être un problème clinique et théorique majeur.
Christophe DEJOURS - Revue Travailler

 PENSER LE TRAVAIL,UNE URGENCE POLITIQUE    
Que se cache-t-il derrière le retour en force de la valeur travail dans les discours des candidats à la présidentielle ? Réponses du psychiatre et psychanalyste Christophe DEJOURS. Entretien vidéo

LE TRAVAIL MAUVAISE CONSCIENCE DE LA SCIENCE ? Entretien avec Christophe DEJOURS       
Après plus de quarante ans de recherches, il livre aujourd’hui, pour le DIM Gestes, son regard sur le travail, et notamment sur : le suicide au travail et sa banalisation, la nécessité du débat dans l’espace public, le manque de moyens accordées pour la recherche sur le travail, ainsi que sur la prédominance du quantitatif et de l’objectivité.
Un entretien mené par Johan PAIN, psychologue clinicien, le 22 janvier 2014, pour le DIM Gestes.

POUR COMPRENDRE LA RÉSISTANCE AU CHANGEMENT       
Cette livraison des “Documents pour le médecin du travail” est consacrée aux risques physiques qu’impliquent les activités de manutention. Et pourtant dans cet article introductif, il ne sera question ni des vertèbres, ni de rachis ; ni de fractures, ni de douleurs ; ni d’arrêts de travail, ni de techniques de soin. Dans les lignes qui suivent, la discussion portera exclusivement sur la personne à qui appartiennent ces vertèbres et qui risque ces malheurs.
C. DEJOURS, D. DESSORS, P. MOLINIER., 1994 - Documents pour le médecin du travail - N°58

UNE LECTURE "POLITIQUE" DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX, remettre le travail au coeur des rapports de force    
L’individualisation des relations de travail est un mouvement en marche : individualisation du contrat de travail orienté sur le modèle du contrat commercial et réduction des contraintes collectives sur le licenciement, individualisation de la rémunération (systèmes de rémunérations variables sur critères individuels de résultats), individualisation des relations hiérarchiques (entretiens annuels d’évaluation qui n’évaluent jamais le travail, mais uniquement le résultat du travail), individualisation de la progression et de la reconnaissance professionnelle (modèle de la compétence qui s’est substitué à celui de la qualification et de l’expérience), individualisation du système de formation professionnelle, … Si l’on relève parallèlement l’affaiblissement sinon l’absence des instruments collectifs (notamment de l’action syndicale) dans les entreprises, on aboutit à l’image d’un salarié isolé dans des collectifs de travail déstructurés. Bien entendu, ce constat d’individualisation serait à modérer : le collectif revient souvent là où on ne l’attend plus, la coopération reste le plus souvent nécessaire pour produire. Cependant ; l’affaiblissement des valeurs de solidarité dans le travail explique en partie l’émergence de la notion de stress comme nouvelle grille de lecture des situations de travail.
Erwan JAFFRES - Raphaël THALLER - Droit d’alerte La lettre d’information de CIDECOS

TRAVAIL ET BIEN-ÊTRE PSYCHOLOGIQUE - L'APPORT DE L'ENQUÊTE CT-RPS 2016
Comment le travail peut-il contribuer au bien-être psychologique des personnes ? Quels sont les conditions de travail et les facteurs psychosociaux, de risque ou d’épanouissement, qui jouent le plus ? Pour quels métiers le travail impacte-t-il le plus le bien-être, en positif ou en négatif ? Et si, comme l’a montré une récente étude du Cepremap, le bien-être psychologique des personnes est nettement corrélé à leur comportement électoral, en va-t-il de même pour les conditions de travail ? L’enquête Conditions de travail–Risques psychosociaux de 2016 (CT-RPS 2016) permet d’éclairer ces questionsde façon inédite.
Pour un peu plus du tiers des actifs en emploi, le travail favorise le développement des capacités et du bien-être. La contribution du travail au bien-être psychologique respecte le gradient social habituel : les plus diplômés et qualifiés ont un travail plus épanouissant. Toutefois, des professions relativement peu qualifiées et à grande majorité féminine, telles les assistantes maternelles, les coiffeurs ou les employés de maison, figurent également parmi les métiers pour lesquels le travail contribue le plus au bien-être.
A l’autre extrême, un actif sur dix environ se trouve dans une situation de travail très délétère pour son bien-être psychologique, avec un cumul d’expositions de tous ordres, physiques, organisationnelles et psychosociales. Des professions comme celles de caissières, de cuisiniers, d’infirmières, d’aides soignantes, d’ouvriers des industries graphiques ou de la métallurgie, d’employés de banques, sont surreprésentées dans ces situations préoccupantes qui appellent sans doute un effort particulier pour les politiques de prévention. Les conflits éthiques (« travail empêché » notamment pour les professions de santé) et l’insécurité socio-économique (pour les ouvriers) structurent des situations intermédiaires qui concernent environ un tiers des actifs.
Conformément à la théorie et à la littérature empirique existante sur le sujet, l'autonomie au travail des répondants à l’enquête CT-RPS 2016 apparaît significativement plus faible dans les communes où ont prédominé, en 2017, l’abstention ou le vote d’extrême droite, ainsi que, dans une moindre mesure, le vote « gauche contestataire ».
Thomas Coutrot - Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques - n° 217 - mars 2018

REPENSER LA TEMPORALITÉ DU TRAVAIL : PETIT DÉTOUR PAR LES TRABOULES DE LYON       
Un mot et son objet illustrent profondément ce qu’est le travail et son sens à la fois spatial et temporel. Il s’agit de celui de « traboules », dont la pratique est née dès la fin du IVe siècle, s’est systématisée à partir du XIIe siècle avant d’être dénommée et consacrée au début du XXe siècle.
Les traboules se sont développées avec le capitalisme. Elles ont suivi ses évolutions d’abord commerciales puis manufacturières. Elles nomment, illustrent et positionnent les formes de travail qui émergent au Moyen Âge et à la Renaissance. Ce « traceur » va nous permettre de définir et de caractériser le monde d’aujourd’hui relativement à celui du Moyen Âge.
François-Xavier de Vaujany - Professeur, PSL-Université Paris-Dauphine (DRM), Université Paris Dauphine – PSL

LA NUMÉRISATION DU TRAVAIL DES OUVRIERS DE LA LOGISTIQUE       
Dans les entrepôts de la grande distribution alimentaire, l’introduction d’un nouvel outil de travail, le guidage par commande vocale, a considérablement modifié le travail des préparateurs de commande. Auparavant caractérisée par l’absence d’enchaînement et la possibilité de prendre de l’avance, l’activité de préparation a évolué vers une temporalité restrictive comparable à celle d’un ouvrier sur chaîne. Sous guidage vocal, « le nez dans le micro », le savoir-faire des préparateurs est réduit à un engagement physique. L’usage du corps constitue alors une ressource en tant mode d’appropriation du sens au travail, mais également un rempart lorsque des pathologies font apparaître les limites de l’intensification. Comment les ouvriers de ces entrepôts s'emparent-ils de cette nouvelle technologiie ? Comment lui résistent-ils ? Que change-t-elle à leur travail ?
David Gaborieau, chercheur en sociologie du travail. Pour sa thèse Des usines à colis, Trajectoire ouvrière des entrepôts de la grande distribution, il a travaillé comme intérimaire dans plusieurs entrepôts de la logistique.

LES AFFECTIONS PSYCHIQUES LIÉES AU TRAVAIL : ÉCLAIRAGE SUR LA PRISE EN CHARGE ACTUELLE       
L’Assurance Maladie - Risques professionnels a produit une étude inédite sur les affections psychiques liées au travail. Cette analyse fait partie de sa collection « Santé travail : enjeux et actions » qui vise, chaque année, à éclairer un sujet de santé publique et à avancer des pistes d’actions.
L’étude révèle que l’Assurance Maladie-Risques professionnels a reconnu, en 2016, plus de 10000 affections psychiques au titre des accidents du travail et près de 600 au titre des maladies professionnelles. Pour ces dernières, c’est sept fois plus qu’il y a cinq ans.
DES SECTEURS À RISQUE
Le secteur médico-social est fortement touché puisqu’il concentre, à lui seul, 20% des accidents psychiques, alors qu’il n’emploie que 10% des salariés. Le secteur du commerce de détail et celui des transports (notamment avec voyageurs) sont particulièrement concernés également (13 et 15%).
Les femmes, particulièrement représentées dans les secteurs à risque, sont plus touchées que les hommes (60%) et ont, en moyenne 40 ans.
Par ailleurs, les salariés en lien avec le public sont les plus fragilisés. Les affections psychiques sont déclenchées soit par un événement extérieur (agression, menaces, braquages), soit par des conditions de travail difficiles entraînant dépression et anxiété.
DE LONGS ARRÊTS DE TRAVAIL
Les affections psychiques ont un fort impact sur les ressources humaines des entreprises. Ainsi, les durées moyennes d’arrêt de travail sont de 112 jours pour les affections psychiques reconnues en accident du travail, contre 65 jours en moyenne pour tous les accidents du travail confondus.
Les affections psychiques reconnues en maladie professionnelle ont des répercussions encore plus graves : les durées moyennes d’arrêt sont de 400 jours…
Par l’Assurance Maladie Risques professionnels - Santé travail : enjeux & actions - Janvier 2018

LA SUBORDINATION EXTRÊME AU TRAVAIL ALIMENTE-T-ELLE LE VOTE FN ET L'ABSENTION ?      
La subordination extrême au travail alimente-t-elle le vote FN et l’abstention ?
Le travail aliéné aurait de lourdes conséquences pour la démocratie : une faible autonomie dans le travail est statistiquement associée à une forte abstention et à un vote pour le Front national (FN). C’est la conclusion à laquelle est arrivé l’économiste Thomas Coutrot qui a croisé les données de l’enquête nationale « conditions de travail risques psychosociaux » (CT-RPS) de 2016 et les votes par commune au premier tour de la dernière élection présidentielle.
BASTAMAG - Nolwenn Weiler 5 avril 2018

"LA DICTATURE DU CHANGEMENT PERPÉTUEL EST LE NOUVEL INSTRUMENT DE SOUMISSION DES SALARIÉS       
Les nouvelles méthodes de management se prétendent au service de l’épanouissement des salariés, de leur « savoir être » et de la « réalisation de soi » en entreprise. Danièle Linhart, spécialiste de l’évolution du travail et de l’emploi, démonte ces impostures et montre comment le management moderne s’inscrit dans la lignée du travail à la chaîne théorisé par Taylor et Ford pour toujours mieux asservir les salariés. Objectif : déposséder les travailleurs de leurs savoirs et de toute forme de pouvoir dans l’entreprise. « Le patronat ne veut surtout pas que la contestation massive qui s’est exprimée en 1968 ne se reproduise », explique-t-elle. Entretien.
BASTAMAG - Nolwenn Weiler 22 mars 2018

SOUFFRANCE AU TRAVAIL ET ENJEUX DE SANTÉ : LE RÔLE CHARNIÈRE DE L’INFLAMMATION ET DU STRESS OXYDANT     
Une maladie professionnelle engage la responsabilité de l’employeur. Elle ouvre sur un contentieux dans lequel l’arbitrage scientifique est attendu essentiellement de l’épidémiologie. Cet enjeu pèse sur la compréhension des liens entre santé et travail, car il focalise l’attention sur les relations causales simples et tend à laisser dans l’ombre les effets liés au contexte et à l’histoire. Nous présentons pourtant le cas d’une salariée qui illustre l’importance de ces dimensions. À la suite d’une exposition prolongée à un stress psychosocial et à de fortes contraintes gestuelles et posturales, elle a été traitée pour une hypertension artérielle, pour une dépression et pour une longue série de troubles musculo-squelettiques. Ce cas permet d’attirer l’attention sur le rôle central de l’inflammation et du stress oxydant, non seulement en matière de liens entre souffrance psychique et atteintes du corps mais, au-delà, pour la compréhension des interactions entre les différentes contraintes et nuisances du travail, agressions toxiques comprises.
Revue PISTES - 19/1/2017 - Philippe Davezies

TRAVAILLER AU PÉRIL DE SA SANTÉ     
Cet article propose d’étudier les « masques » de la pénibilité du travail d’ingénieur. Il s’appuie sur une enquête qualitative menée au sein de trois grandes entreprises des secteurs automobile, aéronautique et de l’énergie. Examinant ces pénibilités, il montre que leur invisibilité tient pour beaucoup à la qualité des conditions d’emploi des salariés étudiés ainsi qu’à leur socialisation scolaire et professionnelle à un univers hautement compétitif. Il tente également de révéler les conditions qui rendent possible la sortie de l’invisibilité des liens entre santé et travail, au niveau individuel, comme au niveau collectif. Enfin, il met en évidence comment une activité, qui mobilise avant tout des capacités cognitives et intellectuelles, engage également les corps des travailleurs : ils cristallisent les marques des pénibilités du travail, que les contraintes vécues soient d’ordre physique ou mental, et obligent les ingénieurs à prendre conscience des raisons de leurs maux lorsque leurs limites sont atteintes.
Revue PISTES - 19/01/2017 - Lucie Goussard

QUELLE RECONNAISSANCE DES VULNÉRABILITÉS AU TRAVAIL ?        
La montée en puissance de la notion de vulnérabilité dans le monde du travail est associée à des attributs dévalorisants. Les formes de catégorisation et de traitement de ceux qui, individuellement ou collectivement, se voient accoler cette étiquette de « vulnérables » contribuent à fabriquer une représentation duale du monde du travail. L’occultation de la vulnérabilité ontologique au profit de processus de projection et clivage favorise une conception désincarnée et idéalisée de la personne autonome. L’expérience de la maladie contribue à déconstruire ces illusions. Aussi, les malades au travail apparaissent comme des révélateurs de l’inadaptation des normes contemporaines du travail arrimées au déni de notre condition d’êtres corporels et temporels. La portée politique de la question de la vulnérabilité et des obligations sociales qu’elle implique est ici soulignée : sa reconnaissance est une condition de l’humanisation du travail.
Revue PISTES - 19/01/2017 - Dominique Lhuilier

RENCONTRE/DÉBAT AUTOUR DU LIVRE DE BRUNO TRENTIN : "LA CITÉ DU TRAVAIL"       
Bruno Trentin (1926-2007), Secrétaire de la CGIL (le plus grand syndicat Italien) de 1988 à 1994, est un homme d’engagement.
Très jeune il participe à la résistance antifasciste, intellectuel reconnu notamment en Italie, il fût également un dirigeant politique (Parti Communiste Italien) et membre du parlement Italien et Européen.Toute sa vie témoigne de cette quête absolue résumée dans son introduction au livre par Alain Supiot : « Toute cité est d’abord une c ité du travail et elle n’est véritablement libre que si elle permet à ses membres d’éprouver leur liberté dans le travail ». C’est dire, dans le contexte économique et social, combien cette formulation prend une résonance actuelle.
Le livre de Bruno Trentin est un puissant témoignage de sa recherche permanente à surmonter cette difficulté historique de définition d’une stratégie de protection des travailleurs subordonnés qui soit en mesure de refléter (y compris dans les formes et objectifs du conflit social) les nouveaux impératifs de la reconquête du savoir, de l’autonomie et du pouvoir.
Afin d’évoquer la pensée de Bruno Trentin, de débattre de son livre, d’en montrer son actualité, participeront à cette rencontre :
· Marcelle Padovani, qui fût la compagne de Bruno Trentin,
· Alain Supiot, Professeur au Collège de France (auteur de l’introduction de la Cité du travail) et artisan de la publication du livre et de sa traduction,
· Walter Cerféda, responsable des relations internationales de l’association Bruno Trentin et ancien Secrétaire de la CGIL,
· Alain Alphon-Layre, membre de la direction de la CGT,
· Pierre Héritier, Fondateur de l’association Lasaire (avec Bruno Trentin), ancien dirigeant de la CFDT.
Le débat sera animé par Isabelle Avran, journaliste de la Nouvelle Vie Ouvrière.
La CGT et LASAIRE - le jeudi 21 février 2013

« LE TRAVAIL AUJOURD’HUI : DYNAMIQUES D’ÉVOLUTION, RUPTURES ET FORMES D’ACTIONS »      
Depuis les années 80 au moins, le travail est sommé de se transformer et de s’adapter face à un environnement qualifié d’incertain et de menaçant. Cette adaptation à laquelle il ne semble pas possible de se soustraire est présumée valoriser l’autonomie et l’implication des travailleurs. La notion « d’implication contrainte » est parfois proposée pour rendre compte de cette évolution un peu paradoxale. Il s’agit de « faire face » à de nouvelles exigences productives en appelant le travail à jouer un rôle prépondérant dans un univers plus mouvant et dont les règles ne sont pas posées à l’avance. Aujourd’hui, même une notion comme celle « d’entreprise », qui semblait solide il y a peu, est remise en cause. Les bornes – organisationnelles, institutionnelles et même légales –, dans lesquelles le travail prenait forme et se mobilisait tendent à se désagréger. Le développement des plates-formes, la Gig Economy, les tiers-lieux, pour ne prendre que ces innovations organisationnelles, témoignent d’un fractionnement des lieux spatiaux et temporels dans lesquels s’effectue l’activité productive. Il semble ainsi exister une vraie demande pour trouver de nouveaux cadres pour articuler le travail à l’entreprise et plus largement à des formes d’action collectives renouvelées. L’objet de ce numéro 7 de La Revue des conditions de travail consiste à se pencher sur les dynamiques en cours dans le travail et l’entreprise. Il ne s’agit certainement pas d’en faire un bilan ni de procéder à une évaluation systématique. Il s’agit plus modestement de donner à voir ce que ces changements signifient pour les acteurs et les problèmes qu’ils soulèvent pour ceux-ci. L’ambition de ce numéro est donc d’appréhender les lignes de fractures mais aussi de recomposition qui agitent aujourd’hui le monde du travail et de l’entreprise. Il existe un assentiment général pour considérer que ces évolutions sont nombreuses et conséquentes. Il s’agit bien ici de les documenter et d’en rendre compte avec peu de partis-pris, mais avec la conviction que l’avenir n’est pas écrit d’avance et qu’il appartient aux acteurs d’en dessiner les contours.
La revue des conditions de travail – ANACT – Décembre 2017

LA PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX        
Si les suicides de salariés et de demandeurs d’emploi ont particulièrement choqué l’opinion publique, ces drames ne sont que la partie émergée d’un phénomène beaucoup plus large et grandissant dénommé « risques psychosociaux ». Après avoir dressé un état des lieux tant de la connaissance de ces risques que des initiatives déjà prises pour les combattre, le CESE formule des recommandations visant à accroître l’effort de prévention en amont des réorganisations et restructurations, à mobiliser les différents acteurs de prévention, notamment le CHSCT et les services de santé au travail, et à développer le dialogue social sur la santé et les conditions de travail, y compris dans la Fonction publique. Il plaide aussi pour une meilleure prise en charge humaine et financière des victimes.
Avis du Conseil économique, social et environnemental présenté par Mme Sylvie BRUNET, rapporteure au nom de la section du travail et de l'emploi - Adopté le : 14/05/2013

MOBILISATION SYNDICALE ET EXPERTISE EN MATIÈRE DE RISQUES PSYCHOSOCIAUX - L’Observatoire du stress et des mobilités forcées à France Télécom    
"Par sa thématique, l’Observatoire draine des questionnements susceptibles d’être abordés de manières diverses, et qui font écho aux transformations contemporaines du travail et du syndicalisme ainsi qu’à certaines évolutions sociales. Les objectifs de l’Observatoire du stress s’articulent dans un dispositif où le comité scientifique joue un rôle important. Ces usages des discours scientifique et expert s’inscrivent dans l’essor de formes multiples d’expertise étayées sur des savoirs divers mais également sur le monde vécu, en l’occurrence ici l’expérience des salariés. Alternatif au discours patronal, il obtient une certaine légitimité en s’engageant sur le terrain du savoir, voire en sollicitant des outils similaires à ceux mobilisés par les employeurs et les organisations patronales. Espace de discussions entre syndicalistes et chercheurs, ce lieu hybride repose sur une forte mobilisation de ces derniers, assumant plusieurs rôles au sein de l’Observatoire : scientifique, expert, mais aussi militant et de publicisation, via diverses sources de diffusion, tant militante, syndicale, que médiatique et universitaire. Cette apparente confusion des genres va de pair avec une forte mobilisation de l’ensemble des membres de l’Observatoire."
Corinne DELMAS - Maître de conférences en sociologie à l’Université Lille 2, membre du Ceraps (UMR CNRS 8026) - La revue de l’IRES N° 74 - 2012/3

LES RPS AU REGARD DU GENRE - Etude pour le compte de l’ANACT à partir des enquêtes SIP et SUMER        
L’Anact a mis en évidence, sur la base des données statistiques de la Cnam-TS, que femmes et hommes ne sont pas confrontés aux mêmes risques professionnels. Qu’en est-il plus spécifiquement de l’exposition aux facteurs de risques psychosociaux ? Pour le savoir l’Anact a commandé à deux chercheurs du Lest, Paul Bouffartigue, et Jacques Bouteiller, d’analyser les données des enquêtes Sumer au « regard du genre ». Dans un rapport d’avril 2014, les auteurs examinent ce que l'approche statistique permet d'établir et de préciser sur les liens entre la santé mentale, l'exposition aux facteurs psychosociaux et le genre. Retour sur les enseignements principaux de ce rapport, guidé par l’hypothèse que les « RPS ont un genre ». Les relations entre travail et santé ont longtemps été étudiées uniquement au masculin neutre. Cette étude, Les RPS au regard du genre au travers de l'enquête Sumer 2010, pour le compte de l’Anact, s’inscrit dans la lignée des travaux et des interventions sur les conditions de travail sous le prisme du genre menés par l’Anact depuis plusieurs années. Les deux chercheurs du Laboratoire d'économie et de sociologie du travail (Lest - Université d'Aix Marseille) présentent les principaux résultats des exploitations secondaires de l’enquête Sumer 2010 principalement selon une analyse sexuée. Ils partent du principe que femmes et hommes ne sont pas confrontés aux mêmes enjeux du point de vue de leur santé et santé mentale au travail, compte tenu de leurs positions et de leurs activités différentes et hiérarchisées dans le monde du travail et hors du travail.
Paul BOUFFARTIGUEet Jacques BOUTEILLER - LEST & ANACT - Janvier 2014

LES RISQUES DITS PSYCHOSOCIAUX : APPROCHE DIAGNOSTIQUE DU PHÉNOMÈNE MONDIAL - Ou le changement de gouvernance et du sens sociétal     
Dans une approche étiologique des RPS, nous explorerons leur ampleur et leurs causes ainsi que les faits sociologiques et macro-économiques induits par le choix de gouvernance (français et plus largement européen et mondial), à l’origine du renversement du sens sociétal. En effet, le « psychosocial » ne constitue pas un risque pour les sociétés humaines mais en est bien sa richesse. Ainsi, la recherche des causes par l’approche diagnostique et systémique montrera que l’émergence de nouvelles formes de travail du capitalisme, aujourd’hui financiarisé, constitue bien, le réel danger pour le respect et l’équilibre psychique et physiologique des individus au travail et que ces changements déséquilibrent ainsi l’ensemble de la société.
Valérie CHENARD, psychologue du travail - Cet article est paru dans le n°221 de Psychologues et Psychologies (avril 2012)

DRH : DIRECTION INHUMAINE DES RESSOURCES       
Observer la forme des visages, analyser l'écriture, voire le groupe sanguin, tout cela pour choisir entre plusieurs CV. Il y aurait presque de quoi sourire si la graphologie par exemple n'était utilisée (disent certaines études) par presque 70% des entreprises pour recruter. Mais il y a pire que ces filtres farfelus à l'embauche : il y a la gestion même des conditions de travail et des carrières. Avec la méthode Lean, par exemple, qui a fait des ravages dans les entreprises. D'autant plus grands que les salariés participent eux-mêmes à la rationalisation extrême qu'elle implique. Née au MIT, dans le Massachusetts, vers la fin des années 80, elle a été importée avec zèle en France. Et elle a abouti à amputer les tâches de tout gaspillage de façon drastique, pour gagner en productivité. Mais le coût pour les salariés devient énorme. L'autre grande tendance est bien sûr l'évaluation individuelle, maintenant utilisée par plus de 8 employeurs sur 10. Cette assignation d'objectifs chiffrés s'accompagne d'une tentative de quantifier "objectivement" ici l'implication du salarié, là son sens de l'originalité, ailleurs son esprit d'équipe. Cette volonté de mettre en équation le travail d'un collaborateur et de le noter, dans ce qu'il a de plus subjectif pourtant, a été extrêmement décriée ces dernières années. Les psychologues du travail ont ainsi dénoncé des méthodes qui, en isolant les employés et en créant une méfiance réciproque, sont source d'une grande souffrance et déshumanisent les relations au sein des équipes.Témoignages de directeurs des ressources humaines recueillis par Annabelle GRELIER. Ecoutez aussi en complément de ce Magazine un long entretien avec le psychiatre et psychanalyste Christophe DEJOURS, expert dans les questions de travail
Le magazine de la rédaction - France Culture - Rediffusion de l'émission du 13 septembre 2013

LES EXPOSITIONS AUX RISQUES PROFESSIONNELS - LES CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES       
Les contraintes organisationnelles et relationnelles regroupent les caractéristiques du temps de travail, les contraintes de rythme de travail, l’autonomie et les marges d’initiative, le collectif de travail et les contacts avec le public. Ici, la référence est la situation habituelle de travail des salariés. Ce numéro de Synthèse Stat’ décrit, au travers de fiches, les expositions professionnelles des salariés à chaque contrainte organisationnelle et relationnelle. Pour chacune des contraintes sont fournis des éléments descriptifs de la population exposée. Pour chaque contrainte, les salariés exposés sont présentés par catégorie socioprofessionnelle, sexe, tranche d’âge, taille et activité économique de l’établissement employeur et famille professionnelle. Les données présentées sont issues de l’enquête Surveillance médicale des expositions aux risques professionnels (Sumer) de 2010, enquête transversale qui permet de cartographier les expositions professionnelles des salariés, la durée de ces expositions et les protections collectives ou individuelles éventuelles mises à disposition.
Synthèse.Stat’- Numéro 07 • Août 2014 - Lydie VINCK

 LA PERCEPTION SUBJECTIVE DU TRAVAIL : RÔLE DES IDENTITÉS DE GENRE ET DES CONDITIONS D’EMPLOI    
Ce document propose une étude préliminaire de deux questions relatives à la perception du travail. Dans la première partie, il examine l’influence des pénibilités et des risques sur le sentiment de voir sa santé mise en péril par son travail. Il s’intéresse en particulier à une question soulevée par la psychodynamique du travail : l’idéologie de la virilité (ou de la muliérité) conduirait à minimiser l’impact de certaines conditions de travail, caractéristiques
du travail masculin ou féminin. Dans la seconde partie, il considère l’impact de la sécurité d’emploi sur le sentiment de « bonheur » au travail.
Michel GOLLAC - Serge VOLKOFF - CEE - Octobre 2006

 MESURER LE TRAVAIL,UNE CONTRIBUTION À L’HISTOIRE DES ENQUÊTES FRANÇAISES DANS CE DOMAINE     
Ce texte étudie les conditions dans lesquelles se sont élaborés les principaux outils statistiques français sur les conditions de travail. Il vise notamment à expliquer l’ampleur prise par ces dispositifs, y compris dans des périodes où ces questions n’étaient pas au premier plan des préoccupations politiques et sociales dans notre pays. Dans les années qui ont suivi 1968 ces préoccupations étaient vives et ont présidé aux premières décisions de créations d’enquêtes. Mais, par la suite, celles-ci se sont développées en faisant largement appel aux réseaux de partenaires et aux appuis scientifiques constitués par les acteurs du dispositif statistique. Les objectifs assignés à ces dispositifs (en particulier le souci de sensibilisation et d’analyse scientifique plutôt que d’évaluations ciblées) ; les thématiques développées (en particulier l’extension progressive des questionnaires à des items concernant l’organisation du travail) et les grands choix de méthodes (par exemple l’élaboration de dispositifs « couplés » d’enquêtes auprès d’employeurs et de salariés) ont largement pris appui sur des réflexions autonomes des réseaux de statisticiens et de chercheurs impliqués dans ces opérations. Cette relative autonomie n’a pas nui – voire, a contribué – aux capacités du système à répondre aux préoccupations sociales, quand celles-ci se sont à nouveau faites plus présentes.
Michel GOLLAC - Serge VOLKOFF - juillet 2010 - CEE

 INTENSITE DU TRAVAIL ET TRAJECTOIRE PROFESSIONNELLE : LE TRAVAIL INTENSE EST IL SOUTENABLE ?      
Partant du double constat de la rapide intensification du travail observée au cours des années 1980 et 1990 et de la difficulté qu’il peut y avoir à soutenir un travail intense, nous nous intéressons au lien qui existe entre les contraintes de rythme vécues dans le travail et les changements de situation professionnelle. À la lumière de la littérature, nous formulons l’hypothèse d’un double effet de l’intensité du travail sur les carrières : positif pour les salariés qui ont les moyens de faire face aux contraintes auxquelles ils sont soumis, négatifs pour les autres. L’enquête sur la Formation et la qualification professionnelle (FQP), dans laquelle on dispose d’un calendrier professionnel sur cinq ans et d’un questionnement rétrospectif sur les conditions de travail, nous a permis de vérifier empiriquement notre hypothèse. Nous trouvons en effet que les contraintes de rythme sont associées à des mobilités plus nombreuses et qu’elles contribuent à une certaine divergence des carrières. Bien évidemment, l’existence potentielle de biais liés au questionnement rétrospectif et à l’endogénéité des mécanismes étudiés invite à rester prudent. Mais une analyse détaillée suggère que s’ils existent, les biais sont d’une ampleur limitée et ne suffisent pas à invalider nos conclusions. Au total, si l’intensité forte du travail ne semble pas avoir d’effet uniformément néfaste sur les carrières, elle paraît bien associée à une plus grande incertitude et à une polarisation marquée des trajectoires. Ces résultats font écho au lien positif observé entre intensité et souffrance au travail (Baudelot et al., 2003). Et si le travail lui-même crée de l’insécurité, aucun dispositif d’encadrement du marché du travail n’est susceptible de protéger efficacement les individus. Plus largement, ces résultats nous semblent poser la question du caractère soutenable des organisations de travail intensives non pas seulement pour les individus, mais pour la société dans son ensemble.
Thomas AMOSSÉ et Michel GOLLAC - N° 93 septembre 2007 - CEE 

 LES PATHOLOGIES LIEES AU TRAVAIL VUES PAR LES TRAVAILLEURS      
Parmi les personnes en emploi qui signalent un problème chronique de santé – qu’il soit bénin, sérieux ou grave , une sur deux estime qu’il est « causé ou aggravé par le travail » d’après les résultats de l’enquête « Santé, Handicap et Travail » de 2007. Ce lien est plus souvent évoqué pour les problèmes psychologiques (« stress, anxiété ») et les douleurs lombaires ou articulaires. Les problèmes de santé associés au travail apparaissent plus gênants dans la vie courante, et particulièrement dans le travail, que les autres. Près d’un quart des actifs occupés se disent gênés dans leur vie quotidienne par un problème chronique de santé « causé ou aggravé » par leur travail, dont la moitié de façon importante. Les actifs exposés à des pénibilités physiques ou psychosociales dans leur travail font beaucoup plus souvent un lien entre leurs problèmes de santé et leur travail. La fréquence des pathologies chroniques « causées ou aggravées par le travail » augmente avec le nombre de pénibilités
subies dans le travail.
DARES ANALYSES - Novembre 2010 

RÉSEAU "LANGAGE ET TRAVAIL",RETOUR AVEC JOSIANE BOUTET SUR 22 ANS DE RECHERCHE ...       
L’émergence de la part langagière du travail comme objet de recherche :
Au début des années 80, alors que la place du travail dans le débat public se cristallise autour des questions d’illettrisme et de formation s’est mis en place un champ de recherche innovant, inter- et pluridisciplinaire, qui a émergé de la rencontre entre les sciences du travail et celles du langage et prend pour objet de recherche la part langagière du travail. Ce réseau se réfère à plusieurs théories autour de trois polarités : l’ethnométhodologie, l’ethnographie de la communication et les théories de l’activité. Entre 1985 et 2007, une équipe de linguistes et de sociologues ont mis en commun leurs talents pour observer, déchiffrer, décrypter, le langage au travail. Par notamment l’observation de postes de travail, des gestes en situation réelle, des paroles usitées, ils ont coordonné leurs travaux pour décrire et comprendre comment la part langagière du travail humain intervient pour le transformer, comment de nouvelles catégories de salariés sont apparues, comment ces « travailleurs du langage » mobilisent l’activité du langage pour exercer, comment « Le geste vocal » s’est taylorisé. Elle évoque la « taylorisation du langage » en lien avec une tendance à la mobilisation du psychisme des travailleurs et la « taylorisation des conversations » en lien avec la mise en oeuvre d’une surveillance de type panoptique exercée par des « coachs » en centres d’appel. Retours sur la mise en place d’un champ de recherche innovant en France, sur ces recherches menées par ce Réseau « LANGAGE ET TRAVAIL » , sur la base d’ enquêtes en Usines, en Centres d’Appels, dans les Services Publics et à l’étranger…
Josiane BOUTET, Socio-Linguiste, IUFM de Paris et Université Paris Diderot - A l’occasion du séminaire « Les Dits de Gestes » du jeudi 28 novembre 2013

 METHODES D'OBSERVATION DE L'ACTIVITE DE TRAVAIL ET PREVENTION DURABLE DES TMS : (action et discussion interdisciplinaire entre clinique de l’activité et ergonomie)    
« Observer le travail » est un objet de recherche en soi qui favorise l’échange entre de nombreuses disciplines (Arborio, 2008 ; Gallais & Said, 2002). Le dialogue interdisciplinaire que nous proposons de porter ici part déjà de ce qui rapproche et caractérise les deux démarches de l’ergonomie de l’activité et de la clinique de l’activité : à savoir, une conception partagée de l’intervention en milieu de travail construite, dans l’action, avec les professionnels, opérateurs et concepteurs de l’organisation du travail.
... Cet article porte cette ambition. Il formalise des échanges entre ergonome et cliniciens de l’activité sur la base d’une expérience commune d’intervention auprès de fossoyeurs municipaux.
Pascal SIMONET - Sandrine CAROLY - Yves CLOT - Revue Activités - avril 2011 - volume 8 numéro 1

 LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL : les indicateurs disponibles     
Pour dresser un premier état des lieux des risques psychosociaux au travail en France, le collège d’expertise sur le suivi statistique de ces risques mis en place en 2008 à la suite du rapport « Nasse-Légeron » a élaboré une batterie provisoire d’une quarantaine d’indicateurs immédiatement disponibles dans les sources statistiques existantes. Les risques psychosociaux sont analysés selon six dimensions: les exigences du travail, les exigences émotionnelles, l’autonomie et les marges de manoeuvre, les rapports sociaux et relations de travail, les conflits de valeur, l’insécurité socio-économique. Les professions les plus qualifiées apparaissent, au regard des divers indicateurs disponibles, confrontées à des exigences psychosociales au travail relativement élevées, ainsi qu’à des conflits de valeur plus fréquents, mais sont moins exposées au manque de marges de manoeuvre, de soutien social ou de sécurité économique que les professions peu qualifiées. Les salariés qui travaillent en contact avec le public subissent plus souvent que les autres des contraintes émotionnelles importantes. Les femmes sont plus exposées que les hommes au manque de marges de manoeuvre, de soutien social et de reconnaissance au travail.
DARES ANALYSES - Décembre 2010

LE LEST RÉALISE UN FILM SUR LES "RISQUES PSYCHOSOCIAUX"       
"Destiné autant aux professionnels et acteurs de la santé au travail qu’à un public de non spécialistes, ce documentaire de 60 minutes se veut une introduction à la fois pédagogique et vivante à la thématique des « RPS ». Dans une première partie est reconstituée l’histoire de l’émergence des enjeux de santé mentale au travail dans l’espace public au cours des 20 dernières années. Du « stress » aux « RPS » en passant par la « souffrance » et le « harcèlement », les mots qui désignent les maux du travail ont une grande importance. Ils sont en effet associés à des disciplines scientifiques et à des orientations pratiques bien distinctes en matière de prévention des atteintes à la santé. Ce sont ces orientations pratiques et les acteurs qui les portent qui sont au cœur des seconde et troisième parties. Les questions du travail et de son organisation sont privilégiées en tant que cibles d’une prévention qui vise principalement les sources des « RPS », vus non pas comme ensemble de « facteurs de risques » présents dans l’environnement du travailleur, mais comme symptômes de difficultés générées au sein-même de l’organisation du travail et de l’activité professionnelle."
LEST Laboratoire d’économie et de Sociologie du Travail UMR 7317 - 2014

JOURNÉES DE RÉFLEXION SUR L'ACTION SYNDICALE POUR LA SANTÉ MENTALE       

La santé mentale peut être examinée selon divers angles : médical, psychologique, social, éthique, économique, légal ou politique. Il est impossible, en deux journées de réflexion, d’en faire le tour. Sans nier l’importance de soutenir nos membres aux prises avec de tels problèmes, légalement ou sur le plan personnel, sans nier l’importance des intervenants médicaux et psychologiques ou des organismes qui assument le soutien financier durant les absences, tels les assureurs ou la CSST, la FTQ fait le choix d’orienter ces Journées de réflexion sur le développement d’une approche syndicale préventive dans les milieux de travail. Nous voulons mettre l’accent sur le fondement de l’approche en SST, la prévention à la source, en nous attaquant aux problèmes d’organisation du travail et en valorisant le travail en commun des militantes et des militants locaux issus de différents réseaux.
La Fédération des Travailleurs et Travailleuses du Québec

 LE MONDE DU TRAVAIL N'EXISTE PAS    
 Entre 1967 et 1997, j’ai consacré à la formation permanente l’essentiel de mon activité. J’ai animé des sessions d’expression et de communication dans les entreprises les plus diverses, publiques et privées, en France et dans plusieurs autres pays francophones. J’ai eu pour interlocuteurs des ouvriers, des employés, des cadres de toutes origines, des dirigeants. Il m’est souvent arrivé d’intervenir dans le secteur social et culturel et, en France, dans plusieurs ministères ou organismes officiels. Une des actions les plus importantes fut menée à EDF, entre 1992 et 1996. Sous le nom de Mise en expression, il s’agissait d’une formation globale tendant au triple développement de la personne, du citoyen et du travailleur. Dans quelque cadre institutionnel qu’elles se soient situées, ces actions eurent en commun d’être critiques. Elles furent à l’origine de nombreux conflits avec les directions qui, très souvent, les interrompirent. Je souhaite livrer ici les réflexions qui s’imposent à moi après ce long parcours. Je le fais en songeant à toutes celles et à tous ceux que j’ai rencontrés pendant ces trente ans.
RÉSURGENCES, le site de Jean SUR 

 LE MARCHE DE RESURGENCES : GUYANCOURT    
Guyancourt. Guyancourt et ailleurs. Le malaise - le malheur - qui, depuis une vingtaine d’années, ne cesse de grandir dans les entreprises n’est ni la somme ni la conséquence de difficultés repérables et repérées. Les insatisfactions et les colères touchant aux salaires, aux horaires, à la promotion, aux contrats, à la précarité, à la formation, aux problèmes de sûreté et de sécurité, etc. ne suffisent ni à le provoquer ni à l’expliquer. La preuve en est qu’il atteint de la même manière des travailleurs régis par des statuts très différents ; que les salariés des entreprises publiques n’y échappent pas plus que ceux du privé ; que les cadres en éprouvent autant, et parfois plus que d’autres, la morsure ; que certains hiérarchiques de très haut rang sont parfois sur le point de s’en expliquer. Le travail moderne blesse. Il peut même tuer. Le titre du film récent dit tout : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » Il faudra très peu de temps pour que les mêmes causes produisent, presque mécaniquement, les mêmes effets dans les pays où les délocalisations vont porter les mêmes principes.
RÉSURGENCES, le site de Jean SUR 

 LA DICTATURE DU TEMPS : EVOLUTIONS TECHNOLOGIQUES, DENSITE DU TRAVAIL, CONTRAINTES TEMPORELLES
Serge VOLKOFF, en s’appuyant sur des enquêtes statistiques sur le travail effectuées en France,explique la persistance des pénibilités et les difficultés ressenties par les salarié(e)s en raison de l’intensification du travail. Il démontre comment les nouvelles organisations du système de production impliquent une véritable mise sous tension des hommes et des femmes au travail, avec ses conséquences sur leur santé et leur qualité de vie. Il éclaire aussi le sens de l’appel au "participatif"dans ce contexte. Entretien avec Serge VOLKOFF - Statisticien, directeur du CREAPT (Centre de recherches et d’études sur l’âge et les populations au travail), membre du comité de rédaction de la revue Santé et Travail. Document Emergences

 DOSSIER : HARCELEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL :PISTES POUR UNE MEILLEURE COMPREHENSION ET PRISE EN CHARGE
S’il y a des concepts qui ont pris de l’importance et ont été largement diffusés depuis la fin des années 90 dans les publications scientifiques et, plus récemment, dans les médias grand-public, ce sont bien ceux de harcèlement moral ou psychologique, ou de mobbing ou encore de bullying pour décrire une réalité dans les milieux de travail qui fait encore beaucoup de ravages aujourd’hui. PISTES est heureux de contribuer au débat dans ce numéro spécial thématique par l’intermédiaire d’une brochette d’auteurs et d’auteures internationaux qui partagent avec nous les résultats de leur réflexion et de leurs recherches.
- Harcèlement psychologique au travail : pistes pour une meilleure compréhension et prise en charge
Raymond Baril 
- Commentaires à propos de la loi française sur le harcèlement moral au travail
Marie-France Hirigoyen, Claire Bonafons
- Au-delà de la relation "bourreau-victime" dans l’analyse d’une situation de harcèlement psychologique au travail
Michel Vézina, Julie Dussault
- Intervenir contre le harcèlement au travail : Soigner et sévir ne suffisent pas
Chantal Leclerc 
- Les conduites de retrait comme stratégies défensives face au harcèlement psychologique au travail
Christian Genest, Chantal Leclerc, Marie-France Maranda 
- Harcèlement moral et sexuel. Stratégies d’adaptation et conséquences sur la santé des travailleurs et des travailleuses
Ada Garcia, Bernard Hacourt, Virginie Bara 
- Le harcèlement psychologique au travail : portrait des recours juridiques au Québec et des décisions rendues par la Commission des lésions professionnelles
Katherine Lippel
- "Petits meurtres entre amis"Approche psychosomatique et psychodynamique du harcèlement moral au travail
Marie Grenier-Pezé
- Le harcèlement moral au travail : phénomène objectivable ou "concept horizon" ? Analyse critique des définitions des phénomènes de victimisation au travail
Daniel Faulx, Sophie Delvaux
Revue PISTES - Novembre 2005

 LE TRAVAIL COMME SOURCE D'ETONNEMENT   
Penser n'est plus interdit. C'est même une " ressource " de l'entreprise. Reste à savoir si l'acte de penser se laissera si facilement mettre au rang de simple moyen.
Yves CLOT

 PASSER A L'ACTION ?    
Remarques sur la psychologie des sociologues.On n'y échappe pas : les sciences humaines,et tout particulièrement la sociologie, sont le théâtre d'une forte relance des " théories de l'action ". 
Yves CLOT 

 RE-CREER LE TRAVAIL   
    
"...La seule manière de défendre son travail c’est aussi de l’attaquer. Faisons-le ensemble. Au nom du travail. C’est un signe de santé. Soyons au rendez-vous."
Yves CLOT, Professeur de Psychologie du Travail au CNAM. Intervention aux États généraux de la Culture.Théâtre de la Commune, Aubervilliers, 15 Novembre 2004.

LE TRAVAIL A COEUR     
Titulaire de la chaire de psychologie du travail du Cnam, directeur du centre de recherche sur le travail et le développement, le psychologue du travail
Yves Clot a consacré plusieurs ouvrages à la question du travail. Son dernier livre Le Travail à Coeur s’adresse, entre autres, au syndicalisme.
Porté par l’urgence et l’exigence de l’action dans un contexte où les « maladies du travail » explosent.
Dominique Martinez - NVO - 16 juillet 2010)

 DES ACCORDS SUR LE STRESS QUI SONNENT FAUX     
En orientant le débat sur des éléments statistiques et le dépistage de fragilités individuelles, les accords d'entreprise sur la prévention du stress contribuent à occulter et nier les liens entre souffrance et organisation du travail. Une impasse dangereuse.
Yves CLOT - Philippe DAVEZIES - Revue SANTE & TRAVAIL - Avril 2011

 UNE INTENSIFICATION DU TRAVAIL PEUT - ELLE EN CACHER UNE AUTRE ?    
 Yves CLOT

 ANALYSE PSYCHOLOGIQUE DU MOUVEMENT : APPORT A LA COMPREHENSION DES TMS    
 Yves CLOT - Gabriel FERNANDEZ - Revue @ctivités

 " METIER EN SOUFFRANCE ET CLINIQUE DU TRAVAIL "   
Congrès international Hommes et organisations : la santé au coeur des enjeux de l’entreprise.
Metz, Mondorf-les-Bains - 22, 23, 24 novembre 2004
Yves CLOT

 GENRES ET STYLES EN ANALYSE DU TRAVAIL - CONCEPTS ET METHODES    
 Dans cet article, à partir d’une discussion sur la distinction entre le prescrit et le réel, est proposée une conceptualisation du travail d’organisation pris en charge par les collectifs : le genre du métier. En rapport avec ce dernier, le style de l’action singulière affranchit le sujet non pas en niant le genre mais par la voie de son développement. Les auteurs proposent, avec l’autoconfrontation croisée, une méthode clinique qui met ces concepts à l’épreuve.
Yves CLOT - Daniel FAÏTA - Revue Travailler

 " LE RAPPORT AU TRAVAIL EST LA RACINE DE LA CRISE DES VALEURS "    
Yves CLOT - L'humanité - le 19 mai 2007

 PSYCHOPATHOLOGIE DU TRAVAIL ET CLINIQUE DE L'ACTIVITE    
Yves CLOT

 LA DOULEUR DU METIER,L'ATTENTE DE LA RETRAITE    
Débat entre Yves CLOT, psychologue du travail, et Olivier SCHWARTZ, sociologue - Le monde du 21.06.03

TRAVAIL = BIEN-ÊTRE OU MAL-ÊTRE ? (VIDÉO)       
Yves CLOT - Professeur de Psychologie du Travail au CNAM
La liberté de l'esprit - Conférences et débats à Quimper - 13 mai 2013

  SOIGNER LE TRAVAIL : UN ENJEU POLITIQUE, SCIENTIFIQUE ET ARTISTIQUE     
... "La pensée, comme la création, relève d'une responsabilité publique. L'approche de la question du travail et les solutions à construire dans ce domaine en sont parties prenantes. Il n'y a pas d'autre moyen que de se rapprocher, se mêler, s'altérer, s'irriguer, se mettre les uns, les autres en travail, en esprit pour de nouveaux commencements. Le plus urgent est d'aider le monde du travail à parler et à utiliser son pouvoir d'agir. Selon Pierre Legendre, « l'homme symbolise comme il respire ». Le travail dans ce pays respire mal. Ce colloque vise, au travers d'une construction commune, à lui redonner un peu d'air." Mots de bienvenue de Jack RALITE - Synthèse de la rencontre organisée, au Sénat, le 2 décembre 2011

COLLOQUE : " SERVICE PUBLIC,TRAVAIL ET DEMOCRATIE "       
Communication de Sidi Mohammed BARKAT au 4e colloque Service Public et Démocratie organisé par la CGT - Communauté Urbaine de Strasbourg le 17 janvier 2012.

CONFERENCE : " LE FUTUR DU TRAVAIL "       
Conférence de Sidi Mohammed BARKAT au Centre de Cultura Contemporània de Barcelone, le 25 janvier 2010, dans le cadre du cycle Penser le futur.

TRAVAIL ET MANAGEMENT       
Entretien avec Sidi Mohammed BARKAT, le lundi 26 décembre 2011, sur France Culture, dans le cadre de l’émission La crise et nous d’Antoine Mercier.

CONFERENCE : LA SOCIETE MALADE DE LA GESTION       
Sous une apparence pragmatique, la gestion constitue une idéologie qui légitime la guerre économique, l'obsession du rendement financier et qui est largement responsable de la crise actuelle. La culture de la performance et de la compétition met tout le monde sous haute pression : épuisement professionnel, stress, suicides au travail. La société n'est plus qu'un marché, un champ de bataille où le remède proposé aux méfaits de la guerre économique consiste toujours à durcir la lutte. Face à cette mutation, la politique, également contaminée par le « réalisme gestionnaire », semble impuissante à dessiner une autre voie. Peut-on échapper à l'épidémie ? Peut-on repenser la gestion comme l'instrument d'organisation d'un monde commun? C'est justement la piste qu'ouvre ici le diagnostic du sociologue clinicien Vincent DE GAULEJAC - Directeur du Laboratoire de changement social et professeur de sociologie à l'université Paris-VII.

LE TRAVAIL MÈNE AU TRAVAILLEUR, L’EMPLOI À L’EMPLOYEUR       
Tenir le fil du travail, c’est s’interroger sur son rôle dans la vie sociale et faire d’emblée des travailleurs les acteurs de son développement. Ce qui veut dire bien sûr qu’ils sont des acteurs dans l’entreprise, là où s’accomplit le travail. Mais ce qui va aussi bien au-delà. Car le travail ouvre à toute la vie sociale, comme on l’a vu, avec cette réflexion sur la division sociale du travail qui est essentielle pour situer le rôle des gouvernants, et donc pour critiquer la conception du pouvoir comme domaine réservé, afin de donner libre cours à une pensée neuve des exigences inscrites dans le concept de démocratie.
Intervention de Bernard VASSEUR dans le cadre du séminaire Mondialisation, territoires et citoyenneté, 17 janvier 2012. Voir la vidéo

RAPPORT D’INFORMATION : PAR LA MISSION D'INFORMATION SUR LE MAL-ÊTRE AU TRAVAIL - Tome II : Auditions       
Tome I : Rapport -
En ce qui concerne les remèdes à apporter, la mission est arrivée à la conclusion que les démarches de prévention et de soins sur une base individuelle, consistant par exemple à installer des équipements sportifs sur le lieu de travail ou à créer un numéro vert, peuvent avoir leur utilité à court terme mais ne sauraient être suffisantes. Elles ne permettent pas de traiter les problèmes à la racine et peuvent même avoir des effets pervers, en encourageant la tendance de certains salariés au surinvestissement ou en faisant naître un sentiment de culpabilité chez ceux qui ne parviennent pas à gérer la pression, malgré les dispositifs mis en place. Il convient donc de se concentrer plutôt sur les aspects collectifs, qui touchent à l’organisation et aux méthodes de management en vigueur dans les entreprises et les administrations. Il est également nécessaire de renforcer les acteurs de la prévention des risques professionnels, en portant une attention particulière à la médecine du travail, qui devrait prochainement faire l’objet d’une réforme, et au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), instance de représentation du personnel dont le rôle est essentiel.
SÉNAT - Session extraordinaire de 2009-2010 - N° 642 - Enregistré à la Présidence du Sénat le 7 juillet 2010

  « RÊVER LE TRAVAIL » !       
Que vous apporte votre travail ? Qu’en attendez-vous ? L’aimez-vous ? C’est le type de questions que Marcel Trillat et Cécile Mabileau sont allés poser aux travailleurs. Journaliste, cinéaste, documentariste, Marcel Trillat a porté haut toute sa carrière l’exigence de l’information sociale et ouvrière. « Faire de la « belle ouvrage », ils en rêvent. Ils aiment le travail. Ils y trouvent leur épanouissement, leur dignité d’êtres humains. Leur crève-cœur c’est qu’on les empêche de plus en plus souvent de bien faire leur métier. Rendre les citoyennes et les citoyens fiers de ce qu’ils font, un enjeu décisif pour toutes politiques de gauche. »"Avec Rêver le travail Marcel TRILLAT et Cécile MAVILEAU contribuent à placer « la belle ouvrage » dans le débat électoral." L'HUMANITE

« LE SALARIE EST UN ENNEMI A FRAGILISER ET A ISOLER »       
Terminé les congés payés. Employés, cadres et ouvriers regagnent bureaux et ateliers. Enfoui sous les courbes de croissance et les baromètres « qualité » du capitalisme financier, leur travail est de plus en plus souvent individualisé, chronométré, chiffré. Une perte de sens source de souffrance. La sociologue Danièle Linhart décrypte cette guerre sourde menée contre les salariés. Comment en sortir ? Reparler du travail et de ses contraintes, de la manière d’assurer au mieux la production, de satisfaire un client, de soigner un patient, pour redonner du pouvoir aux salariés. Et en prendre aux dirigeants.
Nadia DJABALI août - 2011 - BASTAMAG.NET

SOUFFRANCE MORALE ET PHYSIQUE AU TRAVAIL : DU DÉPISTAGE À LA PRÉVENTION       
Le 24e congrès de la Société d'hygiène et de médecine du travail dans les armées et industries d'armement (SHMTAIA) s'est déroulé les 14 et 15 octobre 2010 à Lyon, sous le haut patronage du ministre de la Défense. La souffrance morale a été évoquée sous l'angle de la perception du travail et des facteurs d'analyse des risques psychosociaux (RPS), avec une place particulière pour le suicide. La souffrance physique au travail a été illustrée par des études faites dans des métiers particuliers (pompiers, cuisiniers, serveurs de restaurant, ...)
Publié dans la revue Documents pour le médecin du travail - 2011 - INRS

PORTER LE PRINCIPE D'EMANCIPATION AU SEIN DU TRAVAIL
       
« Vouloir que les travailleurs, avec l'appui de leurs représentants, puissent exprimer haut et fort leur vision du travail bien fait et provoquer le débat avec l'organisation, c'est tenter de passer de la résistance individuelle, microscopique, inscrite dans l'activité même, à un partage des formes de résistance individuelle au sein des collectifs et à une conflictualité sociale centrée sur le contenu du travail. Les "petites" victoires locales sur l'organisation peuvent être le début d'une reconstruction des collectifs et d'une reconquête du pouvoir d'agir collectif » (François DANIELLOU).
Ce texte est issu d'une communication pour le colloque Penser l’émancipation (Lausanne, 25-27 octobre 2012). Louis-Marie BARNIER est syndicaliste, sociologue, membre associé du laboratoire CRESPPA-GTM. Hélène ADAM est syndicaliste, ancien membre du Comité central Hygiène et Sécurité des PTT. Ils ont écrit ensemble : La santé n’a pas de prix, voyage au cœur des CHSCT (Syllepse, à paraitre en 2013).

 RELATIONS SUR LE LIEU DE TRAVAIL      
Ecouter la souffrance, c’est déjà agir... Celui qui souffre dans son travail sollicite, souvent avec insistance, l’écoute de ses collègues. Lesquels répugnent à l’entendre. Par crainte que l’on attende d’eux une solution qu’ils ne sauraient apporter, ils se dérobent. Par peur d’ébranler le fragile rempart contre leur 
propre souffrance, ils contestent que les plaintes soient fondées. Pourtant, accepter d’écouter permet d’amorcer une réflexion collective sur les situations de travail et leur transformation.
Dominique DESSORS, psychodynamicienne du travail

 SITUATION DÉLÉTÈRE : MANQUE DE TRAVAIL... TROP-PLEIN DE RIVALITE !    
Manquer de travail peut être aussi douloureux que de s’épuiser à la tâche. Si l’utilité sociale du travail s’estompe, l’estime de soi et des autres devient inaccessible, seules subsistent l’exaspération de la coexistence et les entraves de l’organisation. Sans la nécessité de coopérer pour produire, la solidarité disparaît et laisse la placeaux conflits entre rivaux. Effet des défaillances du travail et défense délétère contre la souffrance qui en résulte, la guerre des clans est sans merci… Décryptage, par une consultante, d’une situation de cauchemar dans une entreprise de transport.
Anne FLOTTES, consultante, psychodynamicienne du travail

 LE TRAVAIL COMME ACTIVITE ET COMME ACTION .QUELQUES PERSPECTIVES SOCIOLOGIQUES RECENTES    
Pascal UGHETTO - Revue de l'Ires N° 44 - 2004

 " ON EST TOUJOURS DANS L'URGENCE " : SURCROIT OU DEFAUT D'ORGANISATION   
DANS LE SENTIMENT D'INTENSIFICATION DU TRAVAIL ?

Colloque « Organisation, intensité du travail, qualité du travail » - Centre d’études de l’emploi, CEPREMAP et LATTS - Paris, 21-23 novembre 2002
Marie RAVEYRE -  Pascal UGHETTO - IRES

 INTERVENIR DANS LA VIE DES AUTRES    
Colloque EDF "le nucleaire et l'homme"- Paris 2002
Yves SCHWARTZ

 LA PLACE DU TRAVAIL DANS L'IDENTITE DES PERSONNES    
Hélène GARNER - Dominique MEDA - Données sociales - La société française - 2006

 TRAVAIL PRESCRIT, TRAVAIL REEL ET SANTE AU TRAVAIL : DE NOUVEAUX MODES D'INTERVENTION ERGONOMIQUE ?
Michel BERTHET - Damien CRU - Travail et Emploi no 96 • Octobre 2003

 LA PREVENTION DE LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL EST-ELLE UN PROBLEME DE SANTE ?    
Le livre de Marie-France Hirigoyen Le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien [Edition Pocket, 2000] a eu un effet de dévoilement. Le grand public a découvert un phénomène de société : les salariés vivent mal leur entreprise. Après les discours dithyrambiques sur l’entreprise des années 1980, le contraste est saisissant.
Damien CRU - A l'encontre - 24 mai 2007

 INTERVENIR DANS LA VIE DES AUTRES    
Colloque EDF "le nucléaire et l'homme" - Yves SCHWARTZ - 2002

 PREVENIR ENSEMBLE LES RISQUES D'ATTEINTE PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL    
Les cahiers FPS - Numéro 4 - Août 2006

 UN ROBOT, LE TRAVAIL ET DES FROMAGES    
Quelques réflexions à propos du point de vue du travail - Séminaire international 
Jacques DURAFFOURG - Décembre 1997

HOMMAGE A ALAIN WISNER     
Jacques DURAFFOURG
Revue Travailler 2004, N° 12

NOTE DE JACQUES DURAFFOURG, ERGONOME     
"Aucun, je dis bien aucun, des problèmes qui se posent à notre société ne pourra être pensé sérieusement tant que le travail dans son contenu et pas seulement dans ses
conditions ne sera pas au centre de tous les acteurs de notre vie politique, économique et sociale."
L’Humanité le 15 mai 2007

HOMMAGE À JACQUES DURAFFOURG       
"Lorsque nous avons rendu les résultats de l’intervention à la CFDT, nous avons vu la section se scinder en deux, certains disaient « c’est tellement horrible qu’il ne faut surtout pas y toucher » et d’autres disaient « oui c’est vrai que c’est horrible mais en attendant elles ont mal au cou, aux fesses, il faut qu’on modifie les choses ». Ils se sont tournés vers nous et nous leur avons fait la réponse suivante « Nous, on a montré que c’était complexe, on ne peut pas vous donner une réponse, les stratégies d’action c’est votre responsabilité ». Cela m’a interrogé et j’ai commencé à travailler cette question : à quoi sert l’ergonomie ? Si la réponse s’arrête à dire « débrouillez-vous avec les stratégies d’action »."
Bulletin de la SELF n°152 - 25 - décembre 2008

 RISQUES PSYCHOSOCIAUX, STRESS, MAL-ÊTRE, SOUFFRANCE...GUIDE POUR UNE DEMARCHE DE PREVENTION PLURIDISCIPLINAIRE
Catherine BRUN - ARACT Aquitaine

 SANTE MENTALE ET TRAVAIL : QUELLE PRATIQUE CLINIQUE POUR LE MEDECIN DU TRAVAIL ?    
 Fabienne BARDOT -  Annie DEVEAUX

 LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX DU TRAVAIL : LEUR PREVENTION EST-ELLE POSSIBLE ?    
Alain CARRE - Septembre 2007

 LA COLLEGIALITE DETOURNEE : LES RACINES ORGANISATIONNELLES DU HARCELEMENT PSYCHOLOGIQUE DANS LES
UNIVERSITES                              
Chantal LECLER - Cécile SABOURIN - Micheline BONNEAU 
 Revue PISTES - mai 2005

 PAROLE DE CHSCT   
AFD : des élus se mobilisent contre la souffrance au travail.
Revue Santé et travail n°53 - octobre 2005

 QUAND LE TRAVAIL PERD LA TETE
 Deux Français sur trois travaillent sans plaisir, ont conclu des sociologues au terme d’une étude publiée au début de l’année 2003. Bien sûr, cela ne signifie pas que deux tiers de nos concitoyens souffrent psychiquement au travail. Encore moins qu’ils vont faire une dépression d’origine professionnelle, voire une tentative de suicide sur leur lieu de travail. Mais cette enquête confirme, chiffres à l’appui, le constat de nombreux médecins du travail : à tous les niveaux hiérarchiques s’exprime une souffrance, liée notamment au sentiment de dégradation de l’activité [...].Ce dossier va à l’encontre de nombreuses idées dominantes sur une question sensible qui fait souvent la une des magazines. Il transmet un message fort : le travail est un facteur puissant de 
construction de la santé mentale et d’épanouissement. Mais pas n’importe quel travail, effectué dans n’importe quelles conditions ! 
- Presentation du dossier : François DESRIAUX, rédacteur en chef
- Conducteurs de bus en état de détresse... Joëlle MARASCHIN
- Decomposition psychique Lise GAIGNARD
- intensification et santé mentale Philippe DAVEZIES
Données épidémiologiques Gérard LASFARGUES
Course à la productivité Nathalie QUÉRUEL
Relations sur le lieu de travail Dominique DESSORS
Enquête filmée sur un suicide Dominique DESSORS
Situation délétère Anne FLOTTES
- Gestion du stress Isabelle MAHIOU
- Victimisation Philippe DAVEZIES
- Initiatives syndicales Martine ROSSARD 
- Réparation Corinne DUHAMEL
Dossier de la revue Santé et Travail - juillet 2003

 SITE DE PHILIPPE ZARIFIAN     
Professeur de sociologie à l’Université de Marne-la-Vallée et chercheur à l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées   
 Travail, modulation et puissance d'action
 Travailler : le risque de se perdre
 Travail, socialisations et liberté
 Travail, langage et civilité
 Tensions et esprit de révolte dans les entreprises de service 
 L'approche des organisations
 Evénement et sens donné au travail     
 L’importance du régime des affects dans les fluctuations des milieux de travail.   
 Du contrôle d’engagement à l’engagement créatif : l’univers de l’ambivalence. 
 Du travail à l'action

 Dits et pensée silencieuse dans l’exercice de la puissance d’action des travailleurs du service.     
 le travail comme prise d'initiative
.    

CONTACT PUBLIC  
 Dossier CRAM - Languedoc Roussillon

LUTTE CONTRE LE HARCELEMENT MORAL AU TRAVAIL
 Modification du Code du Travail

 STRESS AU TRAVAIL   
 Source INRS

 DEPISTER LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX      
 Comment faire pour repérer, évaluer et prendre en compte le stress, les violences externes ou internes, le harcèlement moral ou encore le mal-être dans le cadre professionnel ? L’INRS vient de publier un guide pour aider les entreprises à mettre en place des indicateurs pour détecter d’éventuels risques psychosociaux.   
INRS 2007

 LE STRESS AU TRAVAIL    
 Bulletin d'information du bureau technique syndical européen pour la santé et la sécurité
 Septembre 2002

 DERRIERE LES RHETORIQUES MANAGERIALES    
Faut-il prendre pour argent comptant les discours de l’épanouissement dans le monde de l’entreprise ? S’il ne fait pas de doute que la mystique de l’accomplissement et la manie de l’évaluation convoitent l’implication maximale des salariés dans leur travail, il serait un peu rapide de conclure à leur adhésion sans nuance. Bien au contraire, il semble que cette appropriation fonctionne comme une mise à distance, voire comme une bombe à retardement contre le nouvel esprit capitaliste.
Danilo MARTUCCELLI - Revue Vacarme - 2006

 LE TRAVAIL,LIEU DE VIOLENCE ET DE MORT (recrudescence des suicides et des cancers professionnels)    
Le chômage, perçu comme principal problème social, a tendance à masquer les atteintes à la santé liées au travail. Cadres et ouvriers sont touchés. L’intensification des tâches, la pression des délais, la précarisation des statuts et la fragmentation des équipes entraînent une forte dégradation des conditions de vie dans l’entreprise. Ainsi, jamais le nombre de salariés exposés aux substances cancérigènes n’a été aussi important. Fragilisées par l’exigence hiérarchique et l’obligation de résultats, certaines personnes en viennent à se suicider. 
Annie THEBAUD-MONY - Le monde diplomatique - Juillet 2007

 HIER SOLIDAIRES, DESORMAIS CONCURRENTS     
 Danièle LINHART -  Sociologue, directrice de recherche au CNRS - Mars 2006
 Le Monde Diplomatique

COMMENT L'ENTREPRISE USURPE LES VALEURS DU SERVICE PUBLIC
    
Alors que les agents du service public sont sommés d’oublier leurs missions pour engranger des profits, le management rebat les oreilles des salariés du privé avec les valeurs d’excellence et de dévouement. Ainsi, ceux qui sont au service de la collectivité se voient interdire de remplir leur rôle, tandis que ceux qui travaillent pour des intérêts particuliers doivent prétendre se consacrer à une noble cause. Comment s’étonner des souffrances que génèrent de telles situations ?.
Danièle LINHART - Le Monde Diplomatique - Septembre 2009

LE SYNDICALISME FACE AUX DIFFÉRENTES FORMES DE LA FLEXIBILITÉ     
Cette étude compare les pratiques syndicales et les formes de mobilisation collective des salariés, dans trois secteurs d’activité : La Poste, où une partie importante du personnel est recruté en CDD, la sous-traitance de la pétrochimie et la restauration rapide caractérisée par une forte flexibilité des conditions de travail. Dans les trois configurations, la précarité professionnelle se traduit par une instabilité et un émiettement spatiotemporel des collectifs productifs qui forment le premier obstacle à l’émergence d’une solidarité et d’uneaction collective.
Paul BOUFFARTIGUE - Jean-René PENDARIE - Frédéric PEROUMAL - Evelyne PERRIN5
DARES - N° 143 - Août 2008

PREVENTION DU STRESS ET DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL     
Les 26, 27 et 28 novembre 2007 s’est tenu à Paris un séminaire scientifique organisé par le réseau Anact sur le thème de la prévention du stress et des risques psychosociaux au travail. Ces actes rassemblent les interventions des contributeurs sur les différentes approches d'analyse des risques psychosociaux au travail (gestion, psychologie du travail, médecine et épidémiologie, ergonomie) et les comptes-rendus des quatre ateliers consacrés aux contraintes organisationnelles, aux types et processus de changement, à la reconnaissance et au sens du travail, aux collectifs et relations de travail. Ils présentent, par ailleurs, les différents échanges des participants lors de la table ronde. Etudes et documents de l'ANACT

SUICIDE AU TRAVAIL : VERS UN SCANDALE DES " AUTOPSIES PSYCHIQUES" ?
    
L'affaire risque de faire grand bruit dans le petit monde de la santé au travail. Le 19 octobre se tenait, devant le tribunal des affaires de Sécurité sociale (tass) de Nanterre,
le procès en faute inexcusable opposant le constructeur Renault et la veuve de l'ingénieur du Technocentre de Guyancourt qui s'était suicidé le 20 octobre 2006 en se jetant d'une passerelle. Or, l'entreprise au losange a utilisé, pour sa défense, les résultats d'une autopsie psychique réalisée par un médecin psychiatre, dans le cadre d'une expertise menée par le cabinet Technologia. Une expertise lancée à la demande conjointe du CHSCT et de la direction de Renault.
Revue Santé et Travail - François DESRIAUX - 06 Novembre 2009

SUICIDES AU TRAVAIL : NON A LA VIOLATION DU SECRET MEDICAL     
C'est avec consternation que le Syndicat National des Professionnels de la Santé au Travail (SNPST) a appris, par l’édition du dimanche 8 novembre 2009 du journal « Le Monde », que le cabinet Technologia aurait conduit trois autopsies psychologiques de salariés de Renault qui se sont suicidés au Technocentre de Guyancourt (Yvelines).
SNPST - Toulouse, le 12 novembre 2009

LES ENTREPRISES FACE AU SUICIDES : l’autopsie psychologique ou comment se dédouaner grâce aux psychiatres     
La première fois qu’on l’entend, l’expression donne des sueurs froides. «Autopsie psychologique». Fichtre. S’agirait-il de dépecer un cerveau pour en extraire le subconscient ? Non. Seulement d’une méthode, importée du Canada, qui vise, selon l’Inserm, à «mettre en lumière des facteurs de risque susceptibles de conduire à l’acte suicidaire» . Mais la méthode provoque une polémique.
Par Michaël HAJDENBERG - Mediapart - Article publié le vendredi 13 novembre 2009

COMMUNIQUE DE PRESSE ASD-PRO (Association d'aide aux victimes et aux organisations confrontés aux Suicides et Dépressions professionnels)
    
Suite aux nombreux suicides survenus au Technocentre Renault de Guyancourt, les élus du CHSCT, faisaient appel au cabinet TECHNOLOGIA afin de faire une expertise sur les risques psychosociaux. Ce rapport, rendu public début 2008 après de multiples tentatives d’oppositions de la part de Renault, est accablant concernant les conditions de travail du Technocentre (surcharge de travail, management par le stress, dépassements d’horaires etc…). Toutefois, le cabinet Technologia, a fait réaliser, dans le cadre de cette expertise, des « autopsies
psychiques » sur les trois dernières victimes de suicides, par un médecin psychiatre clinicien.
Chinon le 5 novembre 2009 - ASD-PRO

 LA VRAIE BATAILLE DE L'INTELLIGENCE    
Les êtres humains se détruisent dans la concurrence. Ils se forment et grandissent dans la coopération. Tel est l’enjeu aujourd’hui de la question du travail. On dira que ce n‘est pas l’enjeu spécifique du travail. Mais appuyons le trait : dans le travail tel qu’il est aujourd’hui se déroule une partie essentielle de la confrontation de portée anthropologique dans laquelle nous sommes. La question du travail est en train de s’inviter dans l’actualité politique même si elle ne déclenche pas encore à elle seule les mouvements sociaux. Ce n’est pas un effet de mode ou de “petite phrase”. Mais le mouvement syndical et la recherche en sciences sociales peinent à la percevoir comme une question à part entière, sinon sous l’angle biaisé de la “souffrance au travail”. Celle-ci est un signal, pas un diagnostic.
Christine CASTEJON - ATTAC - Novembre 2007

 LES COLLECTIVITES LOCALES COMME TERRAIN D'INVESTIGATION DES SOUFFRANCES AU TRAVAIL
Alors que les évolutions du contexte économique mondial sont souvent désignées comme les cause des nouveaux maux liés au travail - accidents, 
maladies professionnelles,violences, harcèlements, stress - ,il est intéressant de se demander si le secteur public est également touché par cette tendance.En effet, les avantages associés aux statuts des fonctionnaires les désignent généralement comme des salariés privilégiés,en particulier parce qu’ils ne sont pas concernés par l’insécurité de l’emploi. Pourtant la fonction publique connaît aussi des changements et son activité n’est pas déconnectée de l’environnement économique .Après une présentation de certaines caractéristiques et évolutions de la Fonction Publique Territoriale, les principaux résultats d’une étude qualitative auprès d’un échantillon d’agents seront exposés.
Claire EDEY GAMASSOU - ATER Doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

 VIOLENCES DE L'ORGANISATION DU TRAVAIL ET RETOURNEMENT DE LA VIOLENCE CONTRE SOI
Dominique HUEZ -  Association santé et Médecine du Travail (SMT)
Communication pour le 29° Congrès national de médecine et santé au travail - Lyon - 1 juin 2006

 CIEL, UN HIPPOPOTAME DANS MON MILIEU DE TRAVAIL   
Guide de sensibilisation aux impacts sur la santé au travail des rapports hommes-femmes difficiles
Produit par la Confédération des syndicats nationaux (québec)  

 SANTE AU TRAVAIL : HUIT TERRAINS D'ACTION POUR LA POLITIQUE COMMUNAUTAIRE   
- La santé au travail  
- La stratégie communautaire pour la période 2002 - 2006 
- Les systèmes de prévention
- L’organisation du travail 
- Les risques chimiques 
- La précarisation du travail 
- Santé reproductive et maternité 
- Reconnaissance des maladies professionnelles
Laurent VOGEL - Chargé de recherches au Bureau Technique Syndical Européen pour la Santé et la Sécurité

PLACE ET SENS DU TRAVAIL EN EUROPE : UNE SINGULARITÉ FRANÇAISE ?       

L’examen des données françaises et européennes montre que les Français entretiennent un rapport singulier au travail. Plus encore que les autres Européens, les Français déclarent en effet que le travail est très important dans leur vie, mais, plus que les autres, ils souhaitent que le travail prenne moins de place dans leur vie. Comment expliquer ce paradoxe ? L’objectif premier de ce travail est de comprendre la diversité des perceptions en Europe et de proposer des interprétations qui permettraient d’avancer dans la résolution de ce paradoxe. L’originalité de ce travail provient en partie de la confrontation des résultats des diverses enquêtes françaises et internationales sur ces questions, qui restent aujourd’hui épars et peu diffusés. Dans un premier temps, nous analysons les déterminants de l’importance accordée au travail et les sens que peut revêtir cette notion. Deux hypothèses sont mobilisées pour expliquer les réponses des Français : d’une part, le taux de chômage élevé, la prégnance de l’emploi précaire et un fort sentiment d’insécurité de l’emploi ; d’autre part, les attentes plus fortes à l’égard de l’intérêt du travail. Les Français se distinguent en effet par des attentes de réalisation dans le travail plus intenses que celles de leurs voisins européens. Dans une seconde partie, nous tentons de comprendre pourquoi les Français considèrent que ce serait une bonne chose que le travail occupe une place moins grande dans leur vie. Cette situation peut s’expliquer par la moindre qualité des relations sociales en France ou par des conditions de travail et d’emploi dégradées, mais aussi par le souci des individus de consacrer plus de temps à leur vie personnelle et surtout de mieux concilier leur vie professionnelle et leur vie familiale. Les Français sont d’ailleurs ceux qui déclarent le plus souvent éprouver des difficultés de conciliation, et des tensions entre les deux sphères. Nous soulignons également, tout au long de l’article, que les réponses moyennes des pays ne doivent pas occulter la grande diversité des opinions, liées notamment à la catégorie socioprofessionnelle et à la situation familiale.
Lucie DAVOINE - Dominique MEDA - CEE - 2008

 HARCELEMENT MORAL  
 Dossier ANDCP
 Association Nationale des Directeurs et Cadres de la fonction Personnel 

 RESTRUCTURATIONS LE TRAVAIL MIS A MAL   
Marie RAVEYRE - Chercheur à l'IRES
Montreuil le 18 novembre 2005 

 HARCELEMENT MORAL ET RESSOURCES HUMAINES : QUELLES STRATEGIES ?
 DESS IRH Université René DESCARTES PARIS V

 SYNDICAT ET ORGANISATION DU TRAVAIL : UN RDV MANQUE
 Sociologie et sociétés automne 1998

 TRAVAIL ,VIOLENCES ET ENVIRONNEMENT
 Conseil économique et social
 Rapporteur : Mr Michel DEBOUT

 LE SITE DE PHILIPPE DAVEZIES 
Les textes figurant sur ce site ont été écrits dans le but de contribuer à la réflexion et au débat sur les questions de santé au travail. Ils ne s’adressent pas aux seuls professionnels de la santé mais à l’ensemble des personnes concernées. En effet, même si la prévention des atteintes à la santé par le travail est, pour une grande part, du ressort des professionnels, elle dépend avant tout de la capacité des femmes et des hommes à agir sur leurs propres conditions de travail. 

 CHARGE DE TRAVAIL  
 Philippe DAVEZIES

 ELEMENTS DE PSYCHODYNAMIQUE 
 Philippe DAVEZIES

 MALAISE DANS LE RAPPORT AU TRAVAIL  
 Philippe DAVEZIES

LES IMPASSES DU HARCELEMENT MORAL     
 Philippe DAVEZIES

 LA SANTE AU TRAVAIL, UNE CONSTRUCTION COLLECTIVE    
 Philippe DAVEZIES - Juillet 2005

 LES COÛTS DE L'INTENSIFICATION DU TRAVAIL    
Philippe DAVEZIES - Octobre 2006
Article rédigé pour le numéro 57 de la revue Santé et Travail consacré à l’intensification du travail.

DEREGLEMENTS ORGANISATIONNELS, SANTE, POUVOIR D'AGIR.     
Philippe DAVEZIES - Août 2009 - (Article rédigé pour la revue Pratiques : les cahiers de la médecine utopique, et donc à destination des médecins généralistes)

SOUFFRANCE AU TRAVAIL : COMPRENDRE AVANT D'AGIR      

Philippe DAVEZIES - Texte rédigé pour la rubrique CHSCT Pratique du numéro 68 (Octobre 2009) de la revue Santé et Travail.

SOUFFRANCE AU TRAVAIL,RÉPRESSION PSYCHIQUE ET TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES
        
Même si le principe d’un lien entre le stress professionnel et les troubles musculo-squelettiques est admis, la question reste très floue. Les éléments nécessaires pour l’aborder sont dispersés dans différents champs scientifiques et ne s’articulent que partiellement. La présente enquête souligne néanmoins les résonances et les liens, hypothétiques ou avérés, entre les phénomènes de répression émotionnelle décrits par la psychopathologie du travail, la notion d’alexithymie dans le champ de la psychosomatique, les perturbations de la sécrétion et de l’activité du cortisol en cas de stress chronique et l’importance de l’inflammation dans la genèse des pathologies du stress. Cette exploration permet de montrer que la question pourrait connaître d’importants développements à condition de mobiliser des investigations pluridisciplinaires.
Philippe DAVEZIES - Revue PISTES - Mis en ligne le 01 août 2013

ENJEUX, DIFFICULTÉS ET MODALITÉS DE L'EXPRESSION SUR LE TRAVAIL : POINT DE VUE DE LA CLINIQUE MÉDICALE DU TRAVAIL       

Face aux expressions de souffrance psychique qui lui sont adressées, le professionnel de santé au travail alerte la direction de l’entreprise et les instances représentatives du personnel. Malheureusement, dans de nombreux cas, cette alerte n’est pas suivie de mesures susceptibles d’améliorer la situation. Une des raisons de ce qui apparaît comme un échec tient au fait que les destinataires de l’alerte sont déjà plus ou moins confusément informés de l’existence d’un problème, qu’ils ne savent pas comment l’aborder, et que l’alerte ne leur ouvre pas de nouvelles perspectives de compréhension et d’action. Pour espérer ouvrir des perspectives de transformation, il est nécessaire de reprendre les choses du point de vue du travail, de ses tensions, de ses impasses, mais aussi des perspectives que révèle son analyse. Conformément au titre d’un ouvrage classique, il faut « Comprendre le travail pour le transformer » (Guérin, 1997).
Philippe DAVEZIES - Revue PISTES - Mis en ligne le 01 novembre 2012

ENQUETE SUR LES ACCIDENTS DE LA ROUTE DANS LE CADRE DU TRAVAIL   
L’étude présente une analyse bibliographique sur les facteurs de risque des accidents de la route en population générale, et des accidents du travail, en particulier pour ce qui concerne l’organisation du travail. Puis sont présentés des entretiens auprès d’accidentés de la route dans le cadre du travail, détaillant les circonstances de l’accident lui-même, les conditions de travail susceptibles d’avoir contribué à l’accident, le rapport subjectif au travail. Les éléments à prendre en compte dans une étude épidémiologique ressortent de l’analyse, concernant les véhicules, les conditions de conduite, les horaires de travail, les tensions et conflits, les rapports subjectifs au travail, la gestion de la fatigue.
Philippe DAVEZIES - Barbara CHARBOTEL - Rapport UMRESTTE n°0501- Janvier 2005

L'INDIVIDUALISATION DU RAPPORT AU TRAVAIL : UN DÉFI POUR LE SYNDICALISME       
La souffrance au travail n’est pas un phénomène nouveau. Mais, alors qu’elle était auparavant traditionnellement associée au travail ouvrier, ses manifestations se sont multipliées, sous des formes extrêmement individualisées, dans toutes les catégories professionnelles et dans tous les secteurs du monde du travail. Cette évolution témoigne de l’apparition, au sein des organisations du travail, de nouvelles contradictions qui génèrent de nouvelles difficultés, mais qui ouvrent aussi de nouvelles perspectives pour l’action. Dans les lignes qui suivent, nous envisagerons tout d’abord les transformations de l’organisation du travail et la façon dont elles induisent une individualisation du rapport au travail. Nous évoquerons, d’autre part, le fait que le salarié a d’autant plus de difficultés à exprimer les enjeux de son activité qu’il est plus isolé. Cela nous permettra de cerner les conséquences très négatives, au niveau individuel comme au niveau collectif, de la difficulté qu’éprouvent les salariés pour exprimer et défendre les normes et les valeurs qui sous-tendent leur engagement dans le travail. Nous terminerons avec lesenseignements de plusieurs recherches-actions sur la contribution que peut apporter le syndicalisme pour reconstruire des capacités collectives d’expression et d’affirmation de l’autorité que confère l’expérience du travail.
Philippe DAVEZIES est enseignant-chercheur en médecine et santé au travail à l’Université Claude Bernard Lyon 1.
ETUI Policy Brief Politiques économiques, sociales et de l’emploi en Europe – N°3/2014

LE TRAVAIL,GRAND ABSENT DU SCRUTIN EUROPÉEN        
"Faites vous-mêmes le test : dans la campagne pour les élections européennes, combien de fois avez-vous entendu des propositions claires pour améliorer les conditions de travail et combattre la précarité ? Pourquoi le travail est-il un angle mort des débats européens ? Le travail est pourtant au cœur des enjeux actuels : celui de la démocratie, de la redistribution des richesses, de l’écologie, de l’espérance de vie. Laurent Vogel, directeur du département Santé et sécurité de l’Institut syndical européen, explique en quoi le travail est une question centrale pour l’Europe et les débats politiques à venir."
Cet article a été initialement publié par HesaMag (#09/1er semestre 2014), le magazine de l’Institut syndical européen (European Trade Union Institute, ETUI) consacré à la santé et à la sécurité au travail.

 PROPOSITION DE RÉSOLUTION TENDANT A CREER UNE COMMISSION D'ENQUETE EN VUE DE RECHERCHER     
LES CAUSES DES SUICIDES DANS LE MONDE DU TRAVAIL

Par un abominable paradoxe, des travailleurs, des citoyens se donnent la mort dans le lieu même où ils devaient gagner leur vie. Au respect que nous leur devons, à celui que nous devons à leurs familles et à leurs amis douloureusement éprouvés, doit s’ajouter l’extrême attention qu’il nous faut porter à tous 
ceux que ces drames bouleversent et questionnent. Aux travailleurs et aux travailleuses, qui ne doivent pas entrer dans leurs bureaux ou dans leurs ateliers avec le sombre pressentiment que leur travail et le suicide peuvent y avoir partie liée. Aux jeunes qui viennent d’entrer dans les entreprises ou qui se préparent à le faire, et qui ne pourraient envisager leur avenir de façon sereine s’ils voyaient leurs aînés plongés dans ce climat d’angoisse diffuse. À toutes les citoyennes et à tous les citoyens qu’un tel état de choses blesse et révolte, la représentation nationale doit, outre ce respect, de s’informer de façon complète et précise sur tous les aspects de la vie au travail qui peuvent contribuer à de tels drames ou les provoquer.
Groupe gauche démocratique et républicaine - Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 23 juillet 2007.

 DIFFICULTES, SOUFFRANCES EN LIEN AVEC LE TRAVAIL : A QUI DEMANDER DE L'AIDE ?
 Document élaboré par le Syndicat de la Médecine Générale (SMG)   



 " En anesthésiant votre souffrance vous ne pouvez plus être sensible à celle de l’autre "
 Christophe DEJOURS 
 

PROJET DE LOI SUR LE HARCELEMENT MORAL


 HARCELEMENT MORAL INTERVIEW DU DEPUTE GEORGES HAGE  
 Harcèlement Moral : proposition de loi déposée le 14 décembre 1999

   
© comprendre-agir.com 2005 ::: Site créé par OPREO ::