Accueil
Prévention des risques
Action syndicale
Les collectifs :
Résister c'est créer
Travail Culture Syndicalisme
Mixité, Egalité Hommes
Femmes
Bibliographie
Les formations
Les liens
Fonction Publique Territoriale
Les rendez-vous du site
Contact












Les rendez-vous du site 
 

 ACTUALITE

"La parole soulève plus de terre que le fossoyeur ne le peut."   
  René  CHAR


Prochainement ...
séance  [ Ciné Travail ]
 

 



 UNIVERSITE POPULAIRE DE LYON - PROGRAMME 2012- 2013
Le savoir n’est pas un objet réservé à une petite caste. C’est une jouissance qui peut être partagée et transmise. Et chacun a le droit d’y goûter à sa guise. 

 LES RENDEZ - VOUS DE L'INSTITUT SYNDICAL EUROPEEN

 L'AGENDA DE L'ANACT

 LA FONDATION SCIENCES CITOYENNES
...organise régulièrement des débats sur des sujets de société. 

 L'AGENDA DE LA SOCIETE D'ERGONOMIE DE LANGUE FRANCAISE

 LIENS SOCIO : AGENDA DES EVENEMENTS ET MANIFESTATIONS 


AGENDA PRATIQUES ( les cahiers de la médecine utopique)

AGENDA DE L'ADELS

DEBATS ET RENCONTRES DES AMIS DU MONDE DIPLOMATIQUE

SEMINAIRE COPERNIC     

AGENDA  D'ECHO DU TRAVAIL     

AGENDA DU GESTES      

 AGENDA DE FEMMES SOLIDAIRES

AGENDA DES EDITIONS ERES  

AGENDA POLITIS   

 AGENDA DU MONDE DIPLOMATIQUE

AGENDA DE LA REVUE ALTERNATIVES ECONOMIQUES     

AGENDA DE LA REVUE SANTE ET TRAVAIL

AGENDA DU GESTE (Groupe d’études sur le Travail et la Souffrance au travail)



 LE CABARET DE L’UNION     
 Un lieu où travail est culture.Ils ouvrent un lieu dans la tradition des cabarets ouvriers du début du XXème siècle, alors seul espace de rencontre libre des travailleurs entre eux, contraints de se concerter professionnellement, socialement et culturellement hors de l’entreprise. 

AGENDA DES EDITIONS AGONE
Au moment où le marché du livre se caractérise par un emballement productiviste qui pousse les éditeurs, pour imposer leurs marques, à publier toujours davantage d’ouvrages de moins en moins maîtrisés et dont la durée de vie est toujours plus courte, nous avons opté pour la lenteur d’une politique de fonds. Ce projet éditorial répond aussi et surtout à un projet politique: proposer des oeuvres qui fournissent au plus grand nombre des outils pour comprendre le monde dans lequel nous vivons.

AGENDA DES AMIS DE LA COMMUNE 
Crée en 1882 par les Communards de retour d'exil, l'association des Amis de la Commune de Paris (1871) est la plus ancienne des organisations du mouvement ouvrier français.Elle perpétue les idéaux de la Commune et fait connaître son oeuvre prémonitoire : école laïque, séparation de l'église et de l'état, interdiction du travail de nuit, émancipation des femmes, autogestion des entreprises... Un idéal d'une actualité brûlante dans un monde inégalitaire, dominé par le pouvoir de l'argent.

 ASSOCIATION DES AMIS DU TEMPS DES CERISES   


2014


6es rencontres de Santé & Travail (jeudi 4 décembre) - Intensification, pénibilité… Où est passée la qualité de vie au travail ?
      
Est-il encore raisonnable de parler de qualité de vie au travail ? Alors qu’il y a un peu plus d’un an, un accord sur ce thème a été signé avec une perspective, timide certes mais prometteuse, de redonner la parole aux salariés sur leurs conditions de travail, patatras ! Coup sur coup, le gouvernement repousse l'application d'une partie du dispositif pénibilité, l’enquête nationale sur les conditions de travail montre une nette reprise de l’intensification, et les services statistiques du ministère du Travail confirment l’explosion du travail de nuit ces dernières années. Evidemment, dans ces conditions, l’urgence n’est plus tant l’amélioration de la qualité de vie au travail que le maintien dans l’emploi des salariés qui ne tiennent plus face aux cadences, aux horaires ou aux contraintes de leur poste, surtout quand ils avancent en âge. Et pourtant, malgré ce contexte très défavorable, il ne nous a jamais semblé aussi urgent de promouvoir d'autres modèles d'organisation du travail. Quelles sont les conditions d’un travail soutenable pour un emploi et une santé durables ? Nous comptons sur votre participation pour en débattre et pour trouver ensemble des solutions…
Jeudi 4 décembre, de 14h à 18h  - (accueil à partir de 13h30) - Amphithéâtre de la Macif - 17-21 place Etienne Pernet - 75015 Paris - Métro : Félix Faure (ligne 8, sortie rue des Frères-Morane)

 COLLOQUE : LE TRAVAIL SYNDICAL      
L’histoire du syndicalisme est intimement associée aux évolutions des formes d’organisation du travail productif. Dans la période contemporaine, les profondes mutations du monde du travail interrogent les
répertoires et les territoires de l’action syndicale. Pour explorer ces transformations, nous proposons ici de partir de l’analyse du travail et de la construction de l’engagement syndical Aborder le syndicalisme comme un travail implique de le situer dans son contexte avec ses ressources et contraintes propres, de recenser les tâches à réaliser et les activités déployées, d’identifier les visées poursuivies, la diversité de ses interlocuteurs et de ses destinataires. Au coeur de ce travail se trouvent des questions essentielles : comment construire une cause collective à partir de cas particuliers ? Comment surmonter l’émiettement
des situations contractuelles et la précarisation massive ? Comment maintenir les liens et la réciprocité entre syndicalisme militant et syndicalisme d’expertise ? Le syndicalisme est-il un métier, une fonction, une mission ? Quelle division du travail prévaut entre syndicalistes ? Quelles sont les formes, les voies et les risques de l’engagement dans ce travail ?
Samedi 31 janvier 2015 - ESCP EUROPE 79 avenue de la République, 75011 Paris (Métro Saint-­‐Maur) - Nouvelle revue de psychosociologie

6ème COLLOQUE DE LA CGT- CUS "CONFLITS ET PROGRÈS SOCIAL"
Le 4 novembre 2014, 6ème colloque de la CGT CUS « Conflits et progrès social » De 9H à 17h, entrée libre et gratuite Salle de la Bourse, 1 place de Lattre de Tassigny à Strasbourg.
Pour le colloque annuel de la CGT CUS, organisé par l’intermédiaire du centre de formation de la Confédération CGT, nous avons choisi le thème « Conflits et Progrès Social » en invitant entres autres personnalités :
- Yves Clot Professeur au CNAM, chaire Psychologie du travail
- Baptiste Giraud Maître de conférences en sciences politiques à l’Université de Sciences Economiques et de Gestion d’Aix-Marseille
- Danièle Linhart Sociologue du travail et directrice de recherche au CNRS Université Paris Ouest Nanterre.
La Défense Nous faisons chaque jour le constat, que les employeurs tentent de nier, de minimiser ou de dénaturer les conflits liés au travail, à l’organisation, aux conditions de travail, en cherchant à nous faire croire que tout va bien, que nous sommes égaux au sein d’une même famille, que nos places sont équivalentes en termes de contraintes, de responsabilité, de pouvoir d’agir, de santé au travail.
A court d’arguments ils finissent par évoquer la crise, pour justifier la dégradation de nos conditions de travail. La lutte de nos camarades de l’usine d’incinération des ordures ménagères de Strasbourg, à savoir 80 jours de grève pour respecter la législation du travail en est un exemple flagrant. N’oublions pas le fait que la Sécurité sociale, les allocations familiales, les pensions, l’indemnisation du chômage, les congés payés, le revenu de solidarité active, le droit au logement… ont été obtenus par l’instauration de rapports de force même si, pour certains acquis, le contexte d’après-guerre était marqué par une volonté de créer un monde meilleur avec plus de justice sociale. Pour celles et ceux qui veulent bénéficier du congé formation syndicale pour participer à ce colloque, il faut s’inscrire au plus tard le vendredi 25 septembre. mail : cgt@strasbourg.eu ou tel : 0388436187 Stage de formation ouvert à tous, adhérents ou non adhérents…

JOURNÉE D’ÉTUDE SUR L'EURO-MÉTROPOLE LYONNAISE : RISQUES ET OPPORTUNITÉS POUR LES AGENTS !
"Immanquablement cette nouvelle métropole va bouleverser l’organisation du travail. Déjà, un certain nombre d’agents, quels que soient leurs grades, sont en difficulté pour exercer leurs missions de services publics. Qu’en sera-t-il demain ? Nous constatons une augmentation de la souffrance au travail ainsi que des cas de suicides au sein de la FPT. Quelles consultations, quelles places et quels rôles seront accordés aux instances représentatives des personnels dans ce mouvement ?  Quel dialogue social est-il nécessaire de conduire dans ce contexte et comment assurer la prévention des risques professionnels et préserver voire améliorer les conditions de travail dans ce cadre ? Pour enrichir et étayer la réflexion au plus près de la préoccupation des agents et de leurs représentants, la MTH a souhaité associer les Cabinets ALIAVOX et RHIZOME pour partager et discuter les enjeux sociaux et l’euro-métropole Lyonnaise.Cette journée s’inscrit dans le prolongement du travail enclenché depuis plusieurs années : journée des rencontres santé à Aix les Bains en 2010, recherches-actions menées avec le CNRS – CERTOP de Gilbert De Terssac depuis 2007 et création d’une formation sur les risques organisationnels en 2009." Le Président de la MTH - Jean-Pierre CHAPUIS
Le lundi 24 février 2014 de 8H30 à 16H au bureau des Mutuelles de France, au 31 Rue Mazenod, 69003 LYON


2013


« le médecin du travail dans le parcours de soins »      
Rappel : « Le contenu et l'animation des débats de la journée de travail dépendront principalement des participants, de leur expérience, interrogations et propositions qu'ils mettront en travail ».Les textes préparatoires peuvent être adressés au SMT: secretaire@a-smt.org
Samedi 23 mars 2012 10h – 18h (accueil 9h 30) Association Reille 34 avenue Reille 75014 Paris
Association Santé et Médecine du Travail S.M.T.

Avec la crise, peut-on encore sauver les conditions de travail ?      
Deux tables rondes au programme :
Quel avenir pour les CHSCT ?
Compétitivité : et si on misait sur la qualité du travail ?
Mercredi 10 avril, de 14 h à 18 h (accueil à partir de 13 h 30) Amphithéâtre de la Macif - 17-21 place Etienne Pernet - 75015 Paris Métro : Félix Faure
Un événement organisé en partenariat avec l'UGM Santé & Travail, avec le concours d'Alternatives Economiques.

Séminaire d'Ergologie du professeur Yves Schwartz     
Ouvert au public gratuitement et sans inscription,dans le cadre du master ATDC - Analyse du travail et développement des compétences
les 01, 08 et 29 mars 2013 au 41 rue Gay-Lussac, Paris 5°

séminaire sur la sociologie et les RPS :  "Malaise dans l'organisation : un regard croisé entre syndicaliste et sociologue"      
Quand les choix ou les décisions d’organisation sont imposés sans aucun dialogue, quand le débat sur les orientations du service est étouffé, quand la hiérarchie avance des valeurs qu’elle ne respecte pas, quand les règles sont sans cesses contredites par des applications discutables, on a à faire une organisation blessante. Quand l’individu ne peut plus faire son travail correctement ni rendre le service que le public attend, quand sa place est remise en cause du fait de réorganisations sans qu’il ait pu se préparerà changer, quand il ne peux plus communiquer avec sa hiérarchie pour faire reconnaître son travail, quand ses repères s’en vont du fait de la remise en cause des collectifs, alors on a à faire à des blessures organisationnelles.Le malaise organisationnel est le produit de la rencontre entre l’organisation blessante qui entoure les activités et les blessures organisationnelles que présente le sujet. C’est ce qui ressort de deux ans de recherche dans la fonction publique territoriale.
Gilbert de Terssac (sociologue, directeur de recherche CNRS au CERTOP) et Armand Creus (Responsable syndical au Grand Lyon, Membre du CHSCT)
Mardi 9 avril 2013 de 14h à 17h à la MMSH dans la salle Duby à Aix-en-Provence
Laboratoire d'Economie et de Sociologie du travail (UMR 6123) - CNRS-Universités d'Aix-Marseille I et II.

Soirée Conférence-débat : Comment ne pas perdre sa vie à la gagner ?      
Dans le cadre de son cycle de conférences 2013, SECOL recevra Annie Thébaud-Mony, sociologue, directrice de recherches à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) et Karima Delli, députée européenne.Porte-parole de Ban Asbestos France, association de lutte contre l'amiante, Annie Thébaud-Mony est l'auteur de "Travailler peut nuire gravement à votre santé".Karima Delli, élue d'Europe Ecologie - Les Verts en Ile de France, rapporteure de la résolution du Parlement européen du 15 décembre 2011 sur la santé et la sécurité au travail, elle est l'une des plus jeunes parlementaires européens.
le Mardi 9 avril à Vaugneray - Participation aux Frais : 5 €, Entrée gratuite pour les adhérents SECOL

Rencontre avec Anne Flottes autour de son livre "Travailler, quel boulot ! Les conflits du travail, enjeux politiques du quotidien" éditions Syllepse      
L’ouvrage n’a pas pour objet d’ajouter, à toutes celles qui existent déjà, une nouvelle dénonciation du mode de production capitaliste et de ses effets dramatiques sur la santé des salariés.En se fondant sur sa propre expérience de nombreuses situations de travail et sur quelques références théoriques essentielles, l’auteure montre comment les travailleurs sont passés en quarante ans de luttes pour "ne pas perdre sa vie à la gagner" à la vaine et dangereuse attente que l’Etat, les employeurs et des experts en tout genre assurent une compétitivité garante de croissance infinie en même temps que leur "bien-être au travail".Pire encore ils attendent que la justice reconnaisse et répare leurs maux, alors qu’ils sont bien les premiers à faire quotidiennement l’épreuve des rapports de domination et d’exploitation. En narrant des situations concrètes de mise en travail du travail avec les personnes concernées, l’auteure illustre les limites des représentations actuellement dominantes, elle propose des interprétations et décrit les conditions qui rendent parfois possibles des contournements, voire des subversions individuels et collectifs, plus ingénieux, moins délétères.
Mardi 16 avril à 19h - Bar restaurant Le Lieu Dit - 6, rue Sorbier 75020 Paris - 01 40 33 26

" La Santé n’a pas de prix" Voyage au cœur des comités hygiène, sécurité et conditions de travail / Rencontre avec les auteurs : Hélène Adam et Louis-Marie Barnier      
Dans les entreprises, la santé au travail est un sujet de débat, d’inquiétudes et d’intervention. C’est au sein des Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail (CHSCT) que cette question est prise en charge.Combien d’accidents sont évités là où ils imposent le respect des normes de sécurité ! Sans oublier leurs efforts innombrables qu’ils déploient pour faire reconnaître les « maladies professionnelles » et faire interdire les produits nocifs.Toutefois, le bon fonctionnement des CHSCT ne saurait suffire pour imposer le respect de la santé au travail. Le parti pris des auteurs est d’aborder cette question à partir de leur expérience de syndicalistes au sein des CHSCT et de s’appuyer sur des expériences concrètes, dans l’entreprise ou au niveau du territoire, y compris de l’Europe, qui transgressent le fonctionnement institutionnel. La capacité du mouvement syndical à organiser le rapport de forces devient déterminante pour leur efficacité.L’ouvrage explore aussi quelques pistes de réflexion : la prise en compte de la pénibilité du travail dans la retraite ; le lien entre la santé au travail et la lutte pour l’écologie ; la confusion fréquente entre la santé des femmes au travail et la reproduction ; les problèmes soulevés par la sous-traitance…
Mercredi 17 avril à 19h - Bar restaurant Le Lieu Dit - 6, rue Sorbier 75020 Paris - 01 40 33 26 29

SEMINAIRE RISQUES PSYCHOSOCIAUX (Malaises organisationnels et Vulnérabilités dans le travail)
      
9h30-12h : Malaises organisationnels : de quoi parle-t-on ?
Intervenant : Gilbert de Terssac, Sociologue, DR CNRS, CERTOP
Discutante : Dominique Lhuilier, Psychosociologue, Professeure Émérite des Universités-CNAM, Centre de Recherche sur le Travail et le Développement.
14h-16h : Vulnérabilités au travail
Intervenante : Dominique Lhuilier, Psychosociologue, Professeure Émérite des Universités-CNAM, Centre de Recherche sur le Travail et le Développement.Discutante : Isabelle Bazet, Sciences Information Communication, MCF, IUT Tarbes, Université Toulouse 3, CERTOP
Lundi 13 mai 2013 - Université de Toulouse- Le Mirail / Maison de la Recherche / 5, allées Antonio-Machado - 31058 TOULOUSE Cedex 9

Travail & Démocratie - deux manifestations       
Le mercredi 22 mai au Conseil Régional d’Ile-de-France, le collectif Travail & Démocratie, en partenariat avec le Conseil Régional d’Ile-de-France, la revue Les périphériques vous parlent, l’Institut de recherche de la FSU, la fédération Peuple et Culture, vous convient à deux manifestions pour mettre à l’épreuve la pertinence de l’articulation travail & démocratie à partir d’expériences susceptibles d’opérer des changements dans le cadre de l’activité de travail et de son organisation.
Inscriptions : pensez à réserver et à nous demander une attestation de présence si nécessaire. Par mail chaos@lesperipheriques.org ou au 01 40 05 05 67 - Conseil Régional d’Ile-de-France, Salle Paul Delouvrier 35, boulevard des Invalides - Métro Saint-François Xavier (ligne 13)

colloque : Le management actuel est-il compatible avec le service public ?
      
- Danièle Linhard Sociologue - Josiane Boutet Socio linguiste - Sidi Mohammed Barkat Philosophe - Docteur Brigitte Font Le Bret Psychiatre,
28 mai 2013 - 9h à 17h Salle de la Bourse 1, Place Lattre Tassigny - Strasbourg
Colloque ouvert à tous dans la limite des places disponibles, syndiqué ou non syndiqué sur simple inscription auprès du syndicat CGT Communauté Urbaine de Strasbourg

FILMER LE TRAVAIL      
L’association «Ciné-Travail » propose des projections débats à partir de documentaires croisant le projet du (ou des) « filmant » avec celui des « filmés ». On retrouve ce principe dans «l’auto-confrontation», dispositif proposé par Yves CLOT. Selon quelles modalités de tournage et de médiation, la caméra peut-elle contribuer à un dispositif de recherche permettant aux salariés de faire un travail réflexif sur eux-mêmes et sur leur travail. Comment un dispositif filmique peut-il permettre de découvrir certaines dimensions du travail que l’on ne pourrait pas mettre en évidence, sans l’usage de la caméra.
Comment l’usage de la vidéo dans les auto-confrontations collectives peut-elle contribuer à la recherche sur le travail ?
YVES CLOT, titulaire de la chaire de psychologie du travail du CNAM
GABRIEL FERNANDEZ, chercheur, équipe «Psychologie du travail et clinique de l’activité», CRTD, EA 4132
RENÉ BARATTA, documentariste et ergonome
RÉGIS SAUDER, réalisateur
SOPHIE SIRERE, psychiatre (sous réserve)
Une journée d’échanges avec Yves Clot - Vendredi 29 novembre - de 9h30 à 18h - Animé par Ciné-Travail - Au Théâtre de la Renaissance, 7 rue Orsel – Oullins
/ 04 72 39 74 93 / contact@anousdevoir.com / www.anousdevoir.com -

« SUICIDE ET TRAVAIL » 7ème Colloque International de Psychodynamique et Psychopathologie du Travail      
La question principale du colloque concerne l’étiologie, c’est-à-dire l’analyse des processus en cause dans la genèse des suicides au travail. La clinique de ces suicides soulève des problèmes inédits qui font l’objet de controverses avec la psychiatrie et la psychanalyse d’une part, avec la théorie sociale d’autre part.Les suicides de travailleurs sans antécédents médicopsychiatriques suggèrent d’examiner à nouveaux frais l’impact des contraintes du travail contemporain sur le fonctionnement psychique individuel et sur la déstructuration des stratégies collectives de défense contre la souffrance au travail, qu’il faudra confronter aux approches classiques du suicide par la psychiatrie.
Vendredi 11 et Samedi 12 Octobre 2013 - Maison de la Chimie - 28 rue Saint Dominique – 75007 PARIS - Contact secrétariat : virginie.herve@cnam.fr

Matinée-débat « La psychosociologie du travail – Perspectives internationales »      
« Au-delà du simple emploi et de la tâche primaire, le travail comme activité et comme institution est au fondement du sujet et des unités sociales. Synonyme de transformation du donné, il est épreuve et potentialité de développement. C’est pourquoi l’activité, trop souvent négligée, doit pouvoir être placée au coeur de l’intervention psychosociologique et de la recherche-action. Ce numéro, issu du premier colloque international de psychosociologie du travail (Belo Horizonte, Brésil, 2012) permet de repérer ce que cette discipline partage avec les autres cliniques du travail (psychopathologie du travail, ergonomie, psychodynamique du travail, clinique de l’activité, ergologie…) mais aussi ce qui en fait une orientation singulière. Une orientation qui fait du travail une question à la fois anthropologique et éminemment actuelle ». Sous la direction deDominique Lhuilier,Vanessa Andrade de Barros, José Newton Garcia de Araujo
Samedi 23 novembre 2013 - Lieu : escpeurope , 79 avenue de la République, 75011 Paris -  (Métro rue Saint-Maur)

Cycle sur le Travail et néolibéralisme : Les dé-liaisons dangereuses
      
a question du travail occupe une place centrale dans l’actualité politique, avec l’évolution des courbes du chômage, les politiques d’emploi et les conflits sociaux liés aux licenciements, aux réformes des retraites et des accords interprofessionnels. De plus en plus fréquemment à la une des journaux, la souffrance au travail concentre les débats sur les conséquences visibles de l’économie globalisée : délocalisations, précarité et perte d’emploi. Mais derrière ces approches économico-politiques, il y a des hommes et des femmes dans un quotidien professionnel soumis à de nouvelles politiques gestionnaires et organisationnelles. Flexibilité, intensification, processus d’individualisation et d’évaluation sont observés dans tous les milieux professionnels. Ces nouveaux modes de management ont des effets sur les caractéristiques du travail, sur les ressources, l’engagement et la santé de ceux qui font le travail. Souffrance au travail. Mais que faut-il entendre par cette notion ? Faut-il soigner l’individu ou soigner le travail ? Le cycle proposé au public de l’Université Populaire de Lyon aborde la question du travail sous l’angle de cette part invisible, immergée : ce qui se joue dans le travail en termes de réalisation de soi, en tant que ressource pour l’individu et pour le collectif ; ce qui se joue dans le rapport salarial comme rapport d’exploitation, de subordination et d’aliénation. Des approches pluridisciplinaires permettront de croiser les points de vue, sociologie, clinique de l’activité en psychopathologie du travail, ergonomie, médecine du travail. Ce cycle a pour particularité de se dérouler tout au long de l’année de l’Unipop, d’articuler des conférences puis des ateliers dans l’objectif de permettre une appropriation collective des thèmes abordés. Il est construit en lien avec d’autres associations, comme Ciné Travail, pour certaines initiatives (comme celle du 29/11/13) et pour les ateliers.
Toutes les conférences ont lieu de 19h à 21h au TNP (salle J. Vilar), à l’exception de la journée du 29/11/13 au Théâtre de la Renaissance à Oullins.

l'association "Penser Ensemble Le Travail" organisent les 1ères Rencontres Pluridisciplinaires  - LE TRAVAIL: AFFAIRE DE TOUS        
Avocats/ DRH/ Entrepreneurs/ Employeurs / Ergonomes/ Infirmiers du travail /Inspecteurs du travail/ Médecins généralistes / Médecins du travail/ Préventeurs
Psychanalystes / Psychiatres / Psychologues/ Psychosociologues /Représentants du personnel/ Syndicalistes / Salariés/ Travailleurs sociaux
Face aux transformations du travail et à la complexité des situations rencontrées. Pour tenir et restaurer les promesses d’un travail vivant, humain et de qualité.
Pour renforcer et rétablir les dynamiques collectives face aux pratiques d’individualisation. Il est urgent de fédérer et développer un réseau pluridisciplinaire.
Le vendredi 6 décembre au FIAP de Paris - Penser ensemble le travail

COLLOQUE : " QUELLES ACTIONS POUR UN AUTRE TRAVAIL ? "      
Quelles actions pour un autre travail :soulager la souffrance, éradiquer les facteurs de risques, « soigner le travail » ?
La question de la souffrance au travail tient aujourd’hui une grande place dans le débat public, en France et dans de nombreux pays. Le vocabulaire, les catégories, les approches varient en fonction des milieux et des acteurs : souffrance, stress, risques psychosociaux, harcèlement… Mais la question reste la même : le travail peut-il encore être supportable ? Cette question débouche sur une autre : comment agir pour changer le travail ? Là aussi les réponses et les approches sont différentes, voire divergentes.
Le colloque international du DIM Gestes se déroulera les 10 et 11 juin 2013, au Beffroi de Montrouge, 2 Place Emile Cresp, 92120 Montrouge
Travail et souffrance au travail : GESTES

COLLOQUE : ART ET TRAVAIL - CULTURE ET ENTREPRISE      
Le Centre de Culture Populaire (CCP), fondépar les unions locales nazairiennes (CGT,CFDT, FEN) et placé sous l’égide des comités d’entreprise adhérents, fête cette année ses cinquante ans. Dans une démarche active et d’éducation populaire, le CCP a irrigué ce territoire industriel et ouvrier de nombreuses actions, mêlant souvent de façon novatrice, le travail, l’action artistique et culturelle, à la croisée de l’entreprise et du territoire. Dans la violence économique et sociale que l’on sait, le monde du travail s’est profondément modifié dans sa composition, son organisation, ses métiers et ses pratiques. Les temps ont changé également dans lechamp de l’action artistique et dans celui des pratiques culturelles. Le CCP a su prendre la mesure de ces mutations et parfois les anticiper pour renouveler les modalités de la rencontre entre la créationartistique et le travail. Cette nécessaire réflexion a permis de faire naître un mouvement d’émancipation et de transformation des individus. Ce que le CCP a fait émerger ici, en Loire- Atlantique, d’autres acteurs l’ont développé en d’autres lieux : selon leur génie propre et leur histoire. Ainsi artistes, acteurs culturels, institutions publiques, comités et collectivités d’entreprise, syndicats, directions, ou toutbonnement salariés et amis de la culture, ont su entreprendre et renouveler les formes de l’action culturelle. Cela dans un univers économique parfois hostile et agressif, souvent « déprimé » et offrant peu de moyens et pas davantage de droits nouveaux pour relever les défis d’aujourd’hui… Une telle pluralité d’initiatives et d’acteurs constitue déjà un capital d’expériences et de réflexions dont la richesse est trop souvent sous-évaluée. C’est pourquoi le CCP propose cette rencontre nationale à tous les protagonistes oeuvrant pour la place de la culture dans le travail : afin d’interroger et d’évaluer les actions pour les renforcer, donner confiance et les développer !
21 et 22 novembre - CENTRE DE CULTURE POPULAIRE 16 rue Jacques-Jollinier -  44600 Saint-Nazaire - T 02 40 53 50 04 - www.ccp-asso.org

Les dates de la 5e édition du festival Filmer le travail
      
Rendez vous l’année prochaine pour une nouvelle édition à Poitiers du festival Filmer le travail. La cinquième édition se déroulera du 7 au 16 février 2014.

SÉMINAIRE D’ÉTUDES : troubles du sujet dans le travail et « risques psychosociaux »       
La question des « risques psychosociaux » est aujourd’hui l’une des préoccupations essentielles des salariés et de leurs représentants. Le rattachement de cette question en priorité à la dimension du travail lui-même constitue un indispensable préalable aux considérations relatives à la prévention et au droit. Il réduit l’écueil que constitue la tendance à surévaluer le rôle des « facteurs » personnels et ouvre l’horizon sur une perspective d’émancipation collective.
Séquence 1 : vendredi 29 et samedi 30 novembre 2013 - Séquence 2 : vendredi 7 et samedi 8 février 2014 - Séquence 3 : vendredi 4 et samedi 5 avril 2014
Sidi Mohammed BARKAT - Docteur en sciences sociales - Chargé d’enseignement, CEP Ergonomie et Écologie Humaine, Paris 1 - Panthéon Sorbonne - Responsable du CERAT

COMMENT SORTIR DU MAL-ÊTRE AU TRAVAIL? A la recherche du SENS PERDU...
      
Suicides, dépression, burn out, question du harcèlement, pressions de tous ordres, on ne compte plus les signes du MAL-ÊTRE AU TRAVAIL. Serait-ce la fatalité de nos sociétés postindustrielles ? Faut-il s’y résigner ? Non, répondent ensemble le sociologue Vincent de Gaulejac et le journaliste Antoine Mercier, dans leur manifeste qui résonne comme un cri d’alarme. Ils proposent de mieux comprendre les sources du mal-être pour se donner les moyens d'en sortir au niveau individuel, collectif et politique. Comment changer un système paradoxal qui engendre une crise permanente, banalise l'exigence du toujours plus et préconise la lutte des places comme moteur de la performance. Il faut savoir quelle société nous voulons. L’homme doit-il être réduit à une simple « ressource », devenir un agent au service de la production ? La finalité de l’activité humaine n’est-ce pas de construire un monde dans lequel chacun ait sa place, et où il fait bon vivre, tout simplement ?
Vincent de GAULEJAC, psychosociologue, directeur du Laboratoire de changement social à l'Université Paris-Diderot , auteur de "la lutte des places", "Les sources de la honte", etc...
Antoine MERCIER, journaliste à France-Culture
Mardi 23 avril à 19H15 - 6e rencontre-débat d'un cycle de 8 rencontres-débats, salle des Expositions de laMairie 2e, 8, rue de la Banque, métro Bourse.



LIP - Juin 1973 – Juin 2013 : 40 ans      
En 1973, un conflit social éclatait à Besançon. Pour montrer leur refus d’un plan de licenciement massif, des salariés décidaient d’occuper leur usine et, par la suite, d’en assurer eux-mêmes la gestion. La France entière allait les appeler : « Les Lip »."LIP " trois lettres qui résonnent encore dans la mémoire de celles et ceux qui ont eu à connaître du destin d’une action collective mémorable, née dans les coursives d’une entreprise horlogère implantée à Besançon, et promise à une notoriété nationale et internationale. Le conflit LIP a constitué l’un des mouvements sociaux les plus importants de l’après mai 68.
Les LIP, comme on les appelle encore aujourd’hui, ont mis leur « imagination au pouvoir » pour mener des actions – parfois à la lisière du droit – destinées à sauver leurs emplois et leur entreprise. Les conflits contemporains sur fond de fermeture d’usine s’inscrivent dans cette lignée. Ils illustrent la diversité des moyens d’action et invitent à s’intéresser au passé, au présent et au futur, de l’action collective et plus particulièrement à l'un des traits caractéristiques de l'affaire LIP : l'autogestion. Pour célébrer les quarante ans de ces évènements, des conférences, un colloque, des expositions et des spectacles vont se succéder pendant plus de 6 mois. Recherche, pédagogie et art contribueront ainsi à la compréhension de ce conflit et à ses répercussions. Du 27 mai au 15 décembre 2013.

PLANÈTE MARKER
      
Essayiste, critique, poète, éditeur, voyageur, photographe, cinéaste, musicien, geek… Chris Marker fut un génial touche-à-tout. Passionnément curieux et engagé, il a accompagné les révolutions politiques, culturelles et technologiques de son temps avec une intelligence et une inventivité inégalées. Pendant deux mois, le Centre Pompidou et la bibliothèque proposent de découvrir la « Planète Marker » au travers de ses films et vidéos, d'installations, d'une exposition, de rencontres, de performances, de concerts, et d'un salon de lecture. Cette programmation permet de suivre la piste de ses inspirations et de ses amitiés. et dessine ainsi la carte d’un monde qui ressemble à s’y méprendre à nos 20ème et 21ème siècles.
Du mercredi 16/10/2013 au dimanche 22/12/2013 - Centre Pompidou, entrée principale, rue St-Martin (Piazza) - Bpi, entrée du public, rue Beaubourg

PASOLINI ROMA      
L'exposition: L'exposition propose un parcours chronologique à partir de l'arrivée de Pasolini à Rome en 1950, et explore les sites pasoliniens de la ville et de sa périphérie, en passant par les relations amicales du cinéaste avec les poètes et intellectuels de son époque , la poésie, la politique, le sexe, l'amitié, le cinéma.
Pasolini scénariste - Autour de Pasolini :d'Accattone à Salò, Pasolini a construit une œuvre incandescente et radicale, témoignant d'une quête exigeante et scandaleuse, dévoilant les illusions des utopies mortifères et des fausses critiques de la société contemporaine. Retour en 3 cycles sur son cinéma. Avec aussi : un spectacle, une lecture, une journée d'études et des présentations de séances.
LA CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE - Musée du cinéma 51, rue de Bercy - Paris 12è - Du 16 oct. 2013 - 26 janv. 2014

1res Rencontres estivales de la Fondation Sciences Citoyennes       
La Fondation Sciences Citoyennes s’associe avec l’association Khéper pour fêter ses 10 ans du 23 au 25 août 2013 à Trescléoux et Pont-Lagrand dans les Hautes-Alpes. Trois journées organisées en deux temps pour terminer en beauté les vacances et se préparer pour une rentrée active. En journée, se tiendront des débats et des ateliers sur le thème « Regards croisés sciences et société – Quels outils pour une citoyenneté active ? » et en soirée auront lieu des conférences, des projections et du théâtre forum sur le thème « Ces gens qui ont dit non – Cas de conscience ».

 La Belle Rouge 2013      
3 jours de théâtre, cinéma, chanson, politique, musique... et de fraternité.
A saint-Amant-Roche-Savine (63), près d’Ambert - Du vendredi 26 au dimanche 28 juillet

36e édition de l’Hestejada de las arts (en langue d’oc de gascogne : la grande fête estivale des arts à l’œuvre)      
Artistique culture humeur humour humanité, art de l'improvisation au vent, transartisticités à l'œuvre autour des travaux de « recherche fondamentalement applicable » des artistes œuvriers créateurs de la Cie Lubat de Jazzcogne (compagnie transartistique de divagation) . Elle aura lieu du 17 au 24 août 2013.

Cornelius Castoriadis et Claude Lefort : l’expérience démocratique
       
"Ce colloque cherche précisément à faire ressortir les différences d’approche entre une pensée de la démocratie comme auto-institution explicite de la société et une conception de l’agir démocratique soucieuse de mettre avant tout l’accent sur le fait du conflit et de la division sociale, l’objet de l’agir démocratique consistant davantage pour Lefort à contester le pouvoir, en revendiquant contre lui des droits, qu’à chercher à en démocratiser l’exercice effectif comme le soutient Castoriadis."
Colloque organisé par le laboratoire Sophiapol, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, sous la responsabilité de Nicolas Poirier Mardi 15, mercredi 16 et jeudi 17 octobre 2013

NUIT MUTINE « 3E NUIT DU CINEMA MILITANT »       
Une nuit pour célébrer la vivacité, la force, l'ardeur et la pertinence sans cesse renouvelées du cinéma d'engagement, de réalisateurs porteurs de luttes et d'images qui montrent là où ça fait mal...
Pour cette 3ème Nuit Mutine, coup de projecteur sur Chris Marker et les films des groupes Medvedkine, en présence d'Henri Traforetti (groupe Medvedkine Besançon). Soirée organisée par la MJC du Vieux-Lyon, Ciné-Travail et le collectif Item. À 18h45 : rencontre avec les réalisateurs : "Le Cinéma militant d'hier et d'aujourd'hui est il un sport de combat ?"
Début des projections à 20h, en présence des réalisateurs. 22 films, 3 salles de projection, 4 thèmes : "Travail", "Résistances pour la terre", "Démocratie locale", "Migrations"... Petite restauration sur place et croissant au petit matin...
Samedi 1er juin 2013 - de 18h30 à 5h - à la MJC du Vieux Lyon - Entré à prix libre.

Cycle citoyen de FAC "des outils pour des pratiques plus démocratiques dans nos structures associatives et militantes"     
COMPLET
Deux soirées animées par Henri Pérouze, consultant et militant de FAC
Ce cycle a pour objectif d’aborder deux aspects fondamentaux pour la vie de nos structures associatives et militantes et, plus largement, pour la démocratie de proximité. Le premier est celui de l’animation de réunion. Le second porte sur le débat et la capacité à argumenter sans manipuler.
De la démocratie dans les réunions – Mardi 12 mars 2013
Comment rendre démocratiques et efficaces les réunions auxquelles nous participons ? Entre la réunionite stérile et le monologue autoritaire, quelles sont les marges de manœuvre, les méthodes et les comportements pour créer un espace réel de confrontation et d’échange, de prise de décision réellement collective... ?
Peut-on convaincre sans manipuler ? - Mardi 19 mars 2013
Comment discerner les techniques de persuasion des méthodes d’argumentation ? Comment réfuter les interventions fallacieuses ? Comment offrir une place à l’expression de chacun qui respecte les personnes et le collectif dans la confrontation vigoureuse mais sereine des points de vue ?
Informations pratiques :
Le cycle se déroulera les mardis 12 et 19 mars 2013 de 19h à 21h dans les locaux de FAC
(58 rue Raulin, Lyon 7ème, arrêt tram T2 Centre Berthelot).
Coût : adhésion annuelle à l’association – 10 euros (N.B. : l’adhésion ouvre l’accès à tous les cycles citoyens organisés dans les locaux de FAC durant l’année en cours).
Inscription par email : la-fac@la-fac.org pour plus de renseignements : 06.87.68.87.81

5 jours en compagnie de Alain Badiou      
Quatre lectures d’extraits de La République de Platon dans la nouvelle traduction de Alain Badiou. Chaque lecture peut être entendue indépendamment des trois autres. L’auteur introduira chacune d’entre elles.
19 mars, 20 h 00 Conversation dans la villa du port
20 mars, 20 h 00 Femmes et familles
21 mars, 20 h 00 Qu’est-ce qu’une Idée ?
22 mars, 20 h 00 Justice et bonheur
Théâtre National Populaire - 8 Place Lazare-Goujon 69627 Villeurbanne cedex

IMAGES SINGULIERES
      
Cinq ans ce n’est pas un anniversaire. Pas une date à cocher mais juste une fierté : celle d’avoir passé un cap ! ImageSingulières s’est inscrit dans le paysage photographique en surmontant les obstacles et malgré ses moyens limités veut continuer à être ambitieux pour proposer une programmation inédite. Le monde est en fusion : guerres sans fin, explosions sociales, mafias, révolutions et parfois, au milieu de ce magma, de trop rares bonnes nouvelles. Le rôle des photographes devient alors crucial, ils ont parmi d’autres la lourde tâche d’écrire la mémoire de ces temps tourmentés. Il est important pour nous de leur donner un écho, et de défendre leurs points de vue.
5e RENDEZ-VOUS PHOTOGRAPHIQUE - 08 - 26 MAI 2013 - SÈTE

Visions Sociales        
Cette année un focus sur le cinéma indépendant américain vous est présenté.Les femmes seront à l’honneur, tant les actrices que les réalisatrices et vous pourrez parcourir le monde dans leur sillage et en mesurer les avancées ou les terribles régressions.Courts métrages, fictions, documentaires, films de nos partenaires, tout un programme qui nous l’espérons ouvrira des portes vers des univers toujours à découvrir pour qu’année après année, votre vision de cinéma puisse grandir en plaisir et en connaissances.
Du 18 au 26 Mai - séjours Visions Sociales en hébergement au Chateau de Mandelieu la Napoule

POUR LA REHABILITATION DE LA COMMUNE ET DES COMMUNARDS      
Lundi 18 mars 2013 de 18 heures à 20 heures MANIFESTATION de l’Assemblée nationale au Sénat

EXPOSITION MAURICE PIALAT, PEINTRE ET CINEASTE    
Grâce à Sylvie Pialat, La Cinémathèque française expose les tableaux et dessins de Maurice Pialat, témoignage de la première période de sa vie artistique (1942 à 1946). Une quarantaine d'œuvres : nature morte, portraits, paysages, marines et paysages urbains. Dans ce travail sur le motif, on décèle quelques thèmes qui reviendront dans certains films, par exemple L'amour existe, ce magnifique court métrage sur la banlieue réalisé en 1960, ou La Maison des bois, bouleversant feuilleton de six heures réalisé pour la télévision en 1970. De même, les tableaux d'enfants solitaires renvoient au premier long métrage du cinéaste, L'Enfance nue réalisé en 1968. Sylvie Pialat a aussi fait don à La Cinémathèque française des archives du cinéaste : notes, scénarios annotés, projets non tournés, documents, correspondances, photos et affiches. Ces œuvres comme ces documents accompagnent l'exposition des tableaux et dessins, dix ans après la disparition du cinéaste survenue le 11 janvier 2003.
Du 20 février au 7 juillet 2013 - La Cinémathèque française / Accès et horaires

L’AMERIQUE DE SAM PECKINPAH      
Hommage au cinéaste qui pulvérisa le mythe du rêve américain et qui explora les rouages de la violence à travers des films qui font désormais eux-mêmes partie de la mythologie américaine moderne qu’ils ont contribué à écrire.
Institut Lumière -25 rue du Premier Film 69008 LYON (France)

EXPOSITION : CHEVEUX CHÉRIS Frivolités et trophées      
Au croisement de l’anthropologie, de l’histoire de l’art ancien et contemporain, de la mode et des mœurs, l’exposition met en œuvre les problématiques de l’intime individuel et sa sociabilité sur le thème universel des cheveux.
Du 18 septembre 2012 au 14 juillet 2013 - Musée du quai BRANLY

Séminaire L’ART AU TRAVAIL (2012-2013). Représentations artistiques et représentations sociales du (monde du) travail depuis les années 1968
      
Après deux décennies passées au second plan du débat politique et de la représentation médiatique en France comme en Europe, la question du travail – sa « valeur », ses lieux canoniques (l’usine, l’entreprise) ou ses arrière-cours (le bureau ANPE, mais aussi les pays pauvres vers lesquels il se délocalise), ses figures individuelles et collectives perçues comme historiques (la classe ouvrière vs le patron) ou comme plus récentes (les chômeurs, les clandestins) – la question du travail semble faire retour depuis les années 2000, de façon ponctuelle il est vrai, à la faveur d’occasions politiques (les campagnes électorales de 2007 et de 2012) ou d’événements tragiques dont l’accumulation vaut symptôme : une vague de suicides dans telle ou telle entreprise. Dans le même temps, la scène artistique française et européenne, que l’on peut envisager tout autant comme chambre d’écho et comme outil de critique voire de transformation de ces représentations sociales, a elle aussi remis au goût du jour la question de la représentation esthétique du ou plutôt des mondes du travail. Signe de cette effervescence, plusieurs manifestations scientifiques ont été organisées ces dernières années, la plupart ayant pour particularité de faire dialoguer des chercheurs d’horizons disciplinaires divers et des artistes. Toutefois, aucune n’a questionné l’art dans son double statut de manifestation et d’outil de transformation des représentations sociales du travail et du monde du travail. Tel est l’enjeu du présent projet, qui réunit pour ce faire des chercheurs en études théâtrales, études cinématographiques, littérature, sciences politiques et sociologie.
Université Lyon 2 - 18 quai Claude Bernard. 69 365 Lyon cedex 07


2012


 4e rencontres de Santé & Travail : "2012 : La politique peut-elle changer le travail ?"     
En 2007, le candidat à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy, avait su rallier les suffrages des classes populaires, en célébrant « la France qui se lève tôt », en l'encourageant à « travailler plus pour gagner plus » et en promettant de revaloriser le travail. Cinq ans plus tard, avec un pouvoir d'achat en berne, un chômage de masse au plus haut niveau, une explosion des risques psychosociaux et une réforme des retraites qui a aggravé les conséquences de la pénibilité, peut-on encore croire et espérer que la question du travail, de son organisation et des conditions dans lesquelles il s'effectue, est accessible à l'action politique ? Certes, du côté de la droite, on pourra objecter que la crise de la zone euro a chamboulé les priorités, mais qu'à travers les plans santé travail 1 et 2, des progrès importants ont été accomplis depuis dix ans, notamment en matière de réglementation des expositions aux produits CMR où la France occupe le peloton de tête des pays industrialisés. A gauche, on se souvient que l'actuelle première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, voulait « changer le travail », lorsqu'elle occupait le bureau de la rue de Grenelle. Mais les fameuses lois Auroux de 1982, qui ont créé les CHSCT, instauré l'obligation annuelle de négocier les salaires et l'organisation du travail, inventé le droit de retrait en cas de danger grave et imminent paraissent appartenir à un autre temps. Et puis, que reste-t-il du « droit d'expression des salariés sur les conditions de travail » ? Alors, si, comme nous, vous souhaitez que la campagne électorale dépasse l'horizon du triple A de la France, nous vous attendons le 19 janvier prochain pour élargir le débat politique à la santé au travail.
François Desriaux - Rédacteur en chef de Santé & Travail
jeudi 19 janvier 2012 de 13h30 à 18h00 à l’Amphithéâtre de la Macif 17-21 place Etienne Pernet 75015 Paris Métro : Félix Faure



  Cycle “Révolutions” au cinéma L’Ecran de Saint-Denis     
ans le cadre de son festival “Est-ce ainsi que les hommes vivent ?” les 12èmes journées cinématographiques dionysiennes de l’Ecran Saint-Denis proposent de revenir sur 100 ans de révolution au cinéma, depuis La Commune d’Armand Guerra (c.m., 1914) jusqu’aux récentes productions évoquant le printemps arabe qui sera, bien sûr, au cœur de toutes les discussions. Au menu, une rétrospective de classiques du genre, d’Octobre d’Eisenstein à United Red Army de Koji Wakamatsu, en passant par La Nouvelle Babylone de Kozintsev & Trauberg, La Marseillaise de Renoir, L’Espoir de Malraux, Viva Zapata ! de Kazan, Le Fond de l’air est rouge de Marker, Il était une fois la Révolution de Leone, Lumumba de Peck… Mais aussi des films récents et inédits et des tables rondes animées par de prestigieux invités : Fernando Solanas himself (réalisateur argentin du mythique L’Heure des brasiers en 1968) ou William Klein, Philippe Grandrieux, Rabah Ameur-Zaïmeche, Olivier Assayas… bref que du beau monde.
Cinéma L’ECRAN 14, passage de l’Aqueduc 93200 SAINT DENIS tel : 01 49 33 66 88


2011


 7e EDITION DES SCIENCES EN BOBINES         
le festival abordera différentes dimensions de l'alerte et des lanceurs d'alerte.
Du 12 au 16 octobre 2011 - Programme en cours d'élaboration.

 FILM : PRUD’HOMMES DE STEPHANE GÖEL    
Licenciements, absentéisme, harcèlement, burn out, heures supplémentaires non payées, congés “oubliés”, insultes ou écarts de conduite : le monde du travail est en crise !
Chaque année des centaines de milliers de conflits sont traités devant le Conseil de Prud’hommes, une juridiction spécifique qui règle les conflits de travail entre employeurs et salariés. Cette Cour est un baromètre social révélateur, bruissant de récits, de petits et de grands drames. “Les Prud’hommes” cristallisent les tensions, les souffrances et les révoltes qui traversent un monde du travail en pleine mutation. L’action de PRUD’HOMMES se déroule en Suisse, mais aurait pu être filmée en France, les enjeux sur le fond étant toujours les mêmes : obtenir réparation d’un préjudice subi dans le cadre de son travail, l’exemple suisse nous permettant d’autant mieux d’éprouver les interrogations de forme que se pose (ou non) le système français depuis plusieurs années. Entre les salles d’audience, l’Inspection du Travail et les antennes syndicales, à travers une mosaïque de récits et de parcours de vie, moments cocasses et émouvants se succèdent, nous plongeant au cœur d’une véritable comédie humaine, reflet de la société d’aujourd’hui. Sortie en salles à partir du 8 juin 2011.

 CONFERENCE-DEBAT : RESISTER POUR SOIGNER  (avec les auteurs du n° 53 de Pratiques, les cahiers de la médecine utopique) 
Ce numéro, élaboré par des praticiens et des chercheurs, rend compte de la résistance chez les soignants comme chez les usagers de la médecine ; mais aussi, dans tous les lieux (de travail, d'éducation, de service public) affrontés aux destructions politiques aujourd'hui à l'oeuvre. Il n'appelle pas seulement à la résistance, mais aussi à la riposte.
Vendredi 1er juillet 2011 de 19h à 21h - Espace l’Harmattan 21 bis rue des Ecoles 75005 Paris (M° ligne 7 Maubert-Mutualité)

3è FESTIVAL DE CINEMA DES FOYERS
Attention Chantier a l’immense plaisir de vous inviter à la troisième édition du Festival de Cinéma dans les Foyers de travailleurs migrants ! Un festival pour ouvrir les foyers et casser les préjugés. Grâce à la programmation de films, d’expositions et de débats, cet événement culturel et militant nous permet d’améliorer le vivre-ensemble dans la ville et de développer des liens entre les habitants d’un même quartier. Après une édition 2010 marquée par le bilan des indépendances africaines, le festival 2011 se propose d’explorer les formes de l’engagement politique des migrants. Ici, là-bas, quels rôles les migrants jouent-ils dans les transformations sociales ? Venez partager avec nous, au cours du mois de juin, un mafé, un instant cinéma, une réflexion sur la lutte. Du 4 au 25 juin
 
 FORMATION : COMPRENDRE LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX POUR MIEUX LES PREVENIR      
Depuis plusieurs décennies, les organisations du travail sont traversées par de profondes mutations dont la complexité et les incidences sur le Travail se manifestent par des atteintes  importantes à la Santé dans les sphères physique, mentale et sociale (accidents,  dépression,TMS,suicides ...)
les 14 et 15 juin 2011 - Paris - ALIAVOX

 LE FESTIVAL " REINVENTONS LE TRAVAIL A LA CAMPAGNE ! "        
Pourquoi le travail ? Parce que la souffrance, les risques psycho-sociaux, le questionnement sur le sens même du travail traverse toutes les professions, à tous les niveaux de la hiérarchie, de façon aiguë aujourd’hui. « Avec notre festival, nous souhaitons ouvrir un lieu de parole, pour témoigner de ces souffrances, mais aussi pour aller au-delà : échanger des pistes concrètes pour travailler autrement ».
Du 27 au 29 mai, à Athis-de-l’Orne, en Normandie (50 km au sud de Caen, 2 h 30 de Paris).

 DOCUMENTAIRE : « REMUE MENAGE »       
Résumé du film  : A Paris en mars 2002, des femmes de chambre employées par la société Arcade pour travailler dans les hôtels Accor, se mettent en grève. Leurs revendications principales : la baisse des cadences de travail et le paiement de toutes les heures travaillées. La plupart des grévistes sont des mères de famille d’origine africaine qui vont pour la première fois lutter pour leurs droits. Après un an de lutte, elles sortent victorieuses… Mais en mai 2004, la déléguée syndicale qui avait joué un rôle prépondérant dans la grève, est licenciée. La lutte reprend autour d’elle. Tourné sur une période de plus de quatre ans, ce film brosse un tableau de luttes où avec peu de moyens mais une volonté tenace, des individus organisés collectivement bousculent la loi de la soumission qui règne dans le monde du travail et en particulier dans la sous-traitance. Samedi 30 avril 2011 - Au C.C.O. à 19h00  - 39 rue Georges Courteline - 69100 Villeurbanne 
Projection suivie d'un débat avec le collectif "360° et même plus, Guy Lefrêne (syndicaliste du groupe ACCOR) et de Sophie Beroud ...
Soirée organisée par Grand Ensemble en partenariat avec l'association Ciné-Travail 

 JOURNEE D'ETUDE :  LES PROFESSIONNELS DE LA CULTURE ET LE SENS DU TRAVAIL EN QUESTION      
 Journée d’étude organisée par le Clersé (axe CPM), en collaboration avec « Travail et Culture / Criac » et «l’Appel des appels »
Date : lundi 9 mai 2011 de 9h30 à 17h30 - Lieu : Université des Sciences et Technologies de Lille (USTL) - Amphithéâtre de l’Espace Culture

 LE 28 AVRIL, TOUS DANS L'ACTION (Pour une vie meilleure au travail et en retraite, il faut changer le travail.)     
La Fonction publique a besoin de règles plus transparentes. Les fonctionnaires ne cherchent pas à défendre de prétendus privilèges. Au contraire, pour que la pénibilité de l’ensemble des fonctionnaires qui la subissent soit reconnue collectivement, il est nécessaire que les salariés du privé puissent la conquérir. Les fonctionnaires et les salariés du privé mènent la même lutte pour la reconnaissance collective de la pénibilité et seront présents dans les actions du 28 avril.



 FETE DE L'HUMA (16,17,18 septembre)      
La Fête de l’Humanité est un moment unique où les citoyennes et les citoyens désireux de débattre, échanger des idées et des propositions neuves peuvent se retrouver de façon aussi fructueuse et fraternelle. Les nombreux débats qui s’y déroulent chaque année répondent à l’envie trop fréquemment brimée par une pensée dominante d’échanger, d’approfondir et d’apprendre, d’explorer l’avenir sous différents angles, de se confronter en direct à des responsables du monde politique, syndical, associatif, national et international. A la Fête de l’Humanité, le peuple cherche à prendre son destin en main. Il cherche aussi un devenir. Celui d’une nouvelle espérance. Celui de l’Humanité réconciliée. Celui de l’émancipation humaine.
Parc Georges-Valbon la courneuve
Du 21/08/2011 au 27/08/2011

 LES ETATS GENERAUX DU FILM DOCUMENTAIRE     
Créé en 1989 à l'initiative de la "Bande à Lumière" et de l'association "Ardèche Images", les "États généraux du film documentaire" œuvrent à ouvrir tous les publics au documentaire : faciliter les rencontres entre les différentes catégories professionnelles et les étudiants en cycle artistique, cinéma et audiovisuel, privilégier les échanges entre les professionnels et le public, et favoriser ainsi l’émergence des œuvres et leur circulation, mais aussi participer à l’éducation à l’image des plus jeunes et à la sensibilisation de tous les publics au documentaire, en constituent les enjeux.
Festival non compétitif, la spécificité de la manifestation et son originalité tiennent à sa ligne éditoriale. La programmation s’articule autour de trois axes : les séminaires ou ateliers, les stages et rencontres professionnelles, et les sections de programmations de films. 
Du 21/08/2011 au 27/08/2011 - Lussas

 COMMUNE DE PARIS  1871 - 2011     
140e anniversaire de la Commune
L'association des Amis de la Commune de Paris 1871 veut faire de la commémoration du 140e anniversaire de la Commune une année de manifestations importantes.
Il s'agit de lutter contre l'oubli des hommes et des femmes de la Commune, de leurs actes et de leurs idéaux, de réactiver un héritage politique, social, culturel, et de les réhabiliter en leur restituant leur dignité. Nous présentons ci-après les initiatives dont nous avons connaissance, qu'elles soient organisées par notre association ou en liaison avec des organisations et des municipalités. 

 15è EDITION DU FESTIVAL RESISTANCES A FOIX      
Au pied des Pyrénées, irréductible, le collectif de « Résistances » vous propose pour sa 15ème édition, un (beau) temps de réflexions et de rencontres avec le cinéma engagé de tous les continents. 2011. Forçons la voie d’un autre avenir possible... 10 jours d’été pour se retrouver et échanger autour des questions soulevées par des réalisateurs sur le "modèle" économique, la Justice et l’injustice, le vivre ensemble et l’accaparement des ressources végétales. Les réalisateurs Maurice Failevic, José Alcala, les Frères Larrieu (sous réserve), Andrew Kotting et bien d’autres seront à nos côtés.
Festival Résistances 24 av du Général de Gaulle 09000 Foix - Du 8 au 16 juillet 2011

 FESTIVAL LA BELLE ROUGE 2011      
Nous, pour changer un peu, tiens ! on parlera de Révolution, une fois n’est pas coutume. Peut-être sera-ce aussi en adéquation avec le réel ? Peut-être pourrions-nous comme nos camarades indignados exiger ; l’abolition des lois anti-étrangers, plus (+) d’impôts pour les riches, l’interdiction de la spéculation, la taxation des revenus financiers, la nationalisation des banques, le développement des transports publics et leur gratuité pour les chômeurs, des lois anti-corruption politique, l’abolition de la précarité, une démocratie participative et directe, un salaire minimum décent, la réduction des budgets militaires, arrêt total du nucléaire, arrêt des interventions militaires...
Et quand est-ce que ça va péter ? !!!!!!!!
Du vendredi 29 au dimanche 31 juillet à Saint-Amant-Roche-Savine (63)

 34è HESTEJADA DE LAS ARTS (La manifestivité poïélitique d'Occitanie océanique)      
Imagin’enjazzée par ses artistes mêmes en pointe avancée estivale des chantiers quotidiens uzestiens de la nouvelle Cie Lubat de Jazzcogne. Averti-divertissante, divertis’avertissante la manifestivité «archipélise» son art de la diffusion de l’art dans les villages, lieux-dits, airials, sentiers forestiers, jardins particuliers, quartiers éloignés, rivières et ruisseaux, châteaux et palombières. Encore et toujours.... apprendre à grandir sans grossir... à croître sans mépriser... à laisser aller... respirer la pensée...les idées. Donner à voir et entendre sans m’as-tu-vu ni autre assourdissante marchandisance. Remettre à sa place le sacro-saint « combien » de spectateurs, de spectacles, de sonos, de projos, de recettes, de bénévoles... Retrouver le « comment » faire, vivre, refaire, créer, inventer, initier, proposer, partager... Des lieux et des êtres, des liens et des autres .Convoquer la capacité d’esprit critique des citoyens spectateurs; tenter « d’en finir » avec l’entretien (commercial?) d’une crédulité (tarifiée?) qui les hypnotise dans une disposition de citoyens clients captifs ! Mettre à l’œuvre une politique culturelle vitalisante initiante autonomisante permettant à tous un accès aux différentes formes d’oeuvres artistiques et non pas exigeant des créateurs des formes et des récits qui pourraient plaire au plus grand nombre.
« Il faut avoir le courage et l’opiniatreté de présenter au public ce qu’il ne sait pas qu’il désire » Jean Vilar
Du 14 au 21 août 2011

 10è EDITION DU SALON DU LIVRE D'EXPRESSION POPULAIRE ET DE CRITIQUE SOCIALE    
« Voir le monde laid et mauvais rend laid et mauvais », prévenait Nietzsche. Pour ce dixième anniversaire du salon Colères du Présent, gardons-nous donc d'aboyer avec les loups. La lepénisation des esprits n'est pas nouvelle : nous verrons juste si la droite dite républicaine existe encore ou si elle explosera, infâme, sous les gesticulations de l'apprenti sorcier aux commandes. Nous, nous n'avons pas bougé. Réjouissons-nous du printemps arabe; et puisque nous ne vivons pas sous une dictature (n'en déplaise aux esprits chagrins qui se délectent de leurs nausées), ouvrons-la grand et fort, pour le seul plaisir d'être ensemble à Arras, le 1er Mai. "Colère du Présent", c'est aussi le titre du nouveau roman de J-B Pouy (notre chéri), coédité par l'association éponyme et les éditions Baleine (une première !), l'occasion de fêter les 140 ans de la Commune et le procès gagné par les mineurs blacklistés pendant les grèves de 1948, lesquels, tout un symbole, viennent de gagner leur procès à Versailles. Les révolutions arabes nous le rappellent : la révolte est belle quand elle est enthousiaste. Faisons-nous honneur: ne faiblissons pas ! À Salah Hamouri, jeune franco-palestinien, toujours dans sa geôle israélienne, À Renée Moreau, ouvrière née le 1er mai 1911, Aux huit millions de citoyens descendus dans la rue en 2010 pour défendre notre système de retraite, Indignons-nous! Résistons! Luttons !
Arras  - Dimanche 1er mai 2011 de 10h à 19h  - Quartier des Arts  - Places de la Madeleine  et du Théâtre

 L'ORIENT DES FEMMES VU PAR CHRISTIAN LACROIX
De ce travail en commun est né un parcours poétique ponctué de pièces somptueuses qui, pour la plupart, sont exposées pour la première fois en France. Cette sélection de robes de fête, manteaux, voiles et coiffes composaient le trousseau de mariée des villageoises et bédouines de Syrie, de Jordanie, de Palestine et du désert du Sinaï. Datant pour la plupart de la fin du 19ème siècle à nos jours, ces pièces ornées de broderies et d'applications de couleurs témoignent d'une continuité des traditions et des savoir-faire dans un contexte social et politique qui a considérablement évolué au cours de cette période. Hommage aux femmes orientales, l'exposition entraîne le visiteur dans une déambulation poétique imaginée par Christian Lacroix, évoquant les atmosphères des lieux où vivaient les femmes. Chacune des créations dévoile un pan de l’histoire de ces femmes dont les mains, les gestes, les goûts et le talent ont donné aux étoffes, aux fils de soie ou de coton, une part d’elles-mêmes, composant chaque pièce comme une œuvre d’art. Au-delà de sa portée historique et ethnologique, L’Orient des Femmes est une invitation à la découverte esthétique de l’art vestimentaire féminin. L'art des textiles et de la broderie est millénaire, se voulant tout autant manière de se vêtir que langage, marqueur social, géographique ou religieux.
Musée du quai Branly - 37, quai Branly - 75007 Paris - Du 08 février au 15 mars 2011

 CINEASTES,DE NOTRE TEMPS    
Plusieurs générations ont grandi avec la télévision. Elles ont grandi en même temps avec « Cinéastes » et « Cinéma, de notre temps », parfois sans le savoir. Avec Cassavetes se roulant au sol pour mimer les mouvements de la caméra, Ford sur son lit bougonnant son amour du western, Lang et Godard discutant mise en scène et censure, Scorsese mangeant des pâtes chez ses parents, Kitano comme un écolier face aux doctes questions de l'universitaire Hasumi, Tarkovski tournant Le Sacrifice, Hou Hsiao-hsien entraînant Assayas à travers le Taïwan de son enfance, Kiarostami sillonnant les routes d'Iran à la recherche de ses acteurs, Straub et Huillet remontant Sicilia ! tout en se chamaillant devant la caméra de Pedro Costa...
Parmi la centaine de portraits que compte aujourd'hui la collection qui traverse tout le cinéma, de Buñuel à Cronenberg, de Renoir aux Dardenne, chacun d'entre nous, en France et ailleurs, a croisé au moins l'un de ces films et rencontré avec lui un cinéaste. Debra Granik, réalisatrice américaine de Winter's Bone, déclarait dans Libération en mars dernier à l'occasion de la sortie de son film : « Je me souviens d'un documentaire extraordinaire sur Cassavetes réalisé par une équipe de la télévision française. On y sentait tout l'esprit et le désir d'expérimentation de l'époque. » Au-delà de la liste impressionnante de cinéastes sollicités de part et d'autre de la caméra, au-delà de ses presque 50 ans d'existence, si la collection imaginée par Janine Bazin et André S. abarthe pour la télévision est aujourd'hui devenue mythique, c'est surtout grâce à son intelligence et à sa liberté d'esprit qui ont permis et offert de véritables rencontres avec les artistes filmés.
Le Centre Pompidou montre exceptionnellement toute la série sur grand écran, en présence de cinéastes, de comédiens et d'autres invités, rassemblés sous le regard d'André S. Labarthe. Une occasion unique de voir la collection dans son ensemble et de découvrir, en vant-première, de nouveaux portraits et des rushes inédits.
Par Alain Seban, Président du Centre Pompidou - 27 avril - 9 juillet 2011


2010


COLLOQUE : SANTE ,TRAVAIL ET  ORGANISATION     
Après « Le travail serait-il sans âge » et « La vie au travail » la CGT-CUS organise le 26 octobre 2010 son troisième colloque annuel portant sur « Santé, Travail et Organisation ». Le débat sur la réforme de notre système de retraite à plus que jamais mis en évidence que parler du travail est difficile. En effet le travail a été le grand absent de ce débat, nous menant ainsi à une réforme comptable, impossible à comprendre, alors qu’elle concerne ce qu’il faut bien appeler un projet de société.Si nous avons déjà en 2008 et 2009 posé les questions de la santé au travail, du management, de la nécessité d’adapter le travail aux différentes périodes de la vie, du bel ouvrage et du sale boulot, nous souhaitons franchir un pas supplémentaire en replaçant le travail dans son contexte organisationnel. En effet l’organisation du travail apparait trop souvent encore comme une question taboue et réservée à l’encadrement de direction. Ce privilège est rapidement justifié par le fait qu’il s’agit de définir les orientations stratégiques d’une entreprise en oubliant que l’organisation définit également les conditions de travail des salariés. Le colloque se propose de replacer le travail au centre du débat en parlant de son évaluation et du travail d’évaluation. Evaluer le travail serait ainsi reconnaître son importance en tant qu’activité humaine avant que d’être économique et tenter d’en rendre compte. La tentation d’évaluer le travail par ses résultats ou par une approche comportementale des travailleurs laisse dans l’obscurité le travail en tant que tel ainsi que sa composante vivante. Cependant, le travail est pris dans une organisation qui le structure. Celle-ci produits des effets et peut donner lieu à des accidents organisationnels qui se caractérisent entre autres facteurs par la confiscation du droit de dire et du pouvoir d’agir. C’est à cette occasion qu’apparaissent alors ce que l’on appelle des troubles psychosociaux. Approche des symptômes individuels aux risques d’oublier la dimension collective et la responsabilité organisationnelle. Oubli ou déni des enjeux et effets de l’organisation, la question sera posée. Reste que cette confiscation de la parole et du pouvoir d’agir, de ce qui fonde le sujet en tant qu’être humain animé d’un désir, constitue l’ouverture du cycle infernal de la souffrance au travail.Peut-on y entrer malgré soi ? Est-il possible de résister ? Nous verrons comment du « Je ou Nous », différentes positions sont possibles, certaines plus proche de la vie que d’autres. Une table ronde, ouverte sur des perspectives, nous permettra d’envisager à quelles conditions le travail peut rester un lieu de vie et de réalisation de soi.
Strasbourg - Mardi 26 oct. 2010 - 9h-17h - Salle de la Bourse (1 place de Lattre de Tassigny)

4èmes ASSISES NATIONALES DES RISQUES TECHNOLOGIQUES : RECTOVERSO        
Débattre des avancées en matière de prévention des risques technologiques et se tenir informé, rencontrer les acteurs majeurs et participer à la mise en place d’une culture du risque : tels sont les objectifs des Assises Nationales des Risques Technologiques, organisées tous les deux ans par le réseau des Dreal et l’Association Nationale des Risques Technologiques, sous l’égide du Ministère en charge de l’Environnement (MEEDDM).Cette journée de rencontres est devenue, depuis sa création en 2004, la manifestation de référence sur le sujet des risques technologiques au niveau national. La prochaine édition se tiendra le 21 octobre 2010 à Douai.

LE TRAVAIL FAIT SON CINEMA A NANTERRE     
5 jours, 17 films et autant de débats.Acteurs du monde de l’entreprise, de l’univers cinématographique, scientifiques et experts s’interrogent sur les codes, les enjeux, les valeurs et les évolutions du monde du travail.programation
Du 11 au 15 octobre 2010, salle de cinéma Henry Lefebvre, 200, avenue de la République, 92001 Nanterre.

FESTIVAL ACTION! Le travail à l’écran
     
Pour sa première édition, le festival du cinéma engagé « Action ! » à choisi de porter le travail à l’écran.Avec une quinzaine de films, documentaires ou fictions, le cinéma municipal Louis Daquin offre un florilège d’œuvres prolongées par des débats. Ainsi réalisateurs (Jean-Pierre Thorn, Gérard Mordillat, Jeanne Delafosse, Christian Rouaud…) mais aussi historiens, universitaires ou critiques de cinéma échangeront leur point de vue. « Le rôle de notre cinéma en tant que salle publique, explique Hervé Bramy, adjoint au maire délégué à la culture, est d’abriter le débat social, politique et culturel dont le 7e art est porteur. Il le fait sans tabou et avec une exigence forte : celle de la qualité cinématographique des œuvres présentées. » De Charles Chaplin à Ken Loach en passant par Jean-Pierre Thorn, Gérard Mordillat, Christian Rouaud ou encore Elio Petri, Claude Goretta, Mariana Otero, Gustave Kervern ou Benoît Delepine… la programmation se veut éclectique.
Cinéma Louis Daquin - 76, rue Victor Hugo 93150 Le Blanc-Mesnil tel: 01 48 65 52 35 - Du 5 au 10 octobre 2010

RÉSONANCES 10E RENCONTRES DU CINÉMA CITOYEN     
Le festival décline chaque année l’intitulé « Résonances, rencontres du cinéma citoyen » au travers de longs-métrages, courts-métrages, coups de cœur, fictions ou documentaires en provenance du monde entier, rencontres avec les réalisateurs, films en direction du jeune public… et laisse une large place au cinéma français.
Depuis 2001, date de sa création sous l’impulsion de la Ville de Bobigny, ont été reçues à cette occasion des personnalités telles que René Vautier, Hanna Schygulla, Bruno Muel, Francesca Comencini, Marcel Trillat, Paul Meyer, Jean-Michel Carré, Jean-Pierre Améris, Jean-Pierre Thorn… Résonances s'associe également aux structures cinématographiques du département (Cinémas 93 et Périphérie) et aux nombreuses associations balbyniennes pour impliquer un large public et l'inviter à découvrir une programmation riche et variée, qui est offerte à l'année par le cinéma depuis plus de 20 ans maintenant.
Magic cinéma - Rue du Chemin Vert 93000 Bobigny Métro, bus, tram : Bobigny Pablo Picasso - Sortie en face du cinéma

3ÈME CONGRÈS TRAVAIL SOCIAL ET PSYCHANALYSE : "Travail social : actes de résistance ?"      
...Ne s'agit-il pas pour les professionnels de s'exprimer pour que ces métiers de l'ombre, ces métiers de « trouvailleurs soucieux» de l'humain, prennent toute leur place ? Cette « fraternité discrète » auprès des plus démunis de nos contemporains n'a-t-elle pas force de résistance face à « la plus formidable galère sociale » (J. Lacan) ? Les travailleurs sociaux réclament à corps et à cris une reconnaissance publique de leur travail. Le plus simple n'est-il pas de donner à lire, à voir, de faire savoir ce qu'il en est de ces métiers de l'intervention sociale, véritables « môles de résistance » en acte (M. Chauvière) ? Alors que tout dans notre société néolibérale tend à réduire la valeur à la seule valeur marchande, les travailleurs sociaux ne sont-ils pas aux avant-postes d'un combat pour l'humain ? Les décideurs, financeurs, responsables politiques veulent savoir légitimement ce que font les travailleurs sociaux, quel usage ils font des deniers publics. Nous donnerons lors de ce congrès, une réponse, en acte... de résistance. Soutenus par des philosophes, des sociologues, des ethnologues, des psychanalystes, des praticiens de terrain, c'est à un véritable état des lieux des idées, des actions et des trouvailles de chacun, que nous nous attacherons. Joseph Rouzel, responsable de PSYCHASOC
Du 4 octobre 2010 au 6 octobre 2010 - Corum - Montpellier

PRIX JEAN-FRANCOIS REY 2010
Le Prix Jean-François Rey 2010 est attribué au Docteur Hélène Colombani et à l’équipe du Centre Municipal de Santé de la ville de Nanterre (Hauts de Seine).
A l’heure où beaucoup réfléchissent aux formes nouvelles que doit prendre la médecine de ville (travail en équipe, lien entre soins et prévention, éducation thérapeutique, promotion de la santé, travail en réseau, proximité et excellence), le jury, à l’unanimité, a choisi cette année d’honorer le travail qui est fait depuis des années à Nanterre. Ce centre de santé qui inscrit son activité dans une démarche dynamique, met en œuvre une politique de santé municipale pérenne au service de l’accès de tous à des soins de qualité. A ce titre il est exemplaire de ce que font les centres de santé sur tout le territoire et il illustre de façon explicite le projet qu’ils proposent face à la crise que traverse aujourd’hui le système de santé.
Son attribution aura eu lieu le Vendredi 8 octobre 2010 à 10 heures 45  lors du 50ème Congrès National des Centres de santé  à l’Asiem - 6, rue Albert de Lapparent - 75007 Paris - Contacts FNFCEPPCS: Dr Limousin (0610450692)

COLLOQUE : LES 40 ANS DU LABORATOIRE DE CHANGEMENT SOCIAL
     
Les 9, 10, 11 et 12 juin 2010 aura lieu un colloque fêtant les 40 ans du Laboratoire de Changement Social (LCS) de l'Université Paris VII (Paris Diderot). Les intervenants y évoqueront l'histoire et les principales problématiques du laboratoire.
Le colloque se déroulera à l’E.S.C.P. Europe (79 avenue de la République - 75011 Paris).

DEBAT : LE TRAVAIL A COEUR      
"Nous débutons nos rencontres sur un cycle trimestriel consacré au travail. Nous avons beaucoup de chance qu’Yves Clot soit le premier invité des débats de la Guinguette. Pour plusieurs raisons : bien sûr l’actualité du sujet que son livre traite avec talent, mais aussi parce qu’Yves Clot prend le contrepied de ce qu’il nomme « le despotisme compassionnel » à propos de ce qui se passe dans la sphère du travail. Il convoque pour cela son savoir universitaire reconnu, mais surtout LA POLITIQUE, le sujet est politique comme les réponses qu’il faut y apporter. Un livre essentiel, un chercheur-citoyen passionnant que ceux qui connaissent s’empresseront de venir écouter et les autres de découvrir." Richard Dethyre
Mercredi 23 juin de 19h30 A 21h - Suivi d’un plat à découvrir dans le restaurant la Guinguette du monde. 62 pont Gosnat à Ivry RER C. à 20 m

SOIREE DEBAT : LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL     
A l’heure où certains évènements bouleversent l’opinion et nous interpellent sur la place du salarié dans l’entreprise, le Ciné Toboggan vous propose une soirée spéciale sur l’un des thèmes majeurs de notre société : la souffrance au travail. Deux films documentaires vous seront proposés, deux regards portés sur le quotidien des salariés, sur ces logiques de rentabilité qui pulvérisent les liens sociaux et humains.
- 18h30 “J’AI (TRÈS) MAL AU TRAVAIL“ FILM DOCUMENTAIRE DE JEAN MICHEL CARRÉ – FRANCE – 2007 - 1H30
- 20h30 “LA MISE À MORT DU TRAVAIL : LA DESTRUCTION ET L’ALIÉNATION“ -  FILM DOCUMENTAIRE– FRANCE– 2009 – 1H45
La projection sera suivie d’une rencontre avec le réalisateur Jean-Robert VIALLET et Nicolas FRAIX, psychologue du travail.
CINE TOBOGGAN : 14, avenue Jean Macé - Décines / Renseignements : Tel 04 72 93 30 00/12 - JEUDI 6 MAI 2010

4e SALON NATIONAL DES CE ET CHSCT  (21, 22 et 23 avril 2010)    
Dans un contexte économique et social marqué par la crise, par les grandes luttes menées au 1er semestre 2009, le syndicalisme persiste et signe pour l’emploi, contre la précarité, les bas salaires, pour la défense des droits des salariés. Débats, forums, ateliers... pour cette 4ème édition le salon confirme sa marque distinctive : tout faire pour favoriser l’échange d’idées, d’expériences, de propositions, de perspectives. Emploi, flexibilité, formation professionnelle, retraites, sécurité sociale, démocratie, activités sociales...
Bien d’autres enjeux seront au cœur des réflexions et en lien avec les grandes questions auxquelles vous êtes quotidiennement confrontées dans l’exercice de vos responsabilités. Et, bien sûr, le nombre et la qualité des exposants sont l’assurance d’une réponse à vos besoins au service des salariés de votre entreprise. Après le 49e congrès confédéral de la CGT, la perspective de ce 4e Salon national est un formidable atout pour l’action syndicale. Nous vous y attendons.

RENCONTRES SANTE 2010 : BIEN- ETRE ET SANTE AU TRAVAIL    
4 mai 2010 - Centre des congrès - AIX-LES-BAINS
Les mutuelles ont un pied dans l’entreprise, un pied dans la cité.Elles sont confrontées aux conséquences issues des conditions de travail et de la vie quotidienne.Les Unions des Mutuelles de France, de Savoie et de Haute-Savoie vous invitent à participer aux Rencontres Santé 2010. Notre mouvement, cette année, met l’accent, à partir d’une étude menée dans la fonction publique territoriale, sur les risques psychosociaux. Notre objectif est de faire connaître les conclusions de cette étude à l’ensemble des secteurs d’activités. Les risques psychosociaux, plus connus
sous le terme générique de « stress au travail », sont en lien étroit avec l’organisation du travail depuis ces dernières années. Certains chercheurs établissent même un lien de causalité entre des expositions professionnelles psychosociales et une altération de la santé mentale et physique (TMS). Au cours de cette journée, nous vous invitons à partager, témoigner et travailler avec nous à l’élaboration de la prévention des risques psychosociaux.

« DE LA SOUFFRANCE ... AU TRAVAIL : QUELLES REPRESENTATIONS DANS L'ESPACE PUBLIC ? » [Ciné Travail]      
Le vendredi 30 avril 2010 de 9h30 à 17h00 - A la Maison des Passages, 44 rue Saint Georges 69005 LYON
L'actualité récente et dramatique sur le travail est souvent traitée par les médias, à partir de la souffrance des salariés, à travers des représentations qui ne rendent pas compte de la complexité
du travail contemporain. A quelles difficultés les réalisateurs sont-ils confrontés pour donner à voir et à entendre le travail dans leurs oeuvres, cinématographique ou théâtrale. Quelles conséquences ces représentations ont-elles dans l'espace public et dans le débat social. Le cinéma, par le travail des images et du point vue, peut-il apporter une nouvelle manière de penser cette question de l'activité et du travail?". Nous vous invitons à débattre autour de ces questions, à partir de trois films récents : « ça travaille » de Louis Salignat, « les impactés » (film réalisé par la compagnie Naje à le demande du CE de France Telecom), « l'aliénation » film extrait de la trilogie "la mise à mort du travail" de Jean Robert Viallet .

HENRI PEZERAT, L'HOMME DE L'AMIANTE   
biographie sonore en deux épisodes d’un personnage marquant du 20ème siècle, mais encore méconnu : Henri Pézerat. Parmi les hommes qui ont essayé de contribuer à améliorer le monde en le rendant plus juste et humain, et qui y sont parvenu, il y a Henri Pézerat. Disparu l’année dernière à l’âge de 80 ans, il a passé 35 ans, oui 35 ans, à travailler sur des questions de santé au travail. Si des milliers d’ouvrières et d’ouvriers de divers industries ont été reconnus en France comme victimes de maladies professionnelles, s’ils ont obtenu la reconnaissance de la faute inexcusable de leurs employeurs qui avaient conscience du danger au moment où ils les exposaient à des cancérogènes, c’est en grande partie grâce à lui.
Sa première lutte, la plus longue et la plus importante est celle contre l’amiante. Elle commence dans le climat politique des années 70 à Jussieu et aboutit à l’interdiction du minéral en 1996 ouvrant au droit à la réparation des victimes. La première partie de ce documentaire, intitulée « Le temps des prises de conscience », raconte la jeunesse d’Henri Pézerat, son entrée au CNRS en 1968 comme chimiste spécialiste des cristaux et le mouvement qu’il organise contre l’amiante à l’université Jussieu où se trouve son bureau et sa venue à la rencontre des ouvriers de l’amiante pour leur apprendre les dangers qu’ils encourent.
France Culture - Sur les docks par Jean LEBRUN (coordination) de 17h à 17h55 - émission du mercredi 31 mars 2010

RENCONTRE : LA VIOLENCE FAITE AU TRAVAIL (avec les auteurs du n° 47 de Pratiques, les cahiers de la médecine utopique)   
Vendredi 12 mars 2010, de 18h30 à 21h30, au CNAM Salle 25  - 41 rue Gay-Lussac 75005 Paris (M° Luxembourg)

RISQUES PSYCHOSOCIAUX : DEBATTRE ENFIN DU TRAVAIL     
Suicides, stress, souffrance : ces vingt dernières années, l’évolution des modes d’organisation du travail et de gestion des ressources humaines a dégradé le travail et les relations sociales. Face à cette montée des risques psychosociaux, Santé & Travail appelle les pouvoirs publics et les acteurs sociaux à prendre des mesures énergiques pour restaurer des capacités d’expression et de débat dans les entreprises. Vous pouvez signer en ligne ce texte et le faire circuler. Cet appel et ces signatures seront adressés au Conseil d’orientation sur les conditions de travail.

NANTERRE : DEBAT SUR LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL 
    
Jacqueline Fraysse, députée des Hauts-de-Seine, organise une rencontre sur la souffrance au travail, le 9 février à l’Agora de Nanterre. Marie Pezé, docteur en psychologie, expert judiciaire, responsable des consultations "Souffrance et Travail" à l’hôpital Max-Fourestier de Nanterre et auteure de Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés, Hervé Tourniquet, avocat au barreau de Nanterre, Jean-Robert Viallet, réalisateur du documentaire La mise à mort du travail, diffusé l’automne dernier sur France 3, et Jean-Louis Osvath, inspecteur du travail à la direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle des Hauts-de-Seine figurent au nombre des intervenants à ce débat.
Le mardi 9 février à l’Agora, 20 rue de Stalingrad, à Nanterre, à partir de 19h30.

CENT MILLE CERCUEILS : LE SCANDALE DE L'AMIANTE      
Selon les études, les négligences et le manque de prévention au sujet de l'amiante sont susceptibles de générer de très nombreuses victimes. On estime que 100 000 personnes , peut-être plus ,décéderont d'ici 2025 à cause de l'amiante. Cette hécatombe aurait pu être évitée. La toxicité de l'amiante est connue depuis le début du XXe siècle. Pourtant, en France, on a laissé, voire encouragé, les industriels à utiliser ce minéral apprécié pour sa résistance à la chaleur, aux chocs électriques et chimiques. L'inhalation de fibres d'amiante génère des cancers broncho-pulmonaires, ainsi que de cancers de la plèvre. Aujourd'hui, ils sont très nombreux à tenter de faire reconnaître leur calvaire devant les tribunaux. Ce scandale est loin de relever du passé.
Documentaire -  Jeudi 28 janvier à 22h50 france 2



EXPO : LUCIAN FREUD     
Le Centre Pompidou expose le peintre anglais de quatre-vingt-huit ans, devenu un maître en poursuivant un parcours atypique, hors mode, hors formatage.
Centre Pompidou, jusqu’au 19 juillet. Lucian Freud, l’atelier, sous la direction de Cécile Debray. Éditions Centre Pompidou, 256 pages, 44,90 euros. Chefs-d’œuvre, reprises, photos d’atelier, citations… l’indispensable catalogue  !

33e HESTEJADA DE LAS ARTS Identité(s) Improvision(s) et Supermarché !     
Uzeste, capitale communale « transartistique », contribue à cette réflexion en rassemblant des artistes syndicalistes chercheurs, des chercheurs artistes syndicalistes, des syndicalistes artistes chercheurs… Il faut écrire le futur. Celui-ci nous appartient, à chacune et chacun, en dièse et bémol, en équation philosophique et littéraire, en tracts, manifs et luttes en tout genre. Résister pour gagner, l’histoire nous a montré des chemins à emprunter. A nous d’en tracer de nouveaux. Cela nous appartient.
Du 17 au 22 août 2010 - L'Estaminet, rue Faza 33730 Uzeste

21ème FESTIVAL MUSICALARUE ARTISTE - MUSIQUE      
Musicalarue, c’est l’histoire d’une fête traditionnelle qui a bien tourné, d’une bande de copains, devenus organisateurs de la fête, après en avoir été longtemps les acteurs.C’est l’histoire de Luxey, un village de Haute Lande de 650 habitants qui, depuis toujours, au moment du 15 Août, a cherché à faire la fête autrement : Luxey Parade, pendant des années, sorte de star’ac destroy locale, les défilés musicaux de villageois grimés, la corrida parodique sans taureaux (1987), le « Palombopéra » opéra comique en deux actes (1988 et 1989) consacré à la chasse traditionnelle à la palombe, et mis en musique par Bernard Lubat…Tous les prétextes furent bons pour vivre et faire vivre aux Luxois la fête de l’intérieur, avec un appétit particulier et systématique pour le burlesque et la musique vivante.Aussi, presque logiquement, 1990 vit la naissance du premier Festival « Musique à la Rue » et la confirmation que, les amateurs luxois ayant vu poindre le bout de leur aventure personnelle, l’art vivant professionnel deviendrait désormais, à Luxey, l’épicentre de la fête.Transformé en « Musicalarue » dès 1991, le Festival croît, depuis lors, de manière exponentielle (40 000 visiteurs lors de la 16ème édition), et tous les organisateurs luxois ou d’adoption, qui se sont joints à la fête au fil du temps, essaient toujours de conserver l’esprit bonhomme des origines, l’envie du partage et des rencontres incongrues, le mélange des gens et des genres autour du plaisir des sens, du spectacle vivant et des échanges festifs.
Luxey (40) 13, 14 et 15 août 2010

EXPO : PARCOURS EPHEMERES - ERNEST PIGNON-ERNEST      
Cette exposition, réunira plus de 300 oeuvres dont beaucoup n'ont jamais été présentées. Elle permettra de découvrir les différentes étapes de sa démarche, de comprendre son processus de travail, depuis les premiers croquis de repérages, les esquisses et états successifs de ses dessins jusqu'à l'image définitive (sérigraphie ou dessin original), destinée à être collée dans des lieux et contextes longtemps étudiés. De nombreuses photos d'Ernest Pignon-Ernest témoigneront de ces images et parcours éphémères "in situ", notamment : LA COMMUNE (1971) AVORTEMENT (1973) NICE-CAPTOWN (1974) IMMIGRES(1975) GRENOBLE (1976) CERTALDO (1980) NAPLES (de 1988 à 1995) CABINES TELEPHONIQUES (1996) les poètes (MAIAKOVSKI, RIMBAUD, DESNOS, NERVAL, ARTAUD, PASOLINI, NERUDA, GENET, MAHMOUD DARWICH) SOWETO (2002), ALGER (2003), etc...
Ernest Pignon-Ernest est né à Nice en 1942. Depuis les années soixante il a fait de la rue le lieu même d'un art éphémère qui en exalte la mémoire, les évènements ou
les mythes, préfigurant ainsi nombre d'expériences artistiques sollicitant l'espace urbain. Il est considéré comme le précurseur de ce que l'on nomme désormais le "street art".
Espace Encan - Quai Louis Prunier - BP 3106 17033 La Rochelle - Du 03/07/2010 au 22/08/2010

EXPO : ARAGON ET L'ART MODERNE     
Des trois « fondateurs » du surréalisme, qui ont tous beaucoup écrit sur les artistes et leur travail, seul Aragon n’avait pas encore fait l’objet d’une exposition montrant des œuvres qui lui ont inspiré textes ou articles (Philippe Soupault a été consacré en 1989 par la ville de Montreuil-sous-Bois et André Breton en 1991 par le Centre Georges Pompidou). C’est donc une première : l’Adresse Musée de La Poste rend aujourd’hui compte de ce dialogue entre l’écrivain et les artistes du XXe siècle. C’est aussi l’occasion de rappeler, par-delà les polémiques ou les dithyrambes, l’attachement sans faille à la création, aux formes nouvelles, d’un des esprits les plus brillants et les plus complexes de son temps.
Du 14 avril au 19 septembre 2010 - Musée de La Poste de Paris - 34 Bd de Vaugirard 75731 PARIS CEDEX 15

FESTIVAL LA BELLE ROUGE 2010    
Cette année encore du théâtre, de la chanson, des ateliers politiques, du cinéma, des rencontres, des jeux, de la musique, un bal, de la fraternité... . Bref, vous y retrouverez tout ce que nous aimons partager avec vous depuis maintenant 5 étés de festival La Belle Rouge : Les troupes, les intervenants et les groupes que nous aimons et dont nous aimons le travail.
Du 23 au 25 juillet 2010 à Saint-Amant-Roche-Savine (63)

FESTIVAL RESISTANCES 2010     
Les thèmes de cette 14ème édition :
- H² eau, mon amour
- Le travail, c’est la santé ?!
- Réinventer les luttes
- Homme/Femme, précis de recomposition
Du 9 au 17 juillet 2010 à Foix

MAMMUTH, de Benoît Delépine et Gustave Kervern     
...On rit jaune, noir et rose, de ce rose des guimauves foraines dont les deux réalisateurs affublent leurs paysages, mur d’usine désertée, pavillon modeste comme l’art que pratique la nièce de Mammuth (Miss Ming). Art des fous, des poètes qui volent le feu pour leur barbecue, des humbles qu’ici on ne moque pas. Le réalisme autorise tous les décalages propices à l’effet de loupe. Et c’est presque en douce que se lit toute l’absurdité d’un système qui exalte la « valeur travail » pour mieux la mettre en lambeaux. Un Gérard Depardieu immense et taiseux nous convainc roue à roue.

WILLY RONIS,UNE POETIQUE DE L'ENGAGEMENT    
Pour honorer le photographe, qui aurait eu cent ans cette année, une grande exposition vient d’ouvrir à La Monnaie de Paris. Entretien avec sa commissaire, Marta Gili, directrice du Jeu de paume.
La Monnaie de Paris 11, quai de Conti, 75006 Paris - Du 16 avril au 22 août 2010

EXPO : CRIME ET CHATIMENT    
L'exposition Crime et châtiment envisage une période d'environ deux siècles : de 1791, lorsque Le Peletier de Saint-Fargeau réclame la suppression de la peine de mort, jusqu'au 30 septembre 1981, date du vote de son abolition en France. Durant toutes ces années, la littérature a créé d'innombrables personnages de criminels. Le titre de l'exposition est lui-même emprunté à Dostoïevski. Dans la presse, notamment dans les quotidiens illustrés, le crime de sang décuple par la fiction du romanesque sa puissance fantasmatique.
Dans le même temps, le thème criminel investit les arts visuels. Chez les plus grands peintres, Goya, Géricault, Picasso ou Magritte, les représentations du crime ou de la peine capitale sont à l'origine d'oeuvres saisissantes. Le cinéma également assimile sans tarder les charmes troubles d'une violence extrême, sa représentation la transformant même en plaisir, voire en volupté.
C'est encore à la fin du XIXe que naît et se développe une approche du tempérament délinquant qui se veut scientifique. On cherche à démontrer que les constantes du criminel s'inscriraient dans sa physiologie même. De telles théories ont une influence considérable sur la peinture, la sculpture ou la photographie. Enfin, à la violence du crime répond celle du châtiment : comment ne pas rappeler l'omniprésence des motifs du gibet, du garrot, de la guillotine ou de la chaise électrique ?.
Au-delà du crime, il s'agit de poser encore et toujours le problème du Mal, et au-delà de la circonstance sociale, l'inquiétude métaphysique. A ces questions, l'art apporte un témoignage spectaculaire. Esthétique de la violence, violence de l'esthétique, cette exposition ne saurait que les réconcilier en rapprochant des images de toutes sortes, littérature et musique.
Le musée vous informe que certaines des oeuvres présentées dans l'exposition sont susceptibles de heurter la sensibilité des visiteurs (et tout particulièrement du jeune public).
Entrée du musée d'Orsay : 1, rue de la Légion d'Honneur, 75007 Paris.16 mars - 27 juin 2010.
 
IZIS, LE PHOTOGRAPHE RÊVE DE PARIS     
De la bande des cinq exposés au Museum of Modern Art de New-York en 1951- Brassaï, Cartier-Bresson, Doisneau et Willy Ronis - Izis est le moins célèbre.La Mairie de Paris lui rend justice dans une grande rétrospective : l'exposition "Izis, Paris des rêves" s'attache surtout à la période parisienne de l'artiste. Le Paris populaire, sensuel, graphique de l'après-guerre.Willy Ronis parlait de « mise au purgatoire injuste » pour évoquer l’oubli dans lequel est cantonnée l’oeuvre de son ami Izis. Cité dans toutes les histoires de la photographie comme l’un des grands photographes humanistes, sélectionné dès 1951 avec Brassaï, Cartier-Bresson, Doisneau et Ronis pour l’exposition « Five French Photographers », au MoMA de New York, à la fois poète de l’image, portraitiste, reporter, Izis reste un artiste méconnu.
Du 20 janvier au 29 mai - Hôtel de Ville - Salle St-Jean 5 rue de Lobau 75004 Paris - M° Hôtel de ville - Exposition gratuite

LA BLANCHISSERIE EN DANGER  (Un lieu de création artistique situé dans un hôpital de gériatrie est appelé à disparaître)    
Hôpital Charles Foix. Ivry-94. Depuis plusieurs mois la volonté de l'assistance publique de Paris est de fermer l'ancienne blanchisserie de l'hôpital jusqu'à aujourd'hui, et depuis plusieurs années, lieu de résidence d'artistes réunis dans deux associations. Le travail artistique y a été fructueux. Fermer " la Blanchisserie", c'est bien évidemment en chasser les artistes et se priver des ressources de l'art pour les patients, leurs familles mais aussi pour les personnels. De nombreuses actions de résistances des artistes eux mêmes et de leurs amis ont jusqu'ici permis d'éviter le pire. Des négociations sont toujours en cours, mais elles piétinent, et sont pleines de chausse-trapes. Le maintien de la blanchisserie est de plus en fragilisé, de moins en moins assuré. D'autant que dans le cadre du plan de démantèlement/réorganisation des établissements de l'assistance publique l'avenir de cet hôpital gériatrique est gravement compromis. Ces derniers jours les luttes ont rassemblé les personnels et leurs organisations pour refuser l'état des choses, comme le font, de leur côté les artistes. Elles ont reçu l'appui d'élus territoriaux et solidairement des collectifs d'artistes. Quelles articulations entre ces deux luttes qui en fait n'en sont qu'une, pourtant pas réductible l'une à l'autre.

SANDRINE OU LA DESTINEE D'UNE TRIEUSE DE VERRE    
Damien Mongin et Lise Maussion, fondateurs de la compagnie Pôle Nord, esquissent avec Sandrine une belle peinture de vie. Centrée sur un personnage, la pièce donne à voir de manière radicale le vide du quotidien. Un théâtre intime qui parvient à éviter l’écueil du pathos.
de et avec Damien Mongin/Lise Maussion. Cie Pôle Nord, du 4 au 29 mai au Théâtre-Studio d'Alfortville.

EXPO ROLAND TOPOR , L'ARTISTE ERRORISTE     
Issu d’une famille d’immigrés juifs polonais qui fuyaient le nazisme, fils de sculpteur, Roland Topor était un artiste multiple et universel. Écrivain, dessinateur, affichiste, dramaturge, metteur en scène et acteur, il collabora entre autres, au journal Hara-kiri, avec Fellini au cinéma, avec Jérôme Savary et Jean-Michel Ribes au théâtre. Il est le coréalisateur de la Planète sauvage, de René Laloux, adapté du roman de Stefan Wul, qui obtint un prix spécial du jury au Festival de Cannes en 1973. Membre fondateur de l’antimouvement Panique en 1962, 
il est aussi connu pour la série télévisée Téléchat (1983). 
Il est décédé en 1997, à l’âge de cinquante-neuf ans.
La galerie Martel, à Paris, expose dessins mixtes et linogravures de l’artiste décédé en 1997 - 17, rue Martel, 75010 Paris, 
jusqu’au 30 avril 2010.

« ETRE SUJET DANS SON TRAVAIL » (Poursuite du dispositif de consultations de personnels sur leur lieu de travail )     
Le groupe de réflexion mis en place par Nicolas Frize et les musiques de la boulangère au lendemain de sa création de la composition musicale "dehors/dedans" poursuit son aventure. Le collectage de paroles des sujets au travail se poursuit selon l'idée que chaque interviewé devienne à son tour l'intervieweur d'un collègue, d'un ami, pour recueillir à son tour la perception que celui-ci a de son propre de travail. Il est toujours possible d'entrer dans la ronde et ainsi élargir la chaîne de celles et ceux qui s'intéressent à l'intelligence sensible du travail parce qu'ils en pressentent la force subversif. Un premier journal publiera ces paroles autour de la thématique du corps est en cours d'élaboration.

EXPO : "CITES VEGETALES, UN AUTRE POSSIBLE" VISION DE LUC SCHUITEN     
Précurseur en matière d'écologie, Luc Schuiten mène depuis les années 80, une réflexion prospective _ dans le contexte de raréfaction des ressources énergétiques _ sur ce que pourrait être LA ville du futur. Dessins, maquettes, films d'animation ou de reportage, explorent l'avenir écologique et la transformation radicale des villes et de leur habitat par l'utilisation du vivant comme matériau de construction. Destinée à un large public de "7 à 77 ans", l'exposition déroule un parcours initiatique à travers des cités végétales aux structures archiborescentes. Dans l'étonnant futur imaginé par Luc Schuiten, se révèle la mutation progressive des villes et l'émergence des nouveaux savoirs qui permettraient leur transformation vers des cités biomimétiques. Surprenant, enchanteur, le parcours conduira le visiteur de la prise de conscience des années 70 aux villes végétales _ Urbacanyon, Cité des habitarbres, Cité tressée, Cité des Tours, Cité des Vagues _ en passant par les études sur l'évolution de l'urbanisme de 1850 à 2150, les visions sur les modes de transports terrestres et aériens. Par ailleurs, Luc Schuiten mène une expérimentation sur le quartier de la Part-Dieu à partir de laquelle il élabore une vision prospective de Lyon à l'horizon 2100. Les futurs architectes, étudiants en architecture à l'Ecole de Lyon, ont travaillé sur le quartier de la DOUA. Ils présentent leur propre vision de l'avenir, en contrepoint au travail mené avec Luc Schuiten en 2009.
Du 27/04/2010 au 27/06/2010 - La Sucrière, Lyon 2°

ART ET HOPITAL ...    
Monument d'images d' Alain Bernardini. Ce livre reprend le travail photographique d'Alain Bernardini à l'hôpital Paul Brousse (Villejuif-94) où il était en résidence, en vue de l'édification d'un monument d'images à l'entrée de l'hôpital. Il revient aussi, dans une deuxième partie sur la difficile, mais passionnante rencontre de ce travail photographique et du personnel d'hôpital et singulièrement du syndicat CGT de l'établissement. Les contributions de Jean-Marc Huitorel, de la CGT-Paul Brousse, des agents hospitaliers, de Jean-Charles Massera, de Jean-Pierre Burdin permettent de revenir sur l'histoire de la résidence d'Alain Bernardini et d'en dégager quelques questions. "Capture édition" offre ainsi un ouvrage d'une pleine cohérence avec le propos tenu.
Monuments d'images. Alain Bernardini. Chez "Captures éditions". En librairie et 3CA

UNE MAISON DE POUPEE
     
Le centenaire du 8 mars 2010 a connu de nombreuses manifestations, de multiples débats et vu paraître de nombreux articles autour de la question du féminisme en lien avec le mouvement de la société et les forces qui agissent à sa transformation.Dans un cahier spécial le journal du CNRS propose un rappel historique et fait un point instructif sur l'état de la question, en sciences sociales, du féminisme et des luttes qui le porte, avec la volonté, si ce n'est d'être exhaustif et objectif, de présenter un bon éventail des réflexions actuelles dans une démarche rigoureuse et scientifique."Une maison de poupée" d'Enrick Ibsen, dans une mise en scène Jean-Louis Martinelli, nous offre une tout autre façon de poursuivre la réflexion, par une autre voie, celle de l'intelligence sensible et du côté du théâtre Où l'on voit qu'au delà de l'émancipation et de l'affranchissement difficile et douloureux de Nora, la question posée porte sur la reconnaissance du droit à cette femme de choisir et d'assumer son destin. D'autant qu'il est aussi exigence spirituelle, un devoir; celui d'exister, tout simplement d'être, et d'être libre. Droit qui est toujours une conquête sur la société.Du 10 au 31 mars 2010, du 1er au 17 avril 2010 - Théâtre Nanterre-Amandiers , 7 av. Pablo-Picasso 92022 Nanterre Cedex.

EXPO : LES PRISONS SE DEVOILENT AU MUSEE CARNAVALET   
Que sait-on de l’univers carcéral ? La photographie peut-elle rendre compte des réalités pénitentiaires ? Le musée Carnavalet présente "L'impossible photographie, prisons parisiennes (1851-2010)", une exposition de 340 photographies réalisées dans les prisons de la capitale, de 1851 à aujourd'hui. Découvrez l'exposition et tous les rendez-vous gratuits autour de l'événement jusqu'au 4 juillet 2010.Pour la première fois, une exposition se penche et traite en profondeur l'ensemble des photographies réalisées dans l'univers carcéral parisien. Ce corpus inédit est issu d'un inventaire général de 3800 images, effectué par les commissaires de l’exposition auprès d’institutions (musées, bibliothèques, archives, agences de presse) mais aussi de collectionneurs privés.Au final, l'exposition livre les multiples visages des prisons. Les photographies sont présentées au côté de textes littéraires et de films d'archives, mais aussi prolongées par des créations contemporaines réalisées à l’initiative du musée.Effectués entre 2008 et 2009 à la prison de la Santé, avec l’accord de l’administration pénitentiaire, trois reportages photographiques, signés Jacqueline Salmon, Michel Séméniako et Mathieu Pernot, sont présentés en exclusivité dans l’exposition.Ces témoignages exceptionnels et récents sur la dernière prison parisienne encore en activité sont complétés par deux commandes littéraires : une pièce sonore d’Olivia Rosenthal et un texte de Jane Sautière ainsi qu’une installation audiovisuelle réalisée par Anne Toussaint et Kamel Regaya (atelier audiovisuel de la prison de la Santé).Offrant un regard unique sur le passé et le présent de ces lieux de détention, l’exposition est accompagnée d’un catalogue de référence. À travers l’inventaire de ce qui a été retrouvé, diverses personnalités (universitaires, historiens de la photographie, philosophes, écrivains, artistes…) analysent et décryptent ces images.Le visiteur est ainsi amené à s’interroger sur le regard que portent la société et les photographes sur les lieux de rétention et prisons de la capitale, aux noms parfois oubliés ou méconnus : La Force, la Grande et Petite Roquette, Saint-Lazare, Sainte-Pélagie, Mazas, L’Abbaye, le Cherche-Midi, l’Hôtel des haricots, etc. Il pourra mesurer l’écart entre ce que l’on sait ou ce que l’on imagine et ce que la photographie restitue de l’univers carcéral.Commissaires de l’exposition - Département des collections photographiques du musée Carnavalet : Catherine Tambrun, Christel Courtois.Ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf les lundis, jours fériés et dimanches de Pâques et de Pentecôte.Du 10 février au 4 juillet 2010. Fermeture des caisses à 17h30.
Hôtel Carnavalet, 23, rue de Sévigné 75003 Paris - Standard : 01 44 59 58 58

LE MONDE DU TRAVAIL AU CINEMA    
L'Institut du travail de Rennes organise depuis maintenant six ans une journée cinématographique sur le monde du travail avec l'aide de l'association Clair Obscur et du service culturel de l'Université.L'idée est de projeter des documentaires ou des films sur un thème et d'en débattre avec le réalisateur, en conviant des universitaires, des syndicalistes, des étudiants, des experts...
Cette manifestation aura lieu cette année le 5 mars 2010 et portera sur le thème : "Fermetures d'usines d'hier et d'aujourd'hui : quelles réponse collectives ?".
Inscription obligatoire :gwenola billon - e-mail : gwenola.billon@univ-rennes2.fr - Institut des Sciences Sociales du Travail de l’Ouest,Université Rennes 2, campus la Harpe,
avenue Charles Tillon 35044 Rennes cedex

DIXIEME EDITION DES JOURNEES CINEMATOGRAPHIQUES DIONYSIENNES :  VOIR L’INVISIBLE       
les 10èmes journées Cinématographiques Dionysiennes ont choisi de parler de(s) dieu(x) !. Mystérieux moteur de l'univers pour certains, invraisemblable idée qui va contre toute logique pour d’autres… Avec VOIR L’INVISIBLE, il n’est pas question de donner raison aux uns ou aux autres, mais de se pencher sur le lien étroit que le cinéma entretient avec la dimension religieuse de
l’homme (chrétienne ou autre), sa foi, ses croyances, et tente de montrer la place des dieux dans nos vies publiques et intimes. Est-ce ainsi que les hommes vivent ?* questionne la manière dont le cinéma est témoin et acteur de notre temps ; comment les cinéastes réfléchissent sur notre civilisation, notre condition humaine, et prennent acte, a un moment donné, des problèmes ou des mutations de l’histoire pour nous aider à penser le monde.
Renseignements : Cinéma l’Écran, Place du Caquet - 93200 Saint-Denis - tel : 01 42 43 99 59 - M° Basilique Saint-Denis(ligne 13) - Du 3 au 9 février 2010

THÉÂTRE NANTERRE - AMANDIERS : DEUX VOIX
À la fin d’un dîner bien arrosé, une tablée de la haute société ivre d’elle-même devise sur le sort de l’humanité, se met peu à peu à nu, révèle la face cachée d’un monde titubant qu’elle emporte dans sa soif de pouvoir total. Tour à tour, un politicien installé, un vice-président d’une compagnie pétrolière, un intellectuel en vue appointé par l’entrepreneur, un agent de liaison avec la mafia, un autre chargé d’établir le contact avec l’épiscopat, prennent la parole dans une valse décadente. Inspirées par l’œuvre de Pier Paolo Pasolini dans laquelle l’auteur de Théorème sentit la possibilité de « [s]’emparer de la réalité », composées comme un synopsis à partir du vocable des multinationales, ces “deux voix” sont en fait une polyphonie de personnages complexes et corrompus, une galerie de portraits de maîtres du monde débraillés, joués par un seul et même acteur. Dans un jeu de chaises musicales étourdissant, Jeroen Willems, acteur phare de la compagnie Hollandia, interprète tous les rôles de cette satire sociale. Monologues et travestissements pénètrent au cœur des conflits d’intérêts d’un nœud de vipères où l’on peut reconnaître Cor Herkströter, l’ancien président du conseil d’administration de Shell International et, à travers lui, tous les complices des scandales pétroliers et financiers. Jouée dans plusieurs pays, cette pièce a été créée en français par Jeroen Willems au Festival d’Avignon en juillet 2004.
Du 6 au 31 janvier 2010, du 2 au 10 février 2010 - Théâtre Nanterre-Amandiers - 7 av. Pablo-Picasso 92022 Nanterre Cedex

7ème FESTIVAL BOBINES SOCIALES     
Où va la psychiatrie ? où va l'agriculture industrielle? de quoi se nourrit-on ? de quoi souffre-t-on au travail ? comment résister au management pervers, aux camisoles, aux enfermements, aux pesticides...? comment vivre sans patron ? où en est la Colombie et qu'en raconte son cinéma indépendant ?. Voilà quelques-unes des questions posées par les films et les débats au menu du 7ème festival Bobines Sociales qui se tiendra, comme chaque année depuis 2004, le dernier week-end de janvier au Studio de l’Ermitage (Paris XXème).
Parmi les événements de cette édition : une rencontre avec l’économiste Frédéric Lordon et le réalisateur Jean-Robert Viallet autour de son documentaire "La mise à mort du travail" (2009) ou encore l’avant-première de "Solstices 1975-2005" de Bernard Richard sur une utopie concrète : un service autogéré, qui, pendant trente ans, a pratiqué l'accueil thérapeutique d'enfants autistes ou psychotiques par des couples en Lozère. Mais aussi un débat sur l'industrie de la viande avec le journaliste Fabrice Nicolino, sans oublier des séances autour de films d’archives à découvrir ou à redécouvrir.
Au Studio de l’Ermitage, 8 rue de l’Ermitage, 75020 Paris, du vendredi 29 au dimanche 31 janvier 2010.


2009


 DEBAT : ORGANISATION DU TRAVAIL , VIOLENCES MORALES , MISES EN DANGER D'AUTRUI ET RESISTANCES    
Avec la participation de Danièle Linhart (sociologue), Alain Gueguen et Philippe  Billard (syndicalistes), Willy Pelletier (fondation Copernic), Annie Thébaud-Mony et
Nathalie Robatel (Fondation Henri Pézerat).
le mardi 8 décembre 2009 de 20 heures à 22h30 - à la Maison du Citoyen et de la Vie Associative 14 rue du Rvd Père Lucien Aubry à Fontenay-sous-bois

LA RESISTANCE CREATRICE    
...En un mot, peut on se passer de la notion de résistance si l’on veut se situer du côté d’une science du vivant et de l’action ?. Deux axes seront privilégiés dans les interventions et débats de cette matinée : les résistances dans le travail et la clinique de la résistance.
Samedi 21 novembre - ESCP EUROPE 79 avenue de la République, 75011 Paris (Métro Saint-Maur)

COLLOQUE : LA VIE AU TRAVAIL     
Puisque nous passons l’essentiel de notre temps au travail, puisque le travail nous prend notre temps, notre énergie et parfois notre santé, il nous a semblé important de réfléchir, au travail, à l’organisation du travail, aux changements qui affectent le monde du travail.Réfléchir, échanger, confronter des idées pour ne pas être désarmé et seul face au travail ! Car le travail, quand il n’est plus pensé et/ou adossé à des valeurs, quand il ne fait plus l’objet de confrontations, devient source d’aliénation et de souffrance.
LA CGT-UFICT CUS de Strasbourg - Lundi 5 novembre 2009

JOURNEE D'ETUDE : LES RISQUES LIES AUX CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES    
La CGT s’organise pour construire une expertise syndicale française et européenne à travers une journée d’étude sur les champs électromagnétiques le vendredi 30 octobre 2009 à Montreuil
avec ses syndicats, des chercheurs et des associations. Elle vous invite à participer à un point presse qui sera organisé à 11h30.
Journée d’étude du 30 octobre 2009 - LA CGT - 263, rue de Paris à Montreuil - EMERGENCES

LA MISE A MORT DU TRAVAIL    
Dans un monde où l’économie n’est plus au service de l’homme mais l’homme au service de l’économie, les objectifs de productivité et les méthodes de management poussent les salariés jusqu’au bout de leurs limites. Jamais maladies, accidents du travail, souffrances physiques et psychologiques n’ont atteint un tel niveau. Les histoires d’hommes et de femmes que nous rencontrons chez les psychologues ou les médecins du travail, à l’Inspection du Travail ou au conseil de prud’hommes nous révèlent combien il est urgent de repenser l’organisation du travail.
Une série documentaire de Jean-Robert Viallet - Lundi 26 octobre à 20h35 - Mercredi 28 octobre 2009 à 23h00 - France 3



"SOULAGES" AU CENTRE POMPIDOU    
Du 14 octobre 2009 au 8 mars 2010 aura lieu au Centre Pompidou à Paris, dans la grande Galerie du 6e étage, une importante rétrospective "Soulages", qui présentera une centaine d'œuvres depuis 1946 jusqu'à aujourd'hui (commissaires de l'exposition : Alfred Pacquement, directeur du Musée national d'art moderne, et Pierre Encrevé). Le Centre Pompidou publiera en coédition avec les éditions Gallimard un catalogue de référence comportant, outre la reproduction de toutes les œuvres présentées dans l'exposition, des textes de Hans Belting, Yve-Alain Bois, Eric de Chassey, Annie Claustre, Harry Cooper, Pierre Encrevé, Isabelle Ewig, Serge Guilbaut, Guitemie Maldonado et Alfred Pacquement, ainsi qu'une chronologie riche de nombreux documents inédits réalisée par Camille Morando.À l'occasion de cette exposition, le Centre Pompidou organisera, en collaboration avec l'Institut National d'Histoire de l'Art (INHA), un colloque international "Soulages" les 21 et 22 janvier 2010.

SOULAGES LE TEMPS DU PAPIER    
S’il est avant tout connu comme le peintre du noir, Pierre Soulages (né en 1919) est aussi l’auteur d’une oeuvre sur papier magistrale où l’eau forte tient une place de choix aux côtés de la lithographie et de la sérigraphie. Réunissant environ 120 oeuvres qui vont des années 1950 à aujourd’hui, l’exposition présentée au MAMCS du 31 octobre 2009 au 3 janvier 2010 propose au visiteur une plongée dans l’oeuvre imprimé de Soulages, technique par technique, où l’on voit l’artiste, pour les besoins de sa recherche, réinventer complètement les procédés traditionnels, notamment la gravure à l’eau-forte. L’exposition permet également de découvrir les trois seuls bronzes réalisés par Soulages.
Musée d'art moderne et contemporain de la ville de Strasbourg : 1, Place Hans Jean ARP

L'UZESTIVAL DU NOUVEL AN 2010     
Conception réalisation : Cie Lubat (compagnie transartistique de divagation). Une compagnie de compagnons qui poursuit patiemment l’élaboration de « l’Estaminet Théâtre Amusicien », laboratoire public, épicentre de recherche et innovation transartistique dont l’ouverture officielle est repoussée au printemps prochain. En attendant, pendant les concerts, les travaux continuent (équipement technique numérique audiovisuel, réfection de la façade, aménagement intérieur).
Du samedi 19 décembre 2009 au samedi 2 janvier 2010 à L'Estaminet d'Uzeste

UN HOMME EST MORT , LA BD D'ETIENNE DAVODEAU EN BD CONCERT A ARGENTEUIL    
Un homme est mort c’est une bande dessinée de Kris et Davodeau. Elle raconte l’histoire d’une grève ouvrière qui s’est déroulée dans les années d’après guerre sur le chantier de reconstruction de la ville de Brest, en Bretagne. Cette BD c’est un témoignage unique sur une partie de l’histoire du monde ouvrier. La grève et dure et la répression violente. Edouard Mazé, 26 ans, est tué d’une balle en pleine tête. Les syndicats appellent à la grève générale. L’Humanité titre : "Le gouvernement fait tirer sur des Français : un ouvrier assassiné par des CRS à Brest". Le 19 avril des dizaines de milliers de personnes accompagnent Edouard Mazé à sa tombe ou sera gravée l’épitaphe « Mort pour le pain, la paix et la liberté ».
Un BD-Concert c’est une expérience de lecture collective. Les images, mises en musique, défilent sur des écrans et les spectateurs lisent, ensemble, les dialogues de la bande dessinée.
Le 4 décembre 2009 à Argenteuil - Centre culturel d’Argenteuil - Le Figuier blanc rue Grégoire-Collas 

CYCLE  JOSEPH L. MANKIEWICZ
     
Réalisateur à part dans le système hollywoodien (il était scénariste et producteur de ses films), Mankiewicz fut un grand directeur d’acteurs doublé d’un dialoguiste subtil. S’il livra parmi les plus beaux portraits de femmes de l’âge d’or d’Hollywood (Eve, L’Aventure de Mme Muir), il s’attaqua également avec bonheur au western (l’ironique Reptile) ou à la comédie policière (le virtuose Limier).Du 16 décembre 2009 au 4 janvier 2010 - LE CINÉMATOGRAPHE  -  12 bis rue des Carmélites 44000 Nantes

PARCOURS A TRAVERS L'OEUVRE DE CHRIS MARKER    
De La Jetée à Chats perchés, en passant par ses films militants et politiques, exploration du temps, de l’espace, de la mémoire et de l’image en compagnie d’un bricoleur de génie.
Rétrospective Chris MARKER du 11 novembre au 20 décembre - INSTITUT LUMIERE - 25 rue du Premier-Film 69352 - Lyon Cedex 08 - Tél. 04 78 78 18 95 Fax 04 78 7818 94

NOTRE TERREUR

L’ultime nuit de Robespierre, minutée comme un rapport de police, est la base du récit à partir duquel s’imbriquent comme des poupées russes les enjeux de la Révolution et ceux de la création. Au centre, l’écriture, ici cette chronique des dernières heures de Robespierre, héros incorruptible pour les uns, tyran sanguinaire pour les autres. En quelques épisodes, le destin de Robespierre, et avec lui celui de la République, bascule entre son dernier discours de la Convention et la place de la Révolution où il est sommairement exécuté le lendemain, aux côtés de son frère et vingt de ses partisans. Dans une sorte d’autopsie de la prise de pouvoir, de ses vertiges, de ses failles et de sa perception extérieure, le spectacle examine cette question du pouvoir des deux côtés du miroir, explorant la frontière entre l’ordre établi et le désordre stérile. Fidèle à son désir d’une expression théâtrale mouvante, en perpétuelle évolution, la compagnie nous fait partager sa plus cruciale interrogation : pourquoi et comment faire du théâtre aujourd’hui ?. Création collective d'ores et déjà - Mise en scène Sylvain Creuzevault
Les Célestins - 4 rue Charles Dullin 69002 Lyon - Tél: 04 72 77 40 40 - Jusqu'au 4 décembre

NOVEMBRE DES CANUTS    
Redonner la parole aux canuts et découvrir ou redécouvrir l’histoire turbulente et passionnante de la colline de la Croix-Rousse : c’est ce que vous propose Novembre des Canuts du 16 au 29 novembre 2009. A travers un programme pluridisciplinaire où se côtoient conférences, théâtre, débats, exposition, bambane, dédicaces, musique et cinéma, La Compagnie du Chien Jaune et Robert Luc se feront passeurs de mémoire afin de témoigner de l’Histoire mais aussi de donner des clés de compréhension de notre environnement social actuel. Car loin d’être uniquement les artisans de techniques de tissage extraordinaires, les canuts sont aussi à l’origine de nombreux fondements de notre droit social. Ces avancées, acquises suite à la révolte de 1831, sont désormais mises en lumière dans le cadre de cet événement culturel et citoyen qui se veut fidèle à l’esprit du premier journal ouvrier et professionnel, L’Echo de la Fabrique.

NICOLAS PHILIBERT , LE REGARD D'UN CINEASTE
    
Rétrospective des films de Nicolas Philibert, organisée par la Bpi, à l'occasion du Mois du film documentaire, complétée par une carte blanche offerte au réalisateur.
Niveaux 1 et -1 du Centre Pompidou - Entrée rue Saint-Martin (Piazza), 75004 Paris. Du 07/11/2009 au 29/11/2009.

 « LES LONGUES LUTTES DES FOYERS. ACTES 1 : LES ANNEES 70 »     
Une lutte peut en cacher une autre, ainsi que tout un train de mobilisations. Si aujourd’hui le long conflit des foyers Sonacotra (1975-1980) est en passe d’être bien connu (mais il y a encore des recherches à poursuivre au niveau des mobilisations locales), les luttes antérieures, menées dans des foyers aux sigles divers (Soundatia, Assotraf, Adef…), sont aujourd’hui méconnues, alors qu’elles ont largement contribué à faire découvrir les réalités de l’immigration – et pas seulement au niveau du logement. A la fin des années 1960 et au début des années 1970, les mobilisations de Saint-Denis et d’Ivry, de Pierrefitte et de Paris, ainsi que le «drame d’Aubervilliers» (janvier 1970) ont ainsi contribué à sensibiliser l’opinion, forger des militants et alerter l’Etat. C’est donc toutes les luttes autour des foyers durant les années 1970, dans leur diversité et leurs contradictions, que l’on tentera d’évoquer ici au cours de cette première journée d’études et de débats. Les images, comme documents irremplaçables et moyens de mobilisation, les analyses des sociologues et des historiens, les témoignages et récits de vies (souvent militantes) seront une nouvelle fois privilégiés. Cette journée sera précédée et suivie, à Montreuil et Paris, de projections et débats.
Le mercredi 25 novembre 2009 de 9h30 à 17h. (Restauration sur place). Aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis 18, avenue du Président Salvador Allende
93000 Bobigny 01 43 93 97 00

EXPO : FRANCOIS MASPERO ET LES PAYSAGES HUMAINS    
Éditeur contre la guerre d’Algérie, éditeurs des leaders anticolonialistes, éditeurs des luttes sociales, des dissidents d’Europe centrale et orientale, François Maspero a marqué du sceau de la liberté et de l’indépendance son métier d’éditeur. À l’occasion du cinquantenaire des éditions fondées par François Maspero en 1959, la librairie À plus d’un titre et La Maison des passages ont voulu évoquer l’histoire d’une maison d’édition originale et l’engagement de François Maspero, libraire, éditeur, écrivain. L’exposition présentée au Musée de l’imprimerie est aussi l’occasion de faire le point sur l’édition contemporaine, qui semble aujourd’hui bien éloignée de la conception qu’en avait François Maspero. Musée de l'imprimerie 13, rue de la poulaillerie 69002 Lyon  . L’exposition vous attend avec vos élèves du 16 septembre au 15 novembre 2009.

EXPO: MALTE MARTIN DOUBLE VIE    
Grand moment pour Malte Martin, graphiste franco-allemand qui cumule les actualités en ce début octobre 2009. Une exposition en forme de rétrospective vivante à la galerie Anatome, une intervention sur les vitrines de la rue Sedaine à Paris à l'occasion de la Nuit Blanche et la sortie d'un livre-dvd monographique aux éditions de l'Oeil.
Jusqu'au 23 décembre 2009. Galerie Anatome, 38 rue Sedaine, Paris 11e. Ouvert du mardi au samedi de 14h à 19h.

COLLOQUE INTERNATIONAL : IMAGES DU TRAVAIL , TRAVAIL DES IMAGES
    
Le travail, toujours central, toujours en crise, toujours contradictoire : Entre souffrance et plaisir, soumission et libération, intégration et exclusion… Le travail
souvent vécu comme contrainte. Temps, espaces et corps contraints. Et pourtant le travail change, se transforme en profondeur : il s’intellectualise, s’intensifie, se complexifie, se précarise, se dilue dans d’autres espaces temps comme ceux des loisirs, de la vie familiale, de la formation. Surtout, il tend à devenir moins visible, moins lisible, quittant la place publique pour des espaces privés au sein d’institutions de plus en plus soucieuses de leur image et cherchant à la contrôler étroitement. Il y a urgence à étudier et à montrer le travail, tel qu’il est et qu’il est en train de devenir, pour analyser, comprendre et orienter ces transformations. L’ambition du colloque « Images du travail. Travail des images » est de réunir les producteurs d’images documentaires (cinéma, photographie) et les chercheurs en sciences sociales qui, chacun à leur manière et avec leurs outils (qui sont d’ailleurs en partie communs), s’y emploient. Sa principale finalité est de présenter, confronter et discuter le plus concrètement possible les manières de faire des producteurs d’images et celles des chercheurs en sciences sociales qui recourent aux images pour explorer et rendre compte des réalités du travail.
3 ,4 ,5 novembre - Mai son  des  Sciences  de l’Homme  et de la  Société - Poitiers 2009 - http://www.filmerletravail.org/

HOMMAGE A KATEB YACINE
    
Dans le cadre du cycle « mémoire et cultures » l’association APCV rend hommage à l’écrivain, poète, homme de culture à travers une série de manifestations : exposition, film, théâtre,
rencontre, débat. Samedi 21 novembre 12, place de la Résistance et de la Déportation 93200 Saint-Denis

LA DOMINATION MASCULINE     
" Je veux que les spectateurs se disputent en sortant de la salle ", c'est ce que disait Patric Jean en tournant La Domination masculine. Peut-on croire qu'au XXIème siècle, des hommes exigent le retour aux valeurs ancestrales du patriarcat : les femmes à la cuisine et les hommes au pouvoir ?.Peut-on imaginer que des jeunes femmes instruites recherchent un " compagnon dominant " ? Que penser d'hommes qui subissent une opération d'allongement du pénis, " comme on achète une grosse voiture " ? Si ces tendances peuvent de prime abord sembler marginales, le film nous démontre que nos attitudes collent rarement à nos discours. L'illusion de l'égalité cache un abîme d'injustice quotidiennes que nous ne voulons plus voir. Et où vous jouez votre rôle.
A travers des séquences drôles, ahurissantes et parfois dramatiques, le film nous oblige à nous positionner sur un terrain où chacun pense détenir une vérité...
Documentaire de Patric JEAN (France) - 1h43

  WALTER,RETOUR EN RESISTANCE
    
Le nom de « Walter » et le mot « résistance », Gilles Perret les a toujours associés. Avant même de savoir ce que cela signifiait, Gilles savait que son voisin Walter avait été déporté
dans un camp de concentration du nom de Dachau … Aujourd’hui Walter Bassan a 82 ans. Il vit avec sa femme en Haute-savoie, et mène une vie pour le moins active. D’écoles en manifestations, de discours engagés en témoignages de la guerre, Walter continue son long combat, fait de petites batailles, contre toutes les formes de démagogies, d’injustices et d’oppressions. De même que lorsqu’il avait 18 ans, et qu’il « jouait » comme il dit, à distribuer des tracts anti-fascistes dans les rues commerçantes d’Annecy alors occupée, Walter agit en écoutant son coeur. « Je n’ai pas changé », comme il se plait à rappeler. Partageant ces mêmes « raisons du coeur », Gilles Perret réalise ici un portrait vivant de cet homme calme et insurgé. Nous sommes invités à les suivre en passant du Plateau des Glières à Dachau, à faire des retours en arrière pour mieux comprendre l’Histoire, à partager leurs inquiétudes face à un monde où l’inégalité et l’injustice gagnent sans cesse du terrain, à poser les questions qui fâchent... Sans prétention, et avec la même simplicité et constance que Walter, ce documentaire révèle l’actualité, l’importance, et la nécessité, d’une résistance au quotidien.
Un film de Gilles PERRET


ARCHIVES 2008


 
COLLOQUE HISTOIRE(S) DE LA SANTE AU TRAVAIL (appel à intervention)
Les mutations intervenues dans les systèmes de production et les marchés du travail ont favorisé un regain d’intérêt pour les questions de santé et de sécurité au travail. Des travaux de recherche nouveaux ont porté sur les décès dus à l’amiante et à la silicose, l’augmentation du nombre d’accidents du travail, des cancers professionnels, des TMS, etc. Toutefois, la plupart de ces études portent sur la période la plus contemporaine. En favorisant une approche historique des questions de santé au travail depuis la fin du XVIIIe siècle, le colloque propose d’inscrire ces questions dans une perspective longue, dans des contextes historiques différents et dans une comparaison internationale. Il entend contribuer à dégager les continuités et les mutations dans les représentations et les stratégies des acteurs, à repérer les spécificités nationales et les convergences internationales. Il invite à rendre compte de la diversité des approches et des échelles de la santé au travail (histoire institutionnelle, analyse du jeu des acteurs, biographies individuelles et collectives, etc.).Dans le cadre du Programme de recherche Santé-environnement-travail de l’ANR, le Groupe d’histoire Travail & Santé organise, les 25 et 26 septembre 2008, un colloque international au Creusot, sous l’intitulé «Histoire(s) de la santé au travail».
Appel à communications

 30ème CONGRES NATIONAL DE MEDECINE ET SANTE AU TRAVAIL
La valeur de l’humain est bien au centre des thématiques de ce 30ème congrès. Celui ci constitue en effet un moyen important d’échanges de connaissances entre les divers acteurs de santé au travail sur des thèmes majeurs comme la santé et le travail des femmes, la veille en santé mentale au travail, la pénibilité du travail ses relations avec la santé et les parcours professionnels. Au-delà, il est une occasion unique de mise au point sur l’actualité de la profession, notamment par l’abord de thématiques comme celle de l’évaluation des pratiques professionnelles. 
Du 03 au 06 juin 2008 - Tours - Pre-programme

 GARE AU TRAVAIL (impact des restructurations sur la santé au travail)
Le CE en partenariat avec TEC, organise une journée d’étude sur la souffrance au travail - Sur invitation
Comité d’Etablissement des cheminots de la région SNCF Nord-Pas-de-Calais - Mardi 3 juin 2008 - Archives Nationales du Monde du Travail - ROUBAIX

 SEMINAIRE : POUVOIR D'AGIR ET AUTORITE DANS LE TRAVAIL
Il est classique de distinguer pouvoir et autorité. Si le pouvoir s’impose, l’autorité s’exerce sans qu’il lui soit nécessaire de contraindre. Elle s’accorde, elle se reconnaît. Aussi dit-on parfois qu’on subit l’un, mais qu’on adhère à l’autre... Qu’en est-il dans l’activité de travail ? On voit bien que le pouvoir procède du rapport de subordination, du rapport salarial, par le truchement notamment de l’organisation hiérarchique et de la prescription formelle. Mais l’autorité, elle, à quelles « légitimités » répond-elle ? Dans ce séminaire, on se propose de creuser le rapport entre l’autorité et le pouvoir d’agir dans le travail...
Qui se tiendra les 2,3 et 4 juin 2008 dans les locaux de l’Université de Paris 1 : Centre Malher 9, rue Malher, 75004 Paris (M° Saint Paul) 

 J’AI (TRES) MAL AU TRAVAIL
Un film de Jean Michel CARRE
La CGT organise la projection du film et vous invite Le 5 juin à partir de 12 heures - Salle DELOUVRIER 
Cette projection sera suivie d’un débat avec :
Jean-Michel CARRE, réalisateur
Rachel SAADA, avocate au barreau de Paris
Sont également invités : L’Exécutif Régional - Les Présidents de groupes - Les acteurs médicaux et sociaux - Les organisations syndicales de la Région
La capacité de la salle étant limitée, la confirmation est obligatoire .Merci de nous transmettre le coupon réponse pour enregistrer votre inscription :
Contact : cgt@iledefrance  - Syndicat du Personnel du Conseil Régional d’Ile de France 35, Boulevard des Invalides 75007 Paris

 SEMINAIRE : " SANTE ET TRAVAIL  XVIIe - XXe SIECLE
Le monde du travail constitue l’un des milieux environnementaux susceptibles d’avoir un impact sur la santé des personnes qui y passent une part importante de leur temps. La prise de conscience de la souffrance au travail et de son influence à la fois sur la production et sur la société est apparue au cours et surtout à la fin du XIXe siècle. Toutefois les problèmes de santé inhérents à l’exercice d’une activité professionnelle existaient dans la France préindustrielle. Le séminaire s’efforcera d’inventorier les maladies professionnelles sur le temps long (XVIIe-XXe siècle) en prenant en compte les transformations techniques, économiques et sociales. Pour l’Ancien Régime, les sources sont essentiellement d’origine militaire. À partir du XIXe siècle, les industrialisations et la croissance des emplois dans ce secteur ont induit une multiplication des risques encourus par les travailleurs. Nous avons choisi d’orienter la thématique sur les professions où se manifestaient particulièrement les maladies professionnelles et les accidents du travail (principalement les mines et la métallurgie). Depuis le XVIIIe siècle se posait le problème de la réparation et de la responsabilité. Les contraintes nouvelles imposées par l’État et la société civile au XIXe siècle ont conduit à une évolution de la législation ainsi qu’à une adaptation du monde économique. Les acteurs et l’évolution de leur perception et des prises en charge du risque durant des phases d’intense industrialisation feront l’objet d’études particulières.
De décembre 2007 à mai 2008 à l’EHESS, 105 bd Raspail 75006, Paris. 

 COLLOQUE INTERNATIONAL "CLINIQUE DU TRAVAIL"
Autour des axes :
- Actions et production de connaissances
- Clinique du travail et organisation du travail
- Subjectivité, activité et travail
- Travail, collectif, métier
- Travail et Santé 
Programme de la journée du 30 mai 2008
Programme de la journée du 31 mai 2008
Les intervenants : G. Amado, P. Béguin, M. Bournel-Bosson, C. Briec, Y. Clot, D. Cru, F. Daniellou, P. Davezies, C. Dejours, E. Diet, B. Doray, M.A. Dujarier, J. Duraffourg, D. Faïta, G. Fernandez, G. Francequin, C. Godart, E. Hamraoui, F. Hanique, G. Jobert, K. Kostulski, D. Lhuilier, D. Linhart, M. Litim, M. Loriol, J.P. Minary, P. Molinier, F. Osty, T. Perilleux, M. Pezé, B. Prot, C. Revuz, J. Rhéaume, P. Roche, C. Rueff, M. Salmona, L. Scheller, Y. Schwartz, A. Thébaud-Mony, J.L. Tomás, J. Torrente, M. Vézina, S. Volkoff. 
Les 30 et 31 mai 2008 CNAM, 292 rue St Martin, Paris 75003.

 SEMINAIRE : « EXPERIENCE PROFESSIONNELLE ET GESTION DE LA SECURITE AU TRAVAIL »
Le rôle de l’expérience, dans la gestion des risques en milieu de travail (qu’il s’agisse de sécurité du travail ou de risques industriels), est souvent perçu comme ambivalent. D’un côté la construction des compétences au fil de la vie professionnelle, tirant parti des événements vécus et des réflexions que ces événements ont suscitées, offrirait des possibilités accrues d’anticipation, d’évitement, de stratégies diverses propices à accroître la sécurité, de développement des « savoir-faire de prudence ». D’un autre côté les salariés expérimentés sont parfois taxés d’un excès de confiance, qui les amènerait à négliger des règles de sécurité. En outre les anciens sont souvent les plus âgés, et leur vieillissement peut s’accompagner de déficiences (sensorielles, par exemple) qui réduiraient leurs capacités d’alerte. Enfin le côtoiement entre salariés de générations distantes (et donc d’âges, de formations, de cultures, très disparates) poserait des problèmes de cohésion dans les situations dangereuses. Un bilan univoque des liens entre expérience professionnelle et gestion de la sécurité ne serait ni rigoureux, ni opérationnel. Les conditions et l’organisation du travail, les marges de manoeuvre pour des stratégies de travail individuelles et collectives, les itinéraires professionnels, conditionnent largement ces relations. Ce séminaire visera à élucider le rôle de ces facteurs, aggravants ou protecteurs, à partir de recherches menées dans plusieurs milieux professionnels.
Séminaire annuel « Ages et Travail » du C.R.É.A.P.T. - Centre de Recherches et d’Etudes sur l’Age et les Populations au Travail - 5,6,7 mai 2008
Au CNAM Arts et Métiers : 2, Rue Conté - 75003 Paris - Métro : Arts-et-Métiers (lignes 3 et 11) ou Réaumur-Sébastopol (lignes 3 et 4)

 CONFERENCE : L'EXPERIENCE DES REPRESENTANTS DES TRAVAILLEURS POUR LA SANTE ET LA SECURITE
La représentation des travailleurs pour la santé et la sécurité constitue un élément crucial pour toute politique de santé au travail. Pourtant, dans la majorité des pays européens, une quantité importante de travailleurs est privée d’une telle représentation. L’existence d’une structure de représentation des travailleurs est la condition indispensable de toute participation des travailleurs dans le domaine de la santé et de la sécurité. De nombreuses enquêtes mettent en évidence le lien direct entre l’existence d’une représentation des travailleurs dans les entreprises et la qualité de la politique de prévention menée par celles-ci.
Par sa seule existence, une telle représentation ne suffit pas nécessairement à rendre la participation effective. À quelques exceptions près, il y a un manque général de connaissances et un manque de débat sur les facteurs et conditions qui permettent aux représentants des travailleurs d’être un facteur essentiel dans une stratégie de prévention. Le département Santé-Sécurité de l’ETUI-REHS est engagé depuis plus de deux ans dans une recherche sur les facteurs d’efficacité de la représentation des travailleurs en santé et sécurité. À l’initiative de la Confédération européenne des syndicats (CES), une Conférence est organisée à Bruxelles les 11 et 12 février 2008 sur le thème: "L’expérience des représentants des travailleurs pour la santé et la sécurité : un atout essentiel pour les stratégies de prévention". Cette conférence permettra de faire le point avec des chercheurs de différentes universités européennes et des syndicalistes. 

 SEMINAIRE " TRAVAIL ET SANTE "
La CGT et Émergences organisent une initiative sur la santé au travail le 11 février 2008. Deux débats rythmeront cette journée :
- Un premier débat portera spécifiquement sur la santé au travail et la pénibilité. Nous verrons quelles actions peuvent être menées pour améliorer la situation actuelle et quelles convergences sont possibles entre les différents acteurs impliqués dans ce domaine (syndicats, institutions, médecine du travail, universitaires, experts).
- Un second débat traitera de l'interaction entre la santé au travail et les risques environnementaux. Nous verrons notamment quelles sont les perspectives d'action et de revendication pour agir sur ce champ. 300 personnes sont attendues : militants syndicalistes, acteurs du travail, de la prévention, de la réparation, notamment chercheurs et universitaires spécialistes du thème.
- Le programme détaillé de l'initiative vous sera transmis début janvier 2008.
Vous pouvez dès à présent vous inscrire par mèl : travail-sante@cgt.fr , par téléphone au 01 48 18 84 50 ou par télécopie au 01 48 18 86 54.
Lieu de l'initiative : CGT Salle du CCN, 263, rue de Paris, 93556 Montreuil.

 SANTE AU TRAVAIL : QUELS NOUVEAUX CHANTIERS POUR LES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES ?
Ces journées visent à permettre aux chercheurs travaillant sur les questions de santé au travail dans le domaine des sciences humaines et sociales de dresser un bilan, de questionner l’état des lieux des travaux en cours et de réfléchir collectivement à des perspectives de travail et de collaboration. Leur objectif est de procéder à un inventaire et à une discussion des grandes approches mobilisées et mobilisables et de permettre une rencontre au sein d’un milieu de recherche encore assez éclaté. De ce fait le colloque laissera une place importante aux débats avec l’ensemble des participants
Mercredi 6 février 2008 - Jeudi 7 février 2008 - MISHA Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme-Alsace  -Salle des conférences - Strasbourg

 DEBAT : TRAVAILLER PEUT NUIRE GRAVEMENT A VOTRE SANTE
Comment faire reconnaître les maladies professionnelles ? Quels sont les impacts des conditions de travail sur la santé des salariés ? Quels moyens pour une réelle prévention ?
Les "Mardis des 93" sont des rencontres-débats type "Café philo", très informelles, sur un sujet de société ou d’actualité nées du groupe de travail animé par Bernard Defrance.
Seront présents notamment :
Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche à l’INSERM,
Jean-Paul Teissonnière, avocat des victimes de l’amiante,
Christian Tessier, secrétaire de la CGT construction 93,
François Desriaux, président de l’ANDEVA (Association Nationale de Défense des Victimes de l’Amiante)
Marie-Claude Beaudeau, sénatrice honoraire,
Jean Guénard, président de Eiffage Travaux publics,
Claude Katz, avocat du droit du travail, membre du comité central de la Ligue des Droits de l’Homme,
Alain Deluche, secrétaire adjoint de la CFTC 93,
ainsi que d’autres invités..
Au restaurant associatif « Le Relais » - 61, rue Victor Hugo, Pantin (Métro Eglise de Pantin, ligne 5) - Mardi 29 janvier à 18h30 



EXPOSITION : EXTASES

"... Pour moi, matérialiste et athée, traiter de cette quête spirituelle est un défi, mais aller travailler sur le thème du sida dans un bidonville de Soweto ou tracer un parcours à la mémoire de Maurice Audin dans les rues d’Alger étaient également des défis. C’est un défi pour chaque artiste d’affirmer sa singularité."
Ernest PIGNON-ERNEST est né à Nice en 1942. Depuis 1966, il fait de la rue le lieu même d’un art éphémère qui en exalte la mémoire les évènements ou les mythes.Du 5 au 27 juillet de 10h à 18 h et du 28 juillet au 22 août de 10h à 12h et de 14h à 17h
Chapelle Saint-Charles « VERBO INCARNATO », rue Saint-Charles - 84000 AVIGNON - Entrée libre.
Dans la continuité, une seconde exposition est proposée par la Ville de l’Isle sur la Sorgue à l’Hôtel Campredon – Maison René Char intitulée « Les Icônes païennes, de Naples à Soweto, de Rimbaud à René Char », jusqu’au 3 octobre 2008. Il s’agit d’une rétrospective sur différents thèmes traités par l’artiste durant 40 ans : Naples, portraits de poètes, les cabines téléphoniques et Soweto. Renseignements au : 04 90 38 17 41

LES RDV MENSUELS AUTOUR DE 68
Le Centre de recherches politiques de la Sorbonne (Paris I & CNRS), en association avec le Centre de sociologie européenne (Paris I & CNRS) et Cultures et sociétés urbaines (Paris 8 & CNRS), organise tout au long de l’année 2008 les « Rendez-vous mensuels autour de 68 ». Un samedi par mois, des cinéastes, chercheurs et témoins de l’époque débattront autour d’un film militant des années 68 consacré aux différentes facettes de cette révolte : grèves ouvrières, contre mobilisation, place de l’extrême gauche, mouvement féministe et homosexuel, contestations de l’enseignement, etc. L’entrée est libre et gratuite à l’amphithéâtre Turgot de 9h30 à 17h, à la Sorbonne Université Paris - De janvier à décembre 2008 -

MAI 68.FR
Comme l’ont encore prouvé les polémiques de la dernière campagne présidentielle, Mai 68 n’a rien perdu de sa charge symbolique. Et « ce n’est qu’un début », au regard de ce qui se prépare pour la commémoration du 40ème anniversaire. Ainsi le CODHOS (Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale) s’est-il proposé de mener le recensement systématique des publications et manifestations de toutes sortes (engagées ou non, à Paris et en région) qui marqueront cet anniversaire, espérant par là hisser « l’événement » à la hauteur de ses enjeux historiographiques et mémoriels. Ce site est divisé en plusieurs rubriques qui tout au long de l’année seront régulièrement mises à jour.

SOUS LES PAVES... L'HISTOIRE
A l’occasion du quarantième anniversaire du mouvement social de mai juin 1968, nous vous proposons une chronologie de ces événements survenus dans un climat social et sociétal particulier. Comme le dit l’ancien secrétaire général de la CGT, Georges Séguy, ils n’ont pas éclaté comme un "coup de tonnerre dans un ciel serein" . Le vieux monde avait besoin d’être bousculé, les rapports sociaux avaient besoin d’une révolution. Les acquis sociaux ont été nombreux à l’issue du mouvement, les impacts sociétaux ont été considérables.

 DOUZIEME EDITION DU FESTIVAL RESISTANCES (cinéma,rencontres,débats)
Pour sa douzième édition, sous forme de défi collectif, le Festival Résistances ouvre à nouveau des fenêtres sur le monde à travers 100 films, documentaires et fictions. Des films porteurs d’un regard critique, des films forces de proposition. La programmation, accompagnée de débats, se décline sur 4 thématiques, avec un questionnement transversal sur les apports du mouvement de 68 et une incursion dans les Pays de L’Est. Une trentaine de réalisateurs et de personnalités seront présents pour de nombreux échanges. Durant 8 jours, nous partagerons près de 10 avant premières, des apéros-concerts sous le chapiteau et des séances en plein air tous les soirs à 22h30 sous la halle St Volusien.
Du 4 au 11 juillet 2008 - Foix

 LES RENCONTRES CGT D'AVIGNON
L’activité confédérale de politique culturelle et sa commission organisent, dans le cadre du festival d’Avignon, le 17 juillet prochain, 
une journée d’échanges et de débats.
Jeudi 17 juillet - ISTS / 2ème étage - Salle des colloques - Cloître Saint Louis (2 rue Portail Bauquier – Avignon)

 LA BELLE ROUGE FESTIVAL 2008
Le festival La Belle Rouge est entièrement conçu et organisé par la Compagnie Jolie Môme et ses amis. C’est l’occasion de partager 3 jours avec nos amis, des artistes, des militants. des spectateurs venus d’Auvergne comme de toute la France, autour de spectacles, de rencontres et surtout d’une grande fraternité.. Cette année encore le festival mêlera théâtre, musique, débats, chansons, expositions, jeux, ateliers et projections de film.
Vendredi 25 - samedi 26 - dimanche 27 juillet 2008 à Saint-Amant-Roche-Savine (63) 

 31e HESTEJADA DE LAS ARTS D’UZESTE MUSICAL  (Transartisticités Nomades in France)
Une poétique du divers pour une écologie poïélitique de l’art de la diffusion de l’art. Une réalisation de la Compagnie Lubat de Gasconha (Cie transartistique de divagation) de villages en villages, en quartiers éloignés, en airials perdus, en lieux-dits non dits, en cafés des sports, en cercles ouvriers, en place du marché, en salles des fêtes, en sentiers forestiers, en rivières sauvages… en amusique improïésique freelosophique impolyrythmique hasarchaïque fanachronique sociocratique psychorégraphique déconocomique bazarplastique autobiographitique et patatipataphysique. Déconcertitudes récréactions irrespectacularités improvisions improjections explositions psycauseries circonférences imperformances jazzbalalalubats des hauts débats de fond final triomphal en artifice opéra 68. Ouf ! Mots dits moqueurs moteurs mots tôt mobiles. Attention avant de transverser « les mots sont des masques qui n’ont rien à cacher ».
Les mots mutent et moquent aimantent les mots manquent matent et mentent
Il ne suffit pas de les croire mieux vaut les pratiquer
Il ne suffit pas de les lire mieux vaut les écrire
Et pour ce qui nous concerne, nous, les artistes d’en scène : les écrire à dire « Depuis tout petit déjà, j’ai pris un coup d’athéâtre sur la tête. » B. Lubat
Du dimanche 17 au samedi 23 août 2008 Villandraut (Gironde) Luxey Sore (Landes)

 24èmes RENCONTRES CINEMA DE GINDOU
En 2008, environ 80 films seront diffusés, répartis selon trois axes de programmation :
- La rétrospective des films d’Alain Tanner, en sa présence.
- La carte blanche à La Cinémathèque de Toulouse autour du thème des mouvements populaires.
- Les Vagabondages Cinématographiques, partie la plus importante de la programmation avec des courts et des longs métrages récents et souvent en avant première. Dans cette sélection figure le traditionnel programme de cinéma différent : en 2008, l’Agence du Court Métrage propose une sélection de documentaires d’animation.
Une séance en hommage à Djibril Diop Mambety sera proposée dans le cadre des vagabondages.
En parallèle des projections, le public pourra assister aux tchatches et aux apéro-concerts quotidiens, aux débats, aux rencontres professionnelles autour de la musique de films, aux expositions de photos….
Du 23 - 30 août 2008 - Gindou

 EXPOSITION : L'INTELLIGENCE D'UNE VILLE MAI 68 A LYON
Présentées dans l’exposition, les traces qui permettent d’écrire une histoire lyonnaise du moment 1968 existent et seront confrontées aux récits des témoins dans la journée d’étude du 26 avril : l’instrumentalisation du passé dans des usages politiques partisans ne résiste pas dès lors que l’on passe des idées reçues à l’Histoire.
Du 8 avril au 28 juin 2008 - Bibliothèque Part-Dieu -  LYON

 REVE GENERAL : CINEMA PUBLIC ET 11 SALLES DE CINÉMA PUBLIQUES DU VAL DE MARNE PROJETTENT MAI 68 !
Documentaires et fictions en courts et longs métrages, rencontres, conférences... autant de propositions variées pour revenir sur les 40 ans d’une contestation historique ! .Pourquoi Cinéma Public propose de projeter Mai 68 ?
Parce que la politique du gouvernement souhaite liquider cet héritage, il est important d’insister sur l’hommage à un mouvement – patrimoine historique - qui rappelle aujourd’hui le besoin d’opposition, de contestation, comme un salutaire et légitime moyen d’expression. Ce n’est pas un hasard si le cinéma, comme les autres formes artistiques, s’est emparé de la remise en cause, générée par 68, des modes de vie et d’expression tels que journaux, télé et cinéma « de qualité française » et rend compte de l’impact de Mai 68 par des films, des images, des textes... des personnalités, des idées. Parce qu’un parallèle est évident entre Mai 68 et des Etats Généraux du Cinéma en 2008 nécessaires et déjà à l’œuvre. A l’heure du rapport Perrot-Leclerc portant sur une régulation de la concurrence entre salles municipales et privées et profilant un cinéma à deux vitesses, du rapport du Club des 13, de l’arrivée prochaine des films en numérique et du problématique accès à ces films par les salles publiques, le désengagement de l’Etat est mis en cause…
La Culture comme l’Education ne peuvent pas déontologiquement – dans l’intérêt des électeurs que nous sommes ! - tomber aux mains de logique privée et d’intérêt de profit. Le cinéma est un art, une culture, un moyen d’éducation nécessaire, et en ce sens relève du service public ! En 2008, l’urgence qui remonte est celle d’une politique publique et d’intervention, qui ne laisse pas le domaine privé régimenter la Culture. Fêtons les Etats généraux du Cinéma de mai 
2008 ! Parce que l’association fête en 2008 ses 30 ans de batailles pour la défense d’un service public de cinéma ! Depuis le 1er juin 1978, Cinéma Public fédère les salles de proximité et les aide pour la diffusion des œuvres dans leur diversité. Mai 68 en Mai 2008 est l’occasion pour Cinéma Public de réaffirmer la nécessité de son réseau de salles pour construire et mener ensemble des manifestations cinématographiques. A l’heure des cartes illimitées, ce réseau coopératif et unitaire est plus que nécessaire, il encourage la circulation des publics dans les salles de proximité du département, tout au long de l’année dans cet esprit de « rendre service », un service culturel de cinéma. Il veille ainsi au maintien du bon fonctionnement de l’esprit critique du citoyen spectateur et à sa liberté d’aller vers des œuvres différentes, méconnues, des propositions de cinéma autres.
Faisons un rêve, un REVE GENERAL ! L’élan est donné pour une lutte prolongée … 
Du 3 mai au 20 juin 2008 - 

 REGARDS CRITIQUES : HISTOIRE DU CINEMA SOUS INFLUENCE DOCUMENTAIRE
Le premier cycle, sous le titre "Pour une histoire du cinéma sous influence documentaire", a été confié au réalisateur et critique Jean-Louis Comolli. Il proposera en dix séances de partager sa conception de la critique : "Nous nous proposons en dix séances, de janvier à juin, de parcourir à grands pas le territoire historique du cinéma, à la rencontre des expériences documentaires majeures qui le trament". "Des premiers films Lumière à Claudio Pazienza, nous nous donnerons pour tâche d’explorer les grandes formes d’écriture documentaire et leur influence sur les enjeux de sens, tels qu’ils surgissent aujourd’hui pour nous. Nous espérons pouvoir faire apparaître les liens entre l’évolution des techniques et les déterminations idéologiques à travers les manières de faire. Il s’agira, du même coup, de proposer une version plus active de l’histoire du cinéma."
Du 24 mars au 23 juin 2008 Cinéma 2 - séances à 19h30 - Entrée libre dans la limite des places disponibles BPI

 EXPO DAUMIER
Cette exposition propose une sélection d’environ 250 lithographies sur les 4 000 composant l’oeuvre imprimé de Daumier conservé, dans sa quasi-totalité, à la Bibliothèque nationale de France. Elle met en lumière l’évolution de l’écriture lithographique de l’artiste, originale dans sa graphie, universelle dans son message. De la Monarchie de Juillet à la chute du Second Empire, la longue carrière du lithographe pour la presse est évoquée par des pièces phares telles que Le Ventre législatif, La Rue Transnonain ou la Page d’histoire, mais aussi par des pièces moins connues, prélevées au sein d’une vaste « comédie humaine » en noir et blanc. Des réalisations contemporaines (Grandville, Traviès, Benjamin Roubaud, Gavarni, Cham, Beaumont, Nadar, etc.), placées en regard de ses oeuvres, permettent de mesurer l’originalité et la modernité de Daumier. 
Du 04 Mars 2008 au 08 Juin 2008 - Bibliothèque nationale de France, site Richelieu 

 EXPOSITION MAX SCHOENDORFF
Né en 1934 à Lyon, Max Schoendorff est un grand monsieur de la culture : metteur en scène et dramaturge pour le théâtre et l’opéra dans les années 1960 et 1970, fondateur de l’URDLA à Villeurbanne (centre international de l’estampe), cofondateur des revues de cinéma Positif et Premier Plan, décorateur pour Jean-Marie Straub et Danièle Huillet… Last but not least, Max Schoendorff se consacre depuis 1955 à la peinture. Peinture fortement marquée par le romantisme allemand, les figures d’Artaud et de Bataille, et par le surréalisme au sens large.
Au Musée des Beaux-Arts de Lyon - 8 mars au 9 juin

 LOUISE BOURGEOIS
"Cette grande figure de l’art contemporain aura été longtemps ignorée en France. Une rétrospective rend justice à cette artiste facétieuse et provocante, fidèle aux mystères de son enfance."
Du 5 mars - 2 juin 2008 - Centre Pompidou - Place Georges Pompidou - 75004 Paris 

 CINEMA DOCUMENTAIRE : MAI 68 DES LUTTES OUVRIERES
Le problème avec les anniversaires, c’est qu’on les fête. Les 40 ans de 1968 n’échappent pas à la règle. L’agacement est déjà là. L’écœurement pointe. Dans les médias dominants, nous assistons au sempiternel petit bal des leaders officiels. L’un d’eux, qui avait pourtant annoncé sa sobriété si ce n’est son abstinence commémorationnelle, se trouve au centre d’un documentaire, à la Une de deux hebdos bien pensants, et préface un ou deux albums… Pourtant, il se passe en France quelque chose d’équivalent au bicentenaire de la Révolution française. D’un côté un débat en toc avec ses tics, ronflant et en définitive réactionnaire, de l’autre une importante envie de savoir et de comprendre, de partager et de prolonger. Il en est ainsi du (long) mai 68 ouvrier en banlieue parisienne comme en province. Pour la première fois, au niveau de la programmation cinématographique et de la recherche historique - alors que des chercheurs qui n’étaient pas nés en 68 commencent à analyser l’événement - on constate une réelle envie de sortir du Quartier Latin et des figures imposées, une volonté de joindre des combats qui étaient effectivement liés, les luttes contre les dominations mais aussi contre l’exploitation économique, les mobilisations syndicales, politiques, féministes, écologistes et anti-racistes que seuls le dogmatisme, le sectarisme ou l’opportunisme - c’est déjà beaucoup- ont réussi à disjoindre. C’est dans cet esprit que Périphérie, en banlieue parisienne (en Seine-Saint-Denis pour être plus précis), à Saint-Ouen et à Saint- Denis, entend œuvrer. Nous voulons comprendre des itinéraires et des engagements (ceux de Jean-Pierre Thorn et Marcel Trillat), faire découvrir ou redécouvrir des collectifs de cinéastes, et approcher les mobilisations par sites, zones géographiques (le grand Ouest et la région parisienne) et par branches. Fêter ainsi 1968, en redécouvrant la nécessité et le plaisir de l’action collective, en ouvrant les yeux sur l’écran de nos rêves et de nos colères, c’est aussi combattre tous ses « liquidateurs ». Ni glamour, ni people donc. Mais du beau, du réflexif et du combatif. Tangui Perron
du 29 mai au 1er juin à l’Espace 1789 à Saint-Ouen et à L’Ecran de Saint-Denis

 COLLOQUE : LA CGT DE 1966 A 1984. L'EMPREINTE DE MAI 1968
L’institut CGT d’histoire sociale organise les 14 et 15 mai 2008 au siège de la CGT un colloque sur le thème: La CGT de 1966 à 1984. L’empreinte de mai 1968 Les évènements qui se sont déroulés en mai et juin 1968 ne sont pas survenus « comme un coup de tonnerre dans un ciel serein ». Le contexte économique, social et politique, l’environnement international ont été les ferments d’une rupture dont l’onde de choc s’est prolongée tout au long des décennies suivantes.
Quelles furent donc les causes et les configurations de ces évènements ?
À quels enjeux économiques, sociaux, internationaux, la CGT fut elle confrontées ?
Quels furent la place et le rôle des différents acteurs ?
Quels enseignements peut-on en tirer pour le syndicalisme d’aujourd’hui ? 
Colloque IHS les 14 et 15 mai 2008 à Montreuil

 SOIREE- DEBAT : LES LIP, L'IMAGINATION AU POUVOIR
Le film donne à voir et à entendre les hommes et les femmes qui ont mené la grève ouvrière la plus emblématique de l’après 68, celle des usines LIP à Besançon. Un mouvement de lutte incroyable, qui a duré plusieurs années, mobilisé des foules entières en France et en Europe, multiplié les actions illégales sans céder à la tentation de la violence, porté la démocratie directe et l’imagination à incandescence. Des récits entrecroisés, des portraits, une histoire collective, pour essayer de comprendre pourquoi cette grève porta l’espoir et les rêves de toute une génération. C’est possible, les Lip l’ont fait. "Les LIP, l’imagination au pouvoir", en présence du réalisateur Christian ROUAUT et de Charles PIAGET, animateur des grèves de LIP. 
Le 15/05/2008 - Cinéma Comoedia -13 avenue Berthelot 69007 Lyon

 2ème FESTIVAL DE LA BD ENGAGEE
 Cholet - 09,10,11 mai 2008.

 RETROSPECTIVE J.L. MANKIEWICZ
"... Un des plus brillants réalisateurs américains... Et l’homme le plus intelligent dans tout le cinéma contemporain." Jean Luc Godard
Du 8 mars au 6 mai - Institut lumière - Lyon 

 3è EDITION DECADE CINEMA ET SOCIETE : " LES ANNEES 68 AU CINEMA "
Certaines dates commémoratives passent inaperçues d’autres non… Cette année, mai 68 a ressurgi comme enjeu de débat. Fidèle à sa démarche de questionnements permanents sur les fils qui se tissent entre la société et le cinéma, l’association «Autour du 1er mai » a décidé de revisiter les années 68 et son cinéma.Comment le cinéma a-t-il regardé la société des années 68 ? Quels étaient les films les plus vus à cette époque ? Comment ont-ils été reçus par le public ? Annonçaient-ils le mouvement de mai ? Comment « Les évènements » apparaissent-ils ou pas dans les films postérieurs à 68 ? Comment la télévision a-t-elle parlé de mai 68 ? Ont-ils vieilli aujourd’hui ? .Décrypter ce que nous enseigne le regard sur la société d’alors, afin de comprendre le présent d’aujourd’hui, telle est notre démarche qui n’est pas passéiste, car interroger le passé immédiat (40 ans, c’est peu au regard de l’Histoire) pour appréhender le présent, c’est ce qui nous aide à regarder vers le futur. Fidèle à sa ligne de programmation, la Décade « cinéma et société » proposera des films de toute provenance, confrontant les genres cinématographiques différents que sont les films de fiction, les documentaires, les films « militants », les films publicitaires, les émissions de télévision… 
Du 24 avril au 4 mai 2008 - A Tulle et dans le pays de Tulle 

 LA SCAM DONNE CARTE BLANCHE A MARCEL TRILLAT
Guy Seligmann, président de la Scam est heureux de vous inviter à une carte Blanche à Marcel Trillat
Marcel Trillat, journaliste, réalisateur est un auteur engagé. Il a reçu le Prix Scam 2007 pour l’ensemble de son oeuvre. Sa caméra qui voyage dans la profondeur des régions, raconte l’usine, les hommes et les femmes au travail – ou sans travail – leur histoire, leurs désespoirs, leur solidarité… Tendre et lucide télévision qui rappelle des paysages oubliés et pourtant bien vivants. Dans la liste des films ayant reçu récemment la Bourse Brouillon d’un rêve, un Prix ou une Étoile en 2007, Marcel Trillat a choisi 5 films présentés à la Scam de février à avril, en présence de leurs auteurs. Soirées animées par Antoine Perraud.
De février à avril - 5 avenue Vélasquez 75008 Paris 

 7ème SALON DU LIVRE D’EXPRESSION POPULAIRE ET DE CRITIQUE SOCIALE
Rencontre populaire, festive, militante, le Salon du livre d’Arras se conjugue aux luttes du présent, tout en se référant aux grands rendezvous
historiques. Mai 68 sera donc de la fête pour son 40ème anniversaire !*. Voyez donc l’affiche de Franck Margerin : que c’est beau une barricade de livres, que c’est fort une avalanche de mots ! Cette année encore le Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale prolonge le travail de fond mené à longueur d’année par Colères du Présent en direction de ceux pour qui la lecture est d’accès difficile. Tous les acteurs du livre (lecteurs, auteurs, éditeurs, bibliothécaires, libraires) et les laboureurs du champ social (associations, syndicats, comités d’entreprises, centres sociaux…) seront rassemblés sur les pavés du coeur historique d’Arras, en ce jour symbole des luttes de transformation sociale. Un 1er mai synonyme également de fraternité avec les peuples qui se battent pour sauvegarder leur identité, leurs droits les plus élémentaires ou conquérir de nouvelles libertés. Venus de partout, les nombreux auteurs présents sont souvent témoins, porte-parole ou éclaireurs de nos nécessaires combats comme de ceux de tous les “Damnés de la terre”. Et puis, événement dans l’événement, c’est dans le cadre du salon
d’Arras que sera décerné le 4ème prix Jean Amila-Meckert, prix littéraire militant. Que vivent le 1er Mai et l’Internationale Littéraire !
Jeudi 1 mai - Arras - Colères du Présent

 DESTIN POSTAL
Film suivi d’un débat en présence du réalisateur, d’un salarié de La Poste ayant participé au film, et d’une sociologue du travail ayant étudié les transformations du travail à La Poste.Le Landy était un centre de courrier international situé dans le 18ème arrondissement de Paris. Il a fermé ses portes en 2002 laissant aux postiers un goût amer : celui d’une liquidation aussi inutile que brutale. Pendant deux ans, Daniel Ropars, postier au Landy, a filmé de l’intérieur les transformations du travail ainsi que les luttes sociales dans la mise en place des 35h et la lutte contre la fermeture du centre. A travers des images du travail et du fonctionnement collectif des postiers, le film donne à voir une face méconnue du service public, et permet de s’interroger sur le destin d’une vie collective face à un processus de privatisation .Durée du film : 76 min - Réalisation : Daniel Ropars (2004)
Mardi 22 avril A 18h30, Auditorium de la Bibliothèque de Lyon la Part-Dieu (entrée libre)

 SORTIE D'USINE - CONTES DU MONDE OUVRIER
Nicolas Bonneau obtient le prix du public au Grand prix des conteurs de Chevilly-Larue en 2006. La même année, il se lance dans un vaste collectage de paroles d’ouvriers en Poitou-Charentes, une enquête exempte de misérabilisme et de manichéisme. Seul, il donne chair et voix à des hommes et des femmes témoins de l’évolution de la société et nous plonge dans l’univers de l’usine. Humour et verve savamment distillés, incursion pertinente de l’actualité sociale et politique, interaction avec le public : entre coups de gueule et coups à boire, la voix d’une classe ouvrière dont on semble parfois oublier qu’elle existe encore.
- Conception, collectage, écriture et interprétation Nicolas Bonneau
- Mise en scène et collaboration à l’écriture Anne Marcel
- Scénographie Vanessa Jousseaume Lumière David Mastretta Chanson Hugues Pluviose Partenaires Cacef de Secondigny (79), Patronage Laïque de la Ville de Niort (79), les centres d’animation culturelle des villes de Mauléon et Cerizay (79), Cie les Oreillers Rouges (79), Cie le Théâtre d’Alice (44), Cie Entrées de jeu (75)
- Remerciements à Nicolas Marjault, Éric Premel, William Domenech et au Nombril du Monde (79) 
Parc de la Villette -  16 et 17 avril à 20h - 18 et 19 avril à 18h - 20 avril à 15h - Info/Résa 01 40 03 75 75 - http://www.rencontresvillette.com/ 

 COLLOQUE : AUTOUR DES IMAGES ET SONS DE MAI 68
Du 16 au 18 avril 2008, se tiendra un grand colloque international consacré aux "images et sons de Mai 68 (1968-2008)". Organisé par le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’Université de Versailles-Saint Quentin, l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et le laboratoire Communication et politique (LCP), ce colloque se déroulera à l’INA (Centre Pierre Sabbagh).

CONFERENCE : VICTOR GRIFFUELHES (1874-1922), LA CGT ET L'INDEPENDANCE SYNDICALE
Militant syndicaliste des Cuirs et Peaux, Victor Griffuelhes est secrétaire général de la CGT de 1901 à 1909. Convaincu que l’action syndicale est le seul moyen efficace pour libérer intégralement la classe ouvrière, il apparaît comme l’un des militants de la nouvelle génération, qui sortira du marasme des lendemains de La Commune. Le mouvement syndical était alors, divisé sur le plan de l’idéologie et de l’organisation. Victor soutient le développement de fédérations d’industries, car dit-il : « la méthode d’organisation doit correspondre aux conditions de la production ». Il apporte une conception claire de la stratégie et de la tactique syndicales, ainsi que la volonté de préserver l’indépendance de la CGT, il est un des auteurs de la Charte d’Amiens en 1906.
Mardi 8 avril 2008 de 12 heures à 14 heures au siège de la CGT - salle polyvalente 263 rue de Paris - 93100 Montreuil Métro : Porte de Montreuil ou Robespierre
Présentée par Susan Milner.

 IDENTITES SANS FRONTIERES,LE FESTIVAL DE CINEMA D'ATTAC
Une quarantaine de films, huit débats, autant d’occasions de s’extirper de la xénophobie ambiante et de réfléchir ensemble, autour d’une programmation
cinématographique de qualité. Nicolas Klotz, Ken Loach, Avi Mograbi, Charlie Chaplin, Chris Marker, Alain Resnais,... Les grands noms du cinéma côtoient des réalisateurs moins connus, à découvrir d’urgence.Éteignons les télévisions. Partageons le cinéma et la réflexion. Pour faire de la convivialité un art 
de penser et dépasser des frontières artificielles.
Du 2 au 8 avril - Cinéma Les 7 Parnassiens 98, bd du Montparnasse 75014 Paris - Festival de cinéma d’Attac

 A QUOI OEUVRE L'ART DANS L'ESPACE PUBLIC ?
Dix rencontres-débats, la projection d’un film inédit, un colloque franco-italien et quelques expériences originales, pour tenter de comprendre notamment comment, à l’heure où l’espace public apparaît de moins en plus public, menacé par l’uniformisation et des formes de dégradation symbolique, des artistes activent sa dimension publique, sensible, poétique ou politique.
Proposé par le Master Projets Culturels dans l’Espace Public, en partenariat avec Hors Les Murs, ce cycle réunit chaque vendredi soir à la Sorbonne, du 25 janvier au 28 mars 2008, plus de quarante intervenants : artistes œuvrant dans l’espace public, acteurs de l’urbain, opérateurs culturels, historiens, critiques d’art, géographes, philosophes...
Il sera question de la manière dont les artistes font marcher et sonner la ville (1, 2), de leur intérêt pour les interstices urbains (3) et pour les murs (en ouverture de chaque rencontre). Nous ouvrirons un grand débat sur la Nuit Blanche (4), explorerons l’espace public et les projets artistiques dans le monde virtuel de Second Life (5) et dans celui, bien réel, de Naples, sur les pas de Ernest Pignon-Ernest (6), après avoir étudié d’autres images et fictions suscitées par cette ville singulière (colloque franco-italien "Naples, territoires, images et fictions"). Attentifs à la diversité des modes d’intervention dans l’espace public, nous zoomerons sur les zones artistiques autonomes temporaires (7), suivrons des artistes travaillant en milieu rural (8) et interrogerons les raisons qui poussent des activistes à s’emparer des armes de l’art (9). Alors que se multiplient les dispositifs de surveillance, sans toujours que les citoyens ne s’en émeuvent, la dernière rencontre-débat du cycle (10) sera consacrée à la manière dont les artistes s’approprient les technologies de contrôle des lieux et des personnes et contribuent au développement d’un espace critique. Le cycle se clôturera par la projection de FACELESS, film de Manu Luksch réalisé à partir d’extraits de caméras de vidéosurveillance.
Des lieux : villes, rues, places, banlieues, campagne, friches, murs, univers virtuels... Des gens : plasticiens, circassiens, comédiens, écrivains, flâneurs, spectateurs, observateurs, militants, ruraux et urbains... Des actions : marcher, sonner, infiltrer, exposer, jouer, déjouer, afficher, pirater, protester, détourner, troubler...
L’entrée est libre et nous avons réservé de grands amphis ; venez nombreux ! - Sorbonne - Paris - Tous les vendredi de 19h à 21h du 25 janvier au 28 mars.

 30ème FESTIVAL CINEMA DU REEL 
Depuis 1978, le festival international de films documentaires Cinéma du Réel est un rendez-vous international de référence, où public et professionnels découvrent films d’auteurs confirmés ou films de nouveaux talents, l’histoire du cinéma documentaire comme les propositions contemporaines. Sur les écrans du Centre Pompidou, mais aussi du Centre Wallonie-Bruxelles, du cinéma MK2 Beaubourg, de l’Hotel de Ville de Paris et de plusieurs salles de la région Ile-de- France, le festival programme une centaine de films dans ses différentes sections.
- Compétition internationale et Compétition française
Une cinquantaine d’inédits, des rencontres et débats avec les cinéastes.
- Rétrospectives et programmes spéciaux
Americana 67-72 : Something’s Happening Here…
- Sélection de films où l’engagement et les exigences des mouvements (contre la guerre au Vietnam, pour un pouvoir noir, pour changer la vie) se traduisent en élans de cinéma, en inventions de récits, en réinvention du documentaire et de la fiction. Ce programme comprend un hommage à Shirley Clarke et un hommage à Jim McBride.
- En Asie du Sud Est
De Kuala Lumpur à Manille, de Bangkok à Jakarta, le documentaire donne des images et des sons à des histoires longtemps enfouies. En témoignent les travaux de quelques cinéastes, dont : Garin Nugroho, Amir Muhammad, Raya Martin. Hommage à Lav Diaz, grand poète philippin du cinéma, auteur de films puissants où documentaire et fiction se fondent dans l’expérience lyrique.
- Images / Prison : visions intérieures
Dans plusieurs pays européens, le cinéma, et le documentaire en particulier, sont au centre d’ateliers de réalisation, de projection et d’écriture institués dans les institutions pénitentiaires. Le festival propose une sélection de ces films. Il s’agit de comprendre ce qu’ils mettent en mouvement chez ceux qui les font et auprès des spectateurs qui, “dehors”, les regardent.
- Théâtre du Réel
Dans la ligne du premier “Théâtre” tenté en 2005 avec Frederick Wiseman, cinéma et spectacle vivant se rencontrent autour d’un “réel” commun. Ce sera, cette fois, une certaine idée du voyage, celle de Vivianne Perelmuter et François Christophe, cinéastes perdus dans le rêve de Christophe Colomb, entre documentaires et fiction, d’île en île. Séquences de repérages, textes et sons tracent l’itinéraire d’un projet.
- Figures du tourisme : pour une histoire de la "vue"
La mise en spectacle d’une partie du monde par l’autre ne date ni du numérique ni de la miniaturisation de la "prise de vue". Des débuts du cinéma à aujourd’hui se joue l’histoire du "jamais vu" "et du "déjà vu". Le tourisme contemporain, avide "d’authentique" ou de "découverte", est au centre de nombreux films chargés du rêve d’impossibles "premières fois". Les cinéastes s’emparent des images touristiques, les scrutent et les recomposent. Touriste devenu personnage et image touristique devenue matériau critique guident un programme qui mêle documentaires et fictions, des origines à aujourd’hui, films et vidéos d’artistes plasticiens… pour un questionnement de la "vue" contemporaine.
En collaboration avec le MNAM (Collections Cinéma et Nouveaux Medias), avec la participation du MK2 Beaubourg et de l’ACRIF.
- La HD et le point – Le sonore et son design
Cinéastes, chefs opérateurs, critiques et techniciens nous aident à appréhender l’impact de la HD et des technologies du relief sur l’expression filmique. Le documentaire est gagné par un ensemble de pratiques où l’infini des possibles techniques questionne sa relation au "réel".
Sur les écrans du Centre Pompidou, mais aussi du Centre Wallonie-Bruxelles, du cinéma MK2 Beaubourg, de l’Hotel de Ville de Paris et de plusieurs salles de la région Ile-de- France, le festival programme une centaine de films dans ses différentes sections - Du 7 au 18 mars

 HOMMAGE A LA COMMUNE DE PARIS 1871
Interventions sur Léo Frankel et les immigrés, sur Wroblevsky et la défense du XIIIe pendant la semaine sanglante, sur Blanqui, sur Marguerite Tinayre, sur Émile Duval. Inauguration de la place Émile Duval.
18 mars 2008 rendez-vous à 18 h place de la Commune pour un parcours dans le 13ème arrondissement - Paris

 EXPOSITION : « FEMMES AU TRAVAIL,3 PAS EN AVANT,2 PAS EN ARRIERE »
Dans le cadre de la « Semaine des Femmes », Exposition du 4 Mars au 21 Mars 2008.
Vernissage Mercredi 5 Mars à 18h30 avec Corinne PROVOST, photographe : Association Emulsion 
Maison de Quartier de l'Immaculée Le point du jour - 44600 Saint-Nazaire 02.51.10.11.20

 ANDRE GORZ : PERSPECTIVES POUR PENSER LE TRAVAIL AU XXIème SIECLE
Disparu à l’automne 2007, André Gorz était journaliste et philosophe, co-fondateur entre autres de la revue Les Temps Modernes avec Jean-Paul Sartre. Sa pensée sur la problématique des évolutions de la société industrielle a marqué l’histoire intellectuelle française. Plus encore qu’un hommage, cette manifestation sera l’occasion d’évoquer son analyse des métamorphoses du travail, ses propositions pour sortir de la société salariale et sa contribution à l’écologie politique.
Au programme
Échanges avec Marc Kravetz (journaliste et reporter), des membres de la revue Transversales (science/culture) et d’autres invités, introduits par Yovan Gilles de la revue Les périphériques vous parlent.
Intervention de Claire Villiers, vice-présidente du Conseil régional d’Île-de-France autour de cette question : qu’en est-il de la démocratie dans le travail et du travail dans la démocratie, en résonance avec les idées d’André Gorz ? Un collectif s’est constitué en mars 2007 autour de cette question en vue de poser les bases d’un large débat public et de réinscrire la question du rapport social au travail dans le champ du politique.
Projection du film André Gorz de Marian Handwerker (28 min. - 1990, Belgique) 
Maison de l’architecture (Salle de la chapelle) 148, rue du Fbg St-Martin - 75010 Paris - M° Gare de l’Est
Samedi 15 mars 2008 de 15h30 à 20h30 - Projections, lectures, interventions, échanges 

 2ème FORUM D'HISTOIRE CITOYENNE
Depuis maintenant plus de vingt ans, Nantes-Histoire s’attache à promouvoir une histoire citoyenne, une histoire scientifique certes, mais une histoire qui s’adresse au plus grand nombre en voulant donner à chacun les outils de réflexion nécessaires pour faire ses choix citoyens en toute conscience.
Plusieurs ateliers, parmi lesquels : « Les usages politiques du passé », « Quelle place pour les services publics », « Penser le féminin / masculin », etc. 
A Nantes, le 15 mars, à partir de 9 heures, à la Maison des syndicats, boulevard de la Prairie au Duc.

 TRAVAIL CULTURE ET POLITIQUE
Face aux transformations des formes d’organisation du travail, à la déliquescence du collectif, à la perte du sens, à la pression de l’urgence, à la culture du résultat et à l’évaluation quantophrénique (maladie de la mesure)…
1/ qu’est-ce qui empêche l’expression individuelle et collective du mal-être au travail ?
2/ qu’est-ce qui permet(trait) de résister ?
3/ comment re-faire société ?
L’objectif de la journée est de mettre en commun les réflexions et les pratiques des acteurs issus de la recherche, de la culture et de la politique.
12 mars 2008 - Université de Paris 7, Tour Montréal, salle des thèses, 2ème étage - Laboratoire de changement social

 LA FRANCE "VIRILE". DES FEMMES TONDUES A LA LIBERATION
« La France sera virile ou morte », a-t-on dit en 1944. Virile, elle le fut, et les tontes des femmes accusées de collaboration en témoignent. Sur cet épisode de notre histoire qui, aujourd’hui encore, continue de susciter un malaise, on croyait tout savoir : ayant couché avec l’ennemi, des femmes avaient été violemment punies, dans un très court laps de temps, par des foules vengeresses et des résistants de la dernière heure. La recherche révèle notamment que la moitié seulement de ces femmes avaient eu des relations sexuelles avec les Allemands ; que les tontes n’eurent rien d’éphémère, puisqu’elles s’étalèrent de 1943 à 1946 - deux dates qui impliquent que, parmi les tondeurs, il y eut aussi des résistants et que les autorités, après la Libération, « couvrirent » cette pratique ; et que vingt mille personnes environ furent touchées, de tous âges et de toutes professions, dans la France entière.
Que s’est-il réellement passé ? Pourquoi des femmes ? Et quel sens donner à cet évènement ? 
Jeudi 13 mars 2008 à 19H30 avec Fabrice Virgili, Chargé de recherche, Irice-cnrs - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 

 CONFERENCE : PIERRE MONATTE (Syndicaliste révolutionnaire, fondateur de la Vie Ouvrière)
Dans le cadre d’un cycle sur les dirigeants éminents de la CGT, l’Institut d’Histoire Sociale consacre une conférence sur Pierre Monatte le jeudi 13 mars de 12h à 14h au siège de la CGT (*). Cette conférence sera présentée par Conférence présentée par Jean-Louis Robert, historien, professeur à l’Université 
Paris I. Répétiteur de collège après son baccalauréat, supportant mal les contraintes administratives, il démissionne. Il vient à Paris et fait la connaissance en 1902 d’Émile Pouget, secrétaire de la toute jeune Cgt et d’Alphonse Merrheim. Pour avoir plus de liberté, il devient correcteur d’imprimerie en 1904 et entre au Comité confédéral de la Cgt. Le remplacement qu’il fait à L’Action Syndicale de Lens lui offre une expérience directe du journalisme syndical. Syndicaliste révolutionnaire, il fondera avec Alphonse Merrheim en 1909 La Vie Ouvrière, revue qui pour lui doit être un lieu d’échange où les militants puissent trouver et apporter des enseignements sur leurs luttes. Sa vie durant, malgré tous les aléas, il restera résolument optimiste à l’égard de la classe ouvrière, pensant que la flamme révolutionnaire, si elle peut diminuer, ne peut pas s’éteindre. (*) au siège de la CGT - salle polyvalente-263 rue de Paris - 93100 Montreuil Métro : Porte de Montreuil ou Robespierre Possibilité de repas froid : 5 €. Inscription obligatoire. Institut CGT d’histoire sociale 263 rue de Paris - Case 2-3 - 93516 Montreuil cedex Tél. 01 48 18 84 90 - Fax : 01 48 18 84 52 

 LIP 1973-1976 - RETOUR SUR LA LUTTE
Cette année, Regards sur le travail change de formule. Au lieu d’un programme d’un mois parfois trop dense, nous déclinons le thème plusieurs fois sur l’année. Et pour débuter en beauté, un premier WE consacré au conflit LIP.Il y a trente-cinq ans débutait à l’usine LIP de Besançon l’une des grèves ouvrières la plus emblématiques de l’après 68. Un mouvement de lutte incroyable, qui a duré plusieurs années, mobilisé des foules entières en France et en Europe, multiplié les actions illégales originales sans céder à la violence, porté la démocratie directe et l’imagination à incandescence. C’est une grève qui même ici a bouleversé la manière de concevoir la lutte et porté l’espoir et les rêves de toute une génération. « Si le conflit LIP a tant marqué les mémoires, c’est sans doute parce qu’il a cherché à prolonger le mot d’ordre étudiant de mai 68 qui proposait de "mettre l’imagination au pouvoir" et de joindre l’utopie à l’agréable. Les acteurs de cette épopée n’étaient pas des héros. Ils ouvraient simplement des brèches dans le possible, ils montraient une voie. Ils inventaient au jour le jour une nouvelle façon de vivre ensemble, radicale, limpide. En même temps que du rêve, ils créaient de l’émotion. A leur insu, évidemment, tout occupés qu’ils étaient à se battre. » (Ch.Rouaud, Cinéaste). 
ESPACE DELVAUX - 7 ET 8 MARS 2008 - Place Keym, 1170 Watermael-Boitsfort - Belgique

 RETROSPECTIVE ALAIN RESNAIS 
"Ses dix-sept longs métrages sont autant de variations sur l’équilibre entre le solennel et la facétie, la rationalité et l’inexplicable. Son mot d’ordre est le mélange « sardine et confitures », associer dans un même film ce qui n’est pas fait pour aller ensemble, comme une histoire d’amour prétendument « de quatre sous » et la bombe atomique."
Rétrospective intégrale de ses longs-métrages et programmes de courts-métrages 
- Du 15 janvier au 5 mars 2008 - Institut lumière - Lyon 8è
- Du 16 janvier - 3 mars 2008 - Centre Pompidou - Place Georges Pompidou 75004 Paris
- Janvier 2008 - Cinémathèque de Toulouse - 69, rue du Taur 31080 Toulouse 

 TROIS INTERVENTIONS SCIENTIFIQUES POUR COMPRENDRE LE MONDE DU TRAVAIL
Travail et Culture vous propose trois rendez-vous, trois interventions scientifiques pour comprendre le monde du travail.
- Le 30 janvier : Les mots de la mondialisation, par Jean Gadrey, économiste à l’Université de Lille 1
- Le 13 février : La place de l’homme au travail, par Jean-Marc Fridlander, sociologue à l’Université Paris 7
- Le 5 mars : L’image du travail, par Thomas Heller, chercheur en sciences de la communication et de l’information à l’Université de Lille 1
Ça se passe à l’Escapade (Hénin-Beaumont) de 9h30 à 12h30 - Entrée libre - Informations et Réservations : 03.20.89.40.60 / info@travailetculture.org 

 RENCONTRE : DISCRIMINATIONS ET VIOLENCES SEXISTES AU TRAVAIL
L’observatoire départemental contre les violences envers les femmes organise une rencontre sur le thème des discriminations et violences sexistes au travail.
Les femmes représentent aujourd’hui près de la moitié de la population active, la place des femmes dans la société en a été profondément changée. Cependant, cette féminisation ne s’est pas accompagnée d’un réel recul des inégalités entre les sexes. Rendre visible la dimension sexuée du chômage, de la précarité, du travail à temps partiel imposé, des écarts de salaire, de l’orientation scolaire, permet de faire reculer la tolérance sociale aux discriminations sexistes. Le monde du travail est marqué par des rapports sociaux d’exploitation et aussi par des rapports de domination des hommes sur les femmes. La lutte contre les violences sexistes, contre les atteintes à la dignité au travail s’inscrit dans ce cadre. Le harcèlement sexuel, délit puni par la loi, peut entraîner pour les victimes des atteintes graves à leur santé physique et psychique, avec des arrêts de travail prolongés, des démissions. L’objectif de cette quatrième rencontre est de proposer aux professionnels de la jeunesse, des secteurs sociaux, médicaux, éducatifs, aux juristes, aux professionnels de la formation, de l’inspection du travail, aux militants associatifs et syndicaux, un temps d’échange et de réflexion afin de favoriser le travail en commun de tous les partenaires. Lundi 6 mars à partir de 8h30 - Bourse du Travail - Bobigny 

 " MENAGER LA DISTANCE "
Réalisation : Nicola Farina (2006)
Film suivi d’un débat en présence du réalisateur, de trois salariés des bureaux de postes de Bollène, ayant participé au film, et de Guy Lambert, enseignant en cinéma à l’université de Provence. Réalisé dans le cadre d’une formation aux métiers du cinéma, ce film documentaire est une commande de la Mission Recherche de La Poste, visant l’étude du fonctionnement du « management à distance » auprès des petits bureaux de distribution dans le Vaucluse.
Le film nous invite à suivre de près une cadre en charge de trois petits bureaux de poste, se rendant successivement dans chacun d’eux pour transmettre aux équipes les dernières informations ou leur donner des coups de mains. A travers ses multiples déplacements, mais aussi son travail de gestion du personnel, nous découvrons ainsi de quoi est fait le travail quotidien d’un cadre dans une petite unité opérationnelle.
Ce film permet à la fois de s’interroger sur la question du statut du film de commande, de son usage privé dans l’entreprise et public à l’extérieur, et de mettre en débat les conditions de travail de l’encadrement de terrain dans des contextes de réformes.
Durée du film : 52 min
A 18h30, Auditorium de la Bibliothèque de la Part-Dieu (entrée libre) - Mardi 4 mars 2008 

 REPRISE
Réalisation : Hervé Le Roux (1997)
Séance "Autres Regards", projection suivie d’une discussion autour d’un verre.
Juin 1968. Les usines Wonder à Saint Ouen. C’est l’heure de la reprise du travail. Dans la foule, deux apprentis cinéastes de l’Idhec et cette jeune femme. Qui pleure. Qui crie. Qui assure qu’elle ne rentrera pas, qui dit que non, elle ne mettra plus les pieds dans cette taule dégueulasse...Trente ans plus tard, où est cette femme? Qu’est devenue Jocelyne ? Où est passée la classe ouvrière qu’on dit disparue. C’est l’heure de Reprise, le film enquête d’Hervé Le Roux
Durée du film : 3h12 
A 19h00, Au Zola, 117 cours Emile Zola 69100 VILLEURBANNE (métro République)

 LA CLASSE OUVRIÈRE C’EST PAS DU CINÉMA (5e édition) 
Cinquièmes Rencontres Cinématographiques organisées par Espaces Marx Aquitaine Bordeaux Gironde. En collaboration avec les librairies BD Fugue, Comptines, Librairie du Muguet et La Machine à Lire, et la radio « La Clé des Ondes ».
Attention ! Pour certaines séances (les films en soirée + Le Fond de l’air est rouge), les places sont en vente à l’avance.
Du 15 au 26 Février 2008 - Cinéma Utopia Bordeaux 5 place Camille Jullian 33000 Bordeaux - Programme

 " LES LIP L'IMAGINATION AU POUVOIR"
1973 : le conflit des Lip connait un retentissement considérable, conflit au sein duquel la CFDT, parmi d’autres, porte la lutte. 30 ans plus tard, la direction de la CFDT porte plainte contre des intermittents, des chômeurs et des travailleurs en lutte qui voulaient simplement savoir pour quelles raisons et au nom de quoi "les accords" les concernant avaient été signés.
La projection sera suivie d’un débat
avec :
- Christian Rouaud, réalisateur du film
- Irène Terrel, avocate
- Bernard Massera, ancien porte parole de l’inter-syndicale Chausson, délégué central CFDT
Samedi 16 février à 13h30 à La Belle Etoile - Compagnie Jolie Môme - 14 rue Saint-Just - La Plaine-saint-denis 93210 

 FORUM : DE LA PRECARITE A LA PAUVRETE - A QUEL HORIZON L'EGALITE PROFESSIONNELLE
     ET SALARIALE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ?

Le collectif national pour les droits des femmes organise un forum-débat "De la précarité à la pauvreté - A quel horizon l’égalité professionnelle et salariale entre les femmes et les hommes ? " le samedi 16 février 2008 de 9h à 18h, auditorium de l’Hôtel de Ville, 5 rue Lobau 75004 Paris.

 COMBAT ROCK
Que reste-t-il de "l’obscénité et la fureur" * de 1976 ?
Comme le dadaïsme, le punk est une étincelle, un réveil brutal et désordonné, une provocation désintéressée et sans lendemain. Sur ses cendres encore chaudes apparaîtra la New Wave, qui transforme les Landes mortes en territoires électriques, redéfinissant à nouveau les contours du rock. Ces mouvements du no future continus d’alimenter la bande son et l’imaginaire de nombreux cinéastes…
En proposant COMBAT ROCK, EST-CE AINSI…8e Journées cinématographiques dionysienne va chercher cette année les images témoins de ces engagements et de ses refus de la société à son intégration dans cette même société, de ses pulsions de mort à son énergie de vivre, de ses riffs subversifs, de ses messages de révolte…
La France ouvre la voix du cinéma au mouvement punk avec le film Mona et moi de Patrick Grandperret… et le seul cinéaste punk au monde est le français F.J Ossang !.Ils seront présents tous les deux au cinéma l’Écran, du 6 au 12 février 2008, avec une trentaine d’autres invités, pour ce COMBAT ROCK !
(* « L’obscénité et la fureur » : The Filth and the fury ! à la une du Daily Mirror, quotidien londonien, au lendemain de la première apparition télévisée des Sex Pistols en 1976) .
Du 6 au 12 février 2008 - 8e Journées cinématographiques dionysienne - Au Cinéma l’Écran, 14 passage de l’Aqueduc - 93200 - Saint Denis 

 IMAGES DE JUSTICE
Il serait tentant, dans un festival de films documentaires sur la justice de présenter des “images justes” . Or, s’il y a bien une balance pour peser les arguments de la justice, il n’éxiste pas d’instrument équivalent en matière de cinéma. L’image comme preuve est réservée aux caméras de surveillance : la caméra d’une banque peut confondre un voleur. La caméra du documentariste saisit du réel pour le découper, l’ interpréter et donner aux spectateurs les moyens de l’interroger. Comme l’indiquait Jean luc Godard, “Il n’ y a pas d’image juste, mais juste une image”. Selon le philosophe Clement Rosset, cette réalité mise à distance est la source principale du plaisir offert par le cinéma:“le cinéma nous offre tout ce que la réalité nous épargne alors qu’elle l’inflige à d’autres et pourrait nous l’infliger à nous mêmes : une condamnation à la prison ferme,...un tueur qui guette dans l’ombre”.(propos sur le cinéma” Puf) .La justice réelle n’est pas un spectacle pour ceux qui la vivent au quotidien. Elle le devient au cinéma, car ces personnes que nous voyons au procès sont devenus les personnages d’un film, la scène judiciaire projetée sur grand écran échappe au réel pour être dans un autre espace et une autre temporalité. Jusqu’où peut aller la transformation du spectacle en hystérie spectaculaire dans une société qui est à la recherche de plus en plus de transparence? Ces caméras de surveillance qui s’installent aujourd’hui sur nos écrans de télévision nous font redouter le pire, c’est à dire l’ abolition d’une distance critique et la transformation du spectateur en voyeur justicier, en pseudo juré solitaire affalé dans son canapé. Les films que vous verrez, tout au long de cette semaine, nous les avons choisi parce qu ’ils tentent d’échapper à cette idéologie de la transparence qui veut tout voir au grand angle . Parce qu’ils sont des regards de réalisateurs sur la justice, ils portent les récits d’une relation avec les humains que sont des juges, des avocats, des voleurs, des criminels, des détenus. Si il y a une vérité judiciaire ( et certains le contestent), il n’y a pas de cinéma vérité. Juste une vérité du cinéma. Si ces images nous aident à nous questionner ensemble sur le fonctionnement de la justice, elles doivent aussi nous questionner, aujourd’hui, sur la représentation du travail de justice.
Ariel NATHAN - Responsable de la programmation " images de justice ".
Du 4 au 10 février 2008 - Rennes - Renseignements : Arap : 02 23 20 43 28

 FESTIVAL BOBINES SOCIALES
Pour sa cinquième édition, le festival Bobines Sociales s’ouvre à nouveau par quelques séances hors les murs . L’occasion de se « délocaliser » le temps de quatre soirées gratuites dans divers lieux : les 28, 29, 30, 31 janvier donneront lieu à des rencontres et débats sur des sujets aussi différents que la vie d’une famille sans papiers à Paris, avec l’association Autre Monde , ou encore une ouverture sur l’Iran contemporain avec la projection, au Lieu-Dit , de Hors-Jeu de Jafar Panahi accompagnée d’une exposition du photographe iranien Reza au Lieu-Dit. Du vendredi 1er au dimanche 3 février, le festival réintègre le Studio de l’Ermitage pour 14 séances mêlant courts et longs métrages, fictions et documentaires avec comme temps forts :
Vendredi, le dernier documentaire très remarqué de Marcel Trillat, Silence dans la vallée suivi d’un débat avec le réalisateur. Samedi, à l’issue de la projection du Rideau de sucre de Camilia Guzman, passionnant retour sur une enfance cubaine, nous poursuivrons la soirée en compagnie du groupe italien Guappecarto . Dimanche, une séance d’archives marquera à sa manière l’anniversaire de Mai 68 avec des films militants rares et des interventions d’historiens. En soirée, une programmation autour d’Ulrike Meinhof commencera par une représentation théâtrale de Cellule 719, monologue évoquant son emprisonnement. Sera ensuite projeté Bambule, une fiction longtemps censurée, dont Ulrike Meinhof signa le scénario.
Du 28 janvier au 3 février - Lieux - Paris

 LE MONDE DU TRAVAIL AU CINEMA : LA SANTE MENTALE AU CINEMA
L’Institut des Sciences Sociales du Travail de l’Ouest de l’Université Rennes 2 (structure de formation universitaire pour les responsables syndicaux des régions Bretagne, Pays de la Loire et Basse-Normandie) organise la cinquième édition de la manifestation cinématographique « Le monde du travail au cinéma », le 1er février 2008, en partenariat avec l’association Clair Obscur et le service culturel de l’Université Rennes 2, avec pour objectif de susciter un débat entre syndicalistes, universitaires et représentants du monde du cinéma.
ISSTO, Université Rennes 2, Le Tambour, place du recteur Le Moal, Rennes - Le 1er février 2008

 CYCLE  LES JEUNES AU BORD DU TRAVAIL
En partenariat avec les associations Ciné-Travail et Formation Action Citoyenne 
MJC du vieux Lyon - 5 place St jean (entrée par la rue de la Brèche) 69005 Lyon - Du 17 au 31 janvier

 LES YEUX ROUGES
De Dominique féret - Conception et mise en scène Julien Bouffier
Trois ouvrières de l’usine LIP à Besançon (Les montres LIP) racontent leur lutte pour sauver leur usine, il y a 35 ans. Cette résistance, exemplaire de solidarité et d’inventivité, a profondément modifié ces femmes. D’abord considérées avec hostilité et cruauté même par leurs voisins, ignorées par leur "liquidateur" et les instances politiques régionales et nationales, elles ont déclenché des élans de sympathie sur l’ensemble du territoire français, tant elles symbolisaient, la possible émancipation d’un système socio-économique libéral et machiste, par le pouvoir de l’imagination. Ces femmes, fières et fortes de leur lutte, ont repris en main les rênes de leur existence bouleversée, en laissant vivre ce qu’elle méconnaissaient d’elles-mêmes où qu’elles avaient tu jusqu’alors.
Le 15 janvier 08 à La Merise à Trappes (78) et le 1er février 08 à Sommières (30). 

 EXPO COURBET
Trente ans après la dernière grande monographie présentée à Paris, cette nouvelle exposition offre un regard différent sur l’oeuvre d’un peintre dont l’importance aux yeux des artistes comme des historiens n’a cessé d’être réévaluée et enrichie. 
Du 13 octobre 2007 au 28 janvier 2008 - Grand palais - Paris

 A LA REDECOUVERTE DES MOUVEMENTS ETUDIANTS DANS LES ANNEES 68
Quand « on » parle de « 68 », « on » parle souvent de mouvements étudiants... Et quand « on » parle de mouvements étudiants, « on » parle souvent de « 68 »... Dans ce colloque, nous vous invitons à déconstruire ce duo devenu inséparable en continuant à dépasser les images convenues régulièrement rediffusées. Nous voulons aller au-delà de l’ « écume des jours », d’une histoire-bataille faite de manifs ou d’une analyse culturaliste masquant les rapports de force sociaux et politiques qui constituent encore trop souvent l’horizon commun des analyses en présence. Nous voulons rendre intelligibles les différents possibles de ce « moment critique » en veillant à ne pas regarder et donner à voir ces « événements » et cette période qu’avec les lunettes des « gagnants » d’aujourd’hui ou de la veille. Colloque co-organisé par le GERME et la Mission CAARME.
Vendredi 25,samedi 26 janvier 2008 - Reims, Auditorium de la Présidence de l’Université de Reims - Champagne-Ardenne, Villa Douce.

 FESTIVAL LES INATTENDUS 
Une autre idée forte du festival, qui nous conforte dans le principe de sa nécessité, est de déceler, à travers les images que nous recevons ou que nous découvrons, les problématiques qui semblent retenir le souffle des réalisateurs. Une façon de faire dialoguer les films entre eux et d’interroger à travers les représentations qui en sont données le bout de monde qui nous entoure. Ainsi, dans plusieurs films, c’est la place du travail qui est explorée. Un concept que taraudent et épuisent les métamorphoses sociétales contemporaines, qui nous exhortent à devenir des entrepreneurs de nous-mêmes. Que ce soit autour d’activités ancestrales ou de petits boulots parfois absurdes, le travail, dont le déterminisme est mis en doute, y est scruté comme force de cohésion mais aussi d’aliénation. Une autre thématique récurrente est celle de l’acceptation d’une norme, qu’elle soit familiale, nationale ou sexuelle, et les stratégies d’inclusion et d’exclusion qui régissent le groupe, ses failles, ses forces et ses violences, ses frontières et leurs marges, visibles ou invisibles.
Festival de films (très) indépendants - Sixième édition - Du 21 au 27 janvier 2008 - Lyon

 FORUM : " TRAVAIL ET SYNDICALISME : CHANGER LE TRAVAIL,CHANGER LA VIE "
Cadrage:
Les axes de travail et d’orientation proposés par le forum seraient :
- Quelle coopération entre syndicalistes et chercheurs, pour rendre le travail réel plus visible, en faire un vrai objet de recherche et de mobilisation syndicale.
- Développer le travail sur le réel du travail avec les salariés pour agir contre l’intensification du travail et amener les salariés à reprendre la main sur le travail.
- Transformer les situations de travail et les organisations du travail en luttant contre la psychologisation du traitement du travail dans les entreprises et les services, pour une dynamique de sortie positive de la "mal-vie" au travail, pour une organisation du travail porteuse du bien travailler..
- La démarche syndicale de transformation du travail n’amène-t-elle pas à s’interroger sur la transformation du syndicalisme et de l’activité syndicale militante ?
Organisé par l’Institut de recherche de la FSU avec la participation de la FSU et de ses syndicats nationaux, de la CGT, de l’US solidaires, de la CFE-CGC...
22 et 23 janvier 2008 - Lieu : Conseil Régional d’Ile de France, 35 Bd des Invalides, 75007 PARIS.

"LES LIP,L'IMAGINATION AU POUVOIR" ET "FILS DE LIP"
« Les Lip, l’imagination au pouvoir » Réalisation : Christian Rouaud (2007)
« Fils de Lip » Réalisation : Thomas Faverjon (2007)
Séance "Autres Regards", co-organisée avec Écran Libre. Projection en « miroir » des 2 films, suivis d’un débat en présence des deux réalisateurs..
Samedi 19 janvier
A 17h, MJC Monplaisir - LYON 8è

 MA VIE S'APPELLE "PEUT-ETRE"
L’Association Travail et Culture (TEC/CRIAC), le Centre social et le Foyer de Jeunes Travailleurs de Quiévrechain sont heureux de vous inviter à la Lecture musicale Ma vie s’appelle "peut-être" par Margarida Guia (voix) et Erich Pralat (contrebasse), textes de Margarida Guia et Jean-Bernard Pouy.
Lecture-spectacle accompagnée d’une projection de photographies des peintures de Paul Bloas.
Débat : Quel monde du travail pour les jeunes ?
Intervenante : Séverine Misset, doctorante en sociologie (Paris 5).
Le mercredi 16 janvier 2008 19h00 au Centre social Rue du Calvaire à Quiévrechain 

 " REGARDS SUR LE MONDE DU TRAVAIL "
Proposé par Culture Commune et Travail et Culture. 
Une soirée de création sur le monde du travail à travers des textes et des images dans une ambiance musicale et rock’n’roll.
Jeudi 17 janvier 19h00 / 22h00 - Fabrique Théâtrale du 11/19, rue de Bourgogne à Loos-en-Gohelle


ARCHIVES 2007


 FORMATION : TRAVAIL,SUBJECTIVITE,SANTE
Cycle à destination des syndicalistes. Dans les entreprises, dans les syndicats, on parle de plus en plus de souffrance au travail... Est-ce lié à l’évolution de l’organisation du travail ? A la « pression » des décideurs ? Existe-t-il des stratégies managériales visant à exclure les plus faibles ? Il est de plus en plus question du harcèlement au travail ; des cas de suicide sur le lieu de travail commencent à faire débat... Comment entendre et prendre en compte les plaintes des salariés ? Que peut-on faire ? . Neuf journées avec Philippe Davezies
Délais d’inscriptions : (Attention, le nombre de participants à la formation est limité, pour permettre des échanges.) Les inscriptions seront prises par ordre de réception et seront closes au plus tard le 20 décembre 2007. Lieu de la formation Centre International de Séjour de Lyon 103, Boulevard des Etats-Unis 69008 LYON 

 
COLLOQUE : RISQUES INDUSTRIELS MAJEURS,SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES
La question des « risques industriels majeurs » est bien ancrée dans le débat public. Les interrogations sur les dangers générés par certaines activités (nucléaire, chimie, pétrochimie, sidérurgie, transports, ...) et la survenue de catastrophes, notamment celle de l’usine AZF de Toulouse, ont contribué à accroître l’attention tant de la société civile que des responsables industriels et politiques sur les risques ainsi engendrés. Les règlementations se renforcent ; les instances de concertation publique se multiplient. Cette évolution traduit la montée du thème des « risques industriels majeurs » comme problème sociétal. Les Sciences Humaines et Sociales s’avèrent insuffisamment visibles par rapport à des approches se focalisant sur les procédés plutôt que sur les aspects cognitifs, interactionnels, organisationnels et sociétaux. La « communauté » de recherche sur les risques industriels est assez mal identifiée. L’objectif de ce colloque est de repérer et de confronter les objets et terrains de recherche privilégiés et, par voie de conséquence, de mettre au jour ceux qui sont relativement délaissés. Cette démarche doit ainsi favoriser l’émergence de nouvelles orientations scientifiques et contribuer à dessiner de nouveaux programmes de recherche.
Colloque, Toulouse, 6 et 7 décembre 2007

 DIALOGUE SOCIAL ET SANTE AU TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE
La santé-sécurité au travail a-t-elle toute sa place dans le dialogue social ? Aujourd’hui tout le monde s’accorde pour affirmer que l’amélioration des conditions de travail, la promotion de la santé et la protection contre les risques professionnels doivent être des enjeux partagés par l’ensemble des acteurs (employeurs publics, représentants du personnel, encadrement à tous les niveaux). Une politique de prévention, fondée sur le dialogue social ne permettrait-elle donc pas d’abaisser le taux d’absentéisme récurrent qui affecte les collectivités, de pallier l’augmentation régulière des affections contractées en service et des accidents et d’aider au reclassement ?
Les 2èmes Rencontres des Comités techniques paritaires et des Comités d’hygiène et sécurité (CTP&CHS) se proposent d’établir le lien entre santé sécurité
au travail et mise en oeuvre du dialogue social dans la fonction publique territoriale. Les Rencontres seront animées par Dominique Durand.
Une journée, trois tables rondes :
- Santé au travail, dialogue social, de quoi parle-t-on ?
- Où en est le dialogue social dans les collectivités ?
-Techniciens et Ouvriers de services des Etablissements publics locaux d’enseignement, et Agents des routes : quels enjeux en matière de santé au travail et de dialogue social ?
Vendredi 30 novembre - Maison de la mutualité - Paris

 SANTE AU TRAVAIL : QUELS NOUVEAUX CHANTIERS POUR LES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES ?
Colloque organisé par le GRIS et par le Département de médecine du travail de l’université de Rouen Avec le soutien de l’Ecole Doctorale « Savoirs, critique, expertise » .

 
CONFERENCE TMS (la CES passe à l’offensive contre la principale plainte de santé des travailleurs européens)
Les troubles musculosquelettiques (TMS) liés au travail concernent plus d’un travailleur européen sur trois. Les enquêtes menées aux niveaux européen et national confirment que le phénomène s’aggrave de manière générale. Loin d’être bénignes, les douleurs musculaires et squelettiques ont de lourdes conséquences sanitaires, sociales, économiques, psychologiques sur des millions de travailleurs européens de tous les secteurs. La CES a décidé de réagir. En collaboration avec le département Santé et Sécurité de l’ETUI-REHS, elle organise le 9 et 10 octobre 2007 à Bruxelles une conférence baptisée : "La CES à l’offensive contre les TMS". Il s’agira de la première étape d’un calendrier d’actions qui se dérouleront au cours des trois prochaines années. 

 MANIF NATIONALE POUR LE DROIT A LA SANTE, DANS LA VIE, A LA RETRAITE
Manif nationale à Paris le 13 octobre pour le droit à la santé, dans la vie, au travail, en retraite
Deux associations, la Fnath et l’Andeva appellent à participer à une manifestation nationale à Paris le 13 octobre 2007. La Cgt se joint à cet appel.
Ensemble, exigeons l’indemnisation intégrale des victimes d’accidents du travail et des maladies professionnelles et une politique de prévention des risques professionnels à la hauteur des enjeux de santé publique. La Cgt entend aussi agir pour s’opposer aux franchises médicales et à la Tva sociale et pour une autre réforme du financement de la Sécurité Sociale.

 COLLOQUE : SANTE,TRAVAIL,SCIENCES HUMAINES
 Colloque organisé par le GRIS et par le Département de médecine du travail de l’université de Rouen Avec le soutien de l’Ecole Doctorale « Savoirs, critique, expertise ». 

 
 SEMINAIRE EUROPEEN : A LA RECHERCHE DE BONNES PRATIQUES EN MATIERE D'EGALITE FEMMES/HOMMES
ET DE GESTION DES AGES
Immeuble de la CGT, salle Mezzanine - 263, rue de Paris 93556 Montreuil cedex - Métro : Porte de Montreuil (Ligne 9)
Jeudi 21 juin 2007 - Montreuil (France)

10ème FORUM : CARRIERE ET SANTE,UNE NOUVELLE  APPROCHE
L’augmentation du nombre de mises en retraite pour invalidité, ou d’arrêts pour raison de santé, pose de nombreuses questions aux collectivités et
établissements publics locaux, ainsi qu’aux partenaires sociaux. Dans le même temps, les nouvelles dispositions en matière d’emploi des personnes handicapées obligent les employeurs publics à réfléchir à l’adaptation des postes et à de nouvelles organisations de travail. Dans ce contexte, le statut est-il une source de difficultés supplémentaires ou un atout conciliant travail, carrière et santé ? C’est l’ensemble de ces questions qui traverseront les travaux
du 10e Forum, organisé à l’initiative de la Mnfct.
30 mai 2007 : Maison de la Mutualité, 24 rue Saint Victor - 75005 PARIS - (Métro : Maubert Mutualité) .Renseignements au : 01.41.93.49.54

CONFERENCE : MISE EN PLACE DU DECRET D'INTERDICTION DE FUMER SUR LES LIEUX DE TRAVAIL
Trois conférences sont organisées par Émergences à l’intention des membres des CHSCT et/ou faisant fonction.
Le 23 janvier à Montreuil - Le 5 mars à Lyon- Le 20 mars à Marseille - Le 10 mai à Bordeaux

 
 SOUFFRANCE AU TRAVAIL : DE QUOI PARLE T'ON ?
Il s’agit au cours de 2 soirées de comprendre comment la question de « la souffrance au travail » est posée aujourd’hui, de s’interroger sur les discours, les pratiques et sur les diverses approches possibles. Au cours de la seconde soirée, au-delà des constats, les pistes d’actions seront explorées pour intervenir sur cette question. Formation & Action Citoyennes - 38 quai Arloing - 69009 LYON - Le 18 et 25 avril 2007
Il est impératif de s’inscrire au préalable ( attention, il reste peu de place) auprès de :
- Courriel : nfraix@free.fr
- Téléphone : 06 82 16 48 04

 LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL
Animateur : Vincent de Gaulejac.Intervenants : Ginette Francequin, Maître de Conférences au CNAM - Fabienne Hanique, Maître de Conférences à Paris VII 
Journée d’étude à l’Institut de Sociologie Clinique - Le 27 avril 2007, de 9 heures 30 à 17 heures - 6 rue du Beauregard 75002 Paris

 RESPONSABILITE MEDICALE ET PRATIQUE PROFESSIONNELLE EN MEDECINE DU TRAVAIL
23ème JOURNEE DE PRINTEMPS DE LA SOCIETE DE MEDECINE DU TRAVAIL DU VAL DE LOIRE
Le vendredi 30 mars 2007 - Blois

 PROGRAMME DU SALON DES CE ET DES CHSCT
Paris, Espace Champerret, les 13, 14 et 15 mars 

 NOS PRATIQUES PROFESSIONNELLES FACE AUX NOUVELLES ORGANISATIONS DU TRAVAIL
DANS LES ENTREPRISES ET LES SERVICES DE SANTE AU TRAVAIL
Association Santé et Médecine du Travail - S.M.T. Samedi 10 mars 2007 - Paris

" VIE FAMILIALE / VIE PROFESSIONNELLE : UN ENJEU POUR L'EGALITE "
 
FORUM : TRAVAIL ET DEVELOPPEMENT DURABLE
Quand des syndicalistes s’intéressent au développement durable... ils pointent les responsabilités des entreprises et les enjeux posés aux acteurs sociaux. Mercredi 17 janvier, la Cgt consacrera une journée d’études aux relations entre le travail et le développement durable. Ce forum,ouvert à tous,se tiendra de 8h30 à 16h,à Montreuil. 



 LA COMMUNE (PARIS, 1871) 
Nous sommes en mars 1871, tandis qu’un journaliste de la Télévision Versaillaise diffuse une information lénifiante, tronquée, se crée une Télévision Communale, émanation du peuple de Paris insurgé… Dans un espace théâtralisé, plus de 200 acteurs interprètent, devant une caméra fluide travaillant en plans séquences, les personnages de La Commune – tout particulièrement la population du quartier Popincourt dans le XIème arrondissement – pour nous raconter leurs propres interrogations sur les réformes sociales et politiques (...) Créée à Montreuil en 1999 – dans les locaux de La Parole Errante d’Armand Gatti, là où Georges Méliès érigeât ses studios – La Commune est donc une création outsider. Avec un budget très faible mais grâce à l’étonnante énergie relationnelle de près de 300 comédiens et techniciens convaincus par la pertinence du sujet et l’évidence du propos, Peter Watkins, après 2 mois de préparation intense, a pu reconstituer et restituer en 13 jours – par un processus de tournage chronologique continu – l’exceptionnelle et effroyable expérience de La Commune. En se situant au plus près des gens du peuple – qu’ils soient gamins de la rue, ouvriers, artisans, petits patrons, fonctionnaires, soldats, intellectuels, curés, bourgeois…- dans le Paris de 1871, La Commune de Peter Watkins – en créant des passerelles avec notre société actuelle – nous réveille pour nous rappeler que l’histoire est un matériau vivant, en devenir, et qu’à tout moment nous pouvons en devenir les acteurs lucides, conscients et responsables.
Un film de Peter Watkins - Durée 3h30 version cinéma inédite - Sortie nationale le 7 novembre 2007 

 FILM : RUE SANTA FE
Rue Santa Fe est un film sur l’engagement politique, au plus près de la vérité d’une femme chilienne, Carmen Castillo, qui survit à son compagnon, Miguel Enriquez, chef de la Résistance contre la dictature de Pinochet, mort au combat, rue Santa Fe, dans les faubourgs de Santiago du Chili, le 5 octobre 1974.
Un récit tendu par une interrogation :
tous ces actes de résistance valaient-ils la peine ?
Miguel et les autres sont-ils morts pour rien ?
Au fil des rencontres avec les habitants de la rue Santa Fe, la famille, les amis, leurs vies, leurs visages, Carmen Castillo parcourt un chemin, qui va de la clandestinité à l’exil, des jours lumineux d’Allende aux longues années sombres de la dictature, avec tous ceux qui ont combattu et ceux qui résistent encore aujourd’hui. Se tissent l´histoire d’une génération de révolutionnaires et celle d’un pays divisé. La quête du sens de ces vies engagées nous conduira dans les sous-sols d’un pays amnésique où les morts ne sont pourtant pas morts et où les jeunes inventent, une nouvelle fois, un rêve.
Un film de Carmen Castillo

 UZESTE : L’UZESTVAL DU NOUVEL AN
Fêter en beauté la fin de cycle du légendaire Café L¹Estaminet d¹Uzeste (maison fondée en 1937 par Alban et Marie Lubat) par une édition manifestive
très spéciale de l¹avant-garde champêtre transartistique uzestienne saluant à travers l¹hommage rendu à Marie Lubat, sa déconstruction (lancement des
travaux : janvier 2008) et sa reconfiguration future (ouverture prévue : été 2008) en « L¹Estaminet théâtre amusicien », laboratoire de rercherche et
création transartistique contemporaine de la Compagnie Lubat de Gasconha et invités à résidence associés.
Avec : BERNARD LUBAT, MICHEL PORTAL, FRANçOIS CORNELOUP, BENAT ACHIARY, MARC PERRONE, LAURE DUTHILLEUL, ISABELLE LOUBÈRE, FABRICE VIEIRA, FAWZI BERGER, ETIENNE ROLIN, LUCIE FOUQUET, NATHALIE-DALILA BOITAUD, ANDRÉ MINVIELLE... [programme en cours d’écriture]
Du vendredi 21 décembre au samedi 5 janvier 2008 - Uzeste musical • visage village des arts à l’œuvre

 THEATRE : PORT DU CASQUE OBLIGATOIRE
Paladino, un palace de grand luxe est en cours de construction. Les entreprises engagées sur le chantier se démènent pour travailler dans les délais et satisfaire le commanditaire américain. Surviennent les vices de construction, les approximations, les difficultés de communication, les incohérences, les problèmes de coordination des travaux. Le chantier met à l’épreuve. Chaque personnage est pris dans le vertige, tour à tour monstre ou héros. L’Homme est mis à nu, sans masque, ni faux-semblant. Où et comment s’exprime encore la fibre humaine dans la grande machine de la production ? Y a-t-il une échappatoire ? Peut-on encore poser la question des réflexes solidaires ?.Les outils du théâtre, ici, sont la comédie, le rire, le burlesque… féroce…
du 30 novembre au 28 décembre 2007 - Théâtre de l’Aquarium - La Cartoucherie - route du Champ de Manoeuvre - 75012 Paris

 LA FORGE S'EXPOSE A LA GALERIE DU BAR FLOREAL
Avec la présentation Des choses et les débats des Cafés des faits, le collectif La Forge* va poser son aventure en devanture, mettre en vue son travail sur la réalité, se livrer, s’exposer, se risquer à la critique et éprouver sa raison d’être...
43 rue des Couronnes / 75020 Paris / M° Couronnes / tél. 01 43 49 55 22 - Du 23 novembre au 16 décembre 2007 de 14h à 18h30 
* La Forge est un lieu de productions artistiques, d’échanges, un atelier collectif qui travaille, à chaud, la vie, la société... 

 " LA CREATIVITE,UN ENJEU DE TRANSFORMATION SOCIALE ? "
Cette journée se propose d’explorer et de mettre en perspective, pour le présent et le devenir, la démarche du collectif et de la revue Les périphériques vous parlent par la présentation de leurs expériences et réalisations multiples. Celles-ci témoignent des résistances, des émergences et des innovations se manifestant dans les champs du social,du politique,des sciences humaines et économiques, des expressions artistiques et de la culture. Présence des amis de la revue,lecture de textes, projections de films vidéos, exposition de documents et du dispositif d’improvisation Musique/Danse Overflow impliquant le public, permettront d’aborder les questions explorées par les périphériques,qui touchent aussi bien à "la philosophie debout", à la relation entre geste sportif et geste artistique, entre esthétique et politique, puissance et pouvoir, afin de dessiner les horizons d’une culture autre que celle promue par les pratiques de consommation.
15 années de pensées et d’actions périphériques dimanche 16 décembre de 16h00 à 22h00 - Rencontre-Projection-Dégustation - Coproduction : Les périphériques vous parlent et la Cité européenne des Récollets - A la Maison de l’architecture (Salle de la chapelle) - 148, rue du Fbg St-Martin, 75010 Paris - M° Gare de l’Est 

 SOIREE DEBAT : J’AI TRES MAL AU TRAVAIL de Jean-Michel Carré
Stress, harcèlement, violence, dépression, suicide sont des thèmes de plus en plus fréquemment évoqués dans les médias à propos du travail. Depuis plus d’un an, Jean-Michel Carré a entrepris une enquête et une réflexion de fond sur le rapport qu’entretiennent les Français avec le travail et sa nouvelle organisation orchestrée par les nouvelles méthodes de management. Le film tente de comprendre au prix de quelles douleurs ou de quels bonheurs le salarié fabrique, résiste, crée, s’épanouit ou craque.
Lundi 17 décembre à 20h30 - COMOEDIA - 13 avenue berthelot 69007 LYON

 PENSER LA PLANÈTE
« Dialogues sciences-planète », du 13 septembre au 13 décembre, organisés par la Fondation sciences citoyennes, avec le soutien de la Ville de Paris et en partenariat avec Le Monde, Politis, La Revue Durable, La revue Ecorev’, WWF, Les Amis de la Terre, Ingénieurs Sans Frontières et Global Chance. Auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris, métro Hôtel-de-Ville) et à l’Ecole des Mines (RER Luxembourg), entrée libre sur réservation (Tél. : 09-54-06-54-09 ou 06-24-95-62-04,

 DEBAT :  AUTOUR DU SPECTACLE LE MONDE DU TRAVAIL AUJOURD’HUI
(entre les 2 représentations du spectacle à 16h et 20h30)
Yves Clot (professeur titulaire de la Chaire de Psychologie du travail du CNAM)
René Baratta (réalisateur et ergonome ayant réalisé de nombreux films dans le domaine du travail et de l’insertion sociale)
Jean-Pierre Burdin (membre du collectif de réflexion « Au Boulot ! Travail et Création », rassemblé par l’association Un sourire de toi)
entrée libre le 8 décembre à 18h - Théâtre de l’Aquarium - la cartoucherie - route du champ de manœuvre - 75012 Paris

 SEMAINE DU CINEMA ETHNOGRAPHIQUE : LE TRAVAIL
...Le travail demeure un élément majeur dans la construction de l’identité sociale et culturelle de chacun. Pour autant, sa place dans le champ des références individuelles et collectives est devenue beaucoup plus complexe à établir qu’il y a une trentaine d’années. À cela quelques raisons : fin des certitudes idéologiques, mondialisation économique et financière, mutations et crise de l’emploi, tendance de la société à se fragmenter en groupes, « tribus » et communautés, place accrue accordée aux loisirs et au hors-travail.
Semaine du cinéma ethnographique,13 ème édition - Caen - Cinéma Lux, du 26 novembre au 02 décembre 2007

 FESTIVAL : A NOUS DE VOIR - SCIENCE ET CINEMA
Du 22 novembre au 2 décembre, à Lyon, le festival « A nous de Voir – Science et Cinéma » propose plus de soixante-dix films (et de nombreux débats) autour des enjeux de la science. Au Théâtre de la Renaissance, 7, rue Orsel, Oullins (69).

 J'AI TRES MAL AU TRAVAIL
Jean-Michel Carré : Plutôt « et si on s’arrêtait ne serait-ce qu’un moment pour réfléchir ». D’ailleurs, lorsqu’une grève dure, les réflexions des salariés débordent les strictes questions de leur condition de travail. Or, si les 35 heures ne servent qu’à s’écrouler chaque soir devant TF1 et à aller au supermarché le week-end, on ne pourra les considérer comme l’invention du siècle. Je n’ai pas voulu faire un film contre le travail mais un film qui pose les termes du débat dans sa globalité. Car, quand bien même nous n’aurions qu’à travailler vingt heures, si c’était pour se faire suer, ce sera toujours vingt heures de trop. Et, pour moi, il était important de faire ce film avant la présidentielle. Car tout le monde doit s’emparer de cette question : les politiques, les syndicats, les associations mais avant tout chacun d’entre nous. Et pas demain. Mais, face aux enjeux de la mondialisation, dès maintenant. Parce qu’on est arrivé à un point de rupture. Et qu’il n’est guère étonnant que toute une génération se révolte lorsqu’elle se sait d’ores et déjà exclue du monde du travail. 
Film documentaire français de Jean-Michel Carré. (1 h 30.)

 SAVOIR(S) EN COMMUN : LE TRAVAIL
Dans la cadre de la 6ème journée des rencontres Universités-Société de Strasbourg, le thème sera le Travail. Ouvert à tous, quelques 100 spécialistes débattrons autour des questions de mutations, de reconnaissances, de cultures et de valeurs du Travail. 
Du 12 au 30 novembre 2007 - Universités de Strasbourg

 COLLOQUE : UNITE SYNDICALE,FATALITE DE LA DIVISION ? FRANCE (1943-1995)
Le pluralisme syndical français, inscrit dans la longue durée, ne cesse d’interroger. L’Institut CGT d’histoire sociale souhaite rouvrir la question à l’occasion du Colloque qu’il organisera à Paris, les 28 et 29 novembre 2007.

 APPEL A COMMUNICATIONS  : COLLOQUE INTERNATIONAL TRANSDISCIPLINAIRE " FILMER LE TRAVAIL - FILM ET TRAVAIL "
Université de Provence


Laboratoire d’Etudes en Sciences des Arts (LESA)

Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES)

Laboratoire de Sociologie du Travail (LEST)
 
 21, 22, 23, 24 novembre 2007 - Université de Provence / Cité du Livre / Institut de l’Image - Aix-en-Provence

 LE TRAVAIL C'EST LA SANTE !
Exposition, théâtre, projections & débats autour de L’étourdissement, adaptation théatrale de Luc Clémentin d’après le roman de Joël Egloff.Cette thématique autour de la santé au travail naît de notre rencontre avec le metteur en scène Luc Clémentin. L’univers de « L’étourdissement » dénonce la pénibilité du travail et ses conséquences parfois extrêmes dans la vie des salariés qui y sont soumis. 
Du 22 octobre au 25 novembre - Confluences 190, Bd Charonne 75020 Paris 20ème - M°: Alexandre Dumas - Tel: 01.40.24.16.34 

 " LIBERTE,LIBERTE,CHERIE "
Ce mot que la République a inscrit au fronton de toutes les Mairies est plus que jamais au coeur de l’actualité humaine. Liberté de la presse, de conscience, d’aller et venir, de vivre décemment tout simplement. Comment a- t-elle été conquise, où s’arrêtet-elle au moment où le terrorisme nous hante, où le collectif disparaît. Le cinéma sur ce thème est d’une richesse immense et couvre bien sûr le monde entier. Depuis 18 ans, le Festival croise les regards du cinéaste et de l’historien, pour une meilleure compréhension de notre société contemporaine. Le 18e Festival international du film d’histoire sera consacré au thème "Liberté, liberté chérie". Cette édition se déroulera du 20 au 26 novembre 2007 à Pessac. 

 13èmes JOURNEES SANG D'ENCRE
L’intitulé exact du salon est "Journées autour du roman policier". Né de la passion de quelques personnes pour le roman policier, le premier festival Sang d’Encre a vu le jour à Vienne, en Isère, en novembre 1995. Organisé par la M.J.C. et la bibliothèque de Vienne, ces journées autour du roman policier ont acquis au fil des années une grande notoriété auprès des auteurs, des éditeurs, des libraires et du public. Sont décernés lors du festival plusieurs prix littéraires.

 SALON 2007 DU LIVRE D'HISTOIRE DES SCIENCES ET DES TECHNIQUES
La troisième édition du Salon se tiendra les 16, 17 et 18 novembre 2007, à l’Espace Robespierre à Ivry-sur-Seine. La thématique mise à l’honneur à cette occasion est l’enseignement de l’histoire des sciences et des techniques en relation avec les mutations sociales des derniers siècles. 

 OBEIR / DESOBEIR. LES MUTINERIES DE 1917 EN PERSPECTIVE
Rompant avec les lectures simplistes, les explications monocausales et la fausse alternative de la "contrainte et du consentement", nous souhaitons mettre au centre de ce colloque la complexité des phénomènes d’obéissance et de désobéissance, et du rapport dialectique qui les relie. Pour cela, on envisage une nouvelle lecture des mutineries de 1917 comme des autres désobéissances collectives survenues durant la Grande Guerre, appuyée sur une réflexion épistémologique et méthodologique de fond.
Colloque - 9 et 10 novembre 2007 - Craonne, Aisne

 7è RENCONTRES DU CINEMA CITOYEN : EXISTER / RESISTER
Exister, Résister, la septième Edition de Résonances, festival de l’engagement et de la citoyenneté, aborde des questions aussi primordiales que le respect des minorités ethniques, la lutte contre les lois injustes, les gouvernements totalitaires, la survie face au conflit. Mais également la lutte pour la dignité, la démocratie et la justice sociale. Et quelles que soient les formes que prennent ces combats, toutes les actions convergent vers un seul et même objectif : un avenir meilleur pour les générations futures.
Du 17 au 24 Octobre 2007 au Magic Cinéma de Bobigny

 NADIA ET LES HIPPOPOTAMES
Le jour de la grève nationale à la SNCF et dans d’autres services publics est projeté un film de fiction de 1999 ayant pour personnages principaux des
cheminots grèvistes en décembre 1995...
Débat à la suite du film Dominique CABRERA (sous réserve), réalisatrice et co-scénariste, et Philippe CORCUFF, sociologue, co-scénariste
Jeudi 18 octobre 2007 19h - "Le Comoedia" 13, avenue Berthelot - Lyon 7° 

 HISTOIRE DU MOUVEMENT OUVRIER
Cycle de deux soirées : mardi 9 et mardi 16 octobre 2007. Animé par J.-P. Cotton et Sophie Béroud. Inscription auprès de Jean-Luc Cipière.
Première séance : histoire du syndicaliste ;
Deuxième séance : la question politique dans le mouvement ouvrier, les conquêtes sociales et les résistances. Programme de FAC Lyon.

 SITUATION INGRESQUE
Ernest Pignon-Ernest, Situation ingresque, Musée Ingres, 19 rue de l’Hôtel de ville, 82000 Montauban, 05-63-22-12-91 - juillet-août: tous les jours 10h-18h
septembre-octobre: tous les jours 10h-12h et 14h-18h - tarifs: 6€ / 3€ - Jusqu’au 14 octobre

 CONFERENCE , EXPOSITION :  BIDONVILLES D'HIER , BIDONVILLES D'AUJOURD'HUI
Dans le cadre du projet européen BD, Bannir la discrimination de l’entreprise, Emergences et l’Institut d’Histoire Sociale organisent une rencontre autour de l’exposition Histoire et représentations des bidonvilles en Seine-Saint-Denis de 1954 à 1974, en partenariat avec le Conseil Général de Seine-Saint-Denis.
Au cours de cette journée intitulée Bidonvilles d’hier, Bidonvilles d’aujourd’hui nous aborderons le logement et l’emploi en tant que lieux de participation à la société et vecteurs d’intégration ou d’exclusion. L’histoire, les images, la sociologie et des témoignages de vie rappelleront que ce qui était un défit hier, perdure aujourd’hui et reste un enjeu pour demain. Dans le cadre du projet européen BD, Bannir la discrimination de l’entreprise un recueil de textes (témoignages de vie, chansons, poèmes) sur l’identité, les migrations et l’intégration sera le support d’une discussion sur la diversité et la discrimination dans l’emploi. Le vernissage de l’exposition Histoire et représentations des bidonvilles en Seine-Saint-Denis de 1954 à 1974, dans le patio de la CGT, sera l’occasion de revenir sur l’histoire du mal logement. Jeudi 4 octobre 2007. 

 FETE DE LA COMMUNE
la Fête de la Commune qui aura lieu le samedi 29 septembre de 15 h à 20 h, dans le 13e arrondissement de Paris, sur la place de la Commune (Paris 13e), avec Riton la Manivelle, Marc Perrone et Marie-Odile Chantran. Allocution suivie d’un débat sur "la Commune et la démocratie, avec Claude Willard, président des Amis de la Commune.

 YVES TANGUY 
"Si l’étoile de Tanguy s’élève toujours davantage, c’est qu’il est idéalement intègre et intact, qu’il échappe par sa nature à toute espèce de compromission. La peinture de Tanguy n’a guère encore livré que son charme: elle livrera plus tard son secret", écrivait André Breton en 1939. 
Du 29 juin au 30 septembre 2007 - Musée des beaux-arts 40, place Saint-Corentin 29000 Quimper

 5è EDITION DU FESTIVAL FEMMES EN RESISTANCE
Des barreaux. De métal ou de tissu, des barrières physiques, juridiques mais aussi humaines et mentales. Les sociétés ont forgé toutes ces entraves, souvent insidieuses, intégrées aux règles sociales et culturelles qui nient l’humanité des femmes et les enferment dans un statut de dominée, contraintes ou consentantes, soumises et culpabilisées. Mais elles résistent !! Brisant les chaînes conjugales, les dépendances familiales, refusant les pseudo protections, poussant les portes derrière lesquelles on dit les protéger, forçant les passages, s’exprimant devant et derrière la caméra, modifiant les lois oppressives, s’engageant collectivement… Les femmes construisent leur liberté. C’est cet esprit de liberté qui soufflera sur les films documentaires et les moments d’échanges de la cinquième édition du festival Femmes en Résistance
Centre culturel Jean Vilar 1, rue Paul Signac 94110 Arcueil - Samedi 23 et dimanche 24 septembre 2006.

 RODTCHENKO,LA REVOLUTION DANS L'OEIL
Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente, en collaboration avec La Maison de la photographie de Moscou, une rétrospective de l’œuvre photographique d’Alexandre Rodtchenko (1891-1956), figure emblématique de l’avant-garde soviétique révolutionnaire - 20 juin – 16 septembre 2007 

 BANDE DESSINEE ET CRITIQUE SOCIALE
À la Fête de l’Humanité . Le samedi 15 septembre 2007 à 17h00
La BD, nouveau territoire de l’engagement ?
Animé par Maud Vergnol. En partenariat avec le festival de la BD engagée de Cholet. Table ronde avec Etienne Davodeau, Kris, Chantal Montellier, Jeanne Puchol, Philippe Squarzoni. 

 HOMMAGE A RENE CHAR
À la Fête de l’Humanité .Le samedi 15 septembre 2007 à 17h45
Avec Jérôme Prieur, cinéaste et critique. En partenariat avec Arte, Jérôme Prieur présentera la projection du film qu’il a consacré à l’écrivain pour le centenaire de sa naissance. Longtemps chroniqueur et critique de cinéma, Jérôme Prieur fut chargé de programmes et producteur à l’INA de 1980 à 1989. Depuis 1987, il dirige une collection de films, Les Hommes-Livres. Il est surtout connu du grand public pour les documentaires qu’il a réalisé avec Gérard Mordillat, dont l’imposant documentaire historique Corpus Christi et la série L’Origine du christianisme, diffusée sur Arte 

 OPERA OVALE A LA COURNEUVE
 À la Fête de l'Humanité .Le samedi 15 septembre 2007 à 21h00, au stand des amis de l’Humanité.
Pour fêter la coupe du monde de rugby en France, Daniel Herrero, André Minvielle, Bernard Lubat et sa compagnie croisent paroles et musiques, passes, débordements, mêlées, essais. Troisième mi-temps : coup de gorgeon et bal. 

 TRAVAIL : QUELLES SOUFFRANCES ? QUELLE LIBERATION ?
Un colloque public sur le travail aura lieu samedi 15 septembre à la Fête de l’Humanité « Travail: quelles souffrances ? Quelle libération ? »
De 10 heures à 13 heures, sur l’espace Agora de l’Humanité, des spécialistes du travail, chercheurs, sociologues, psychologues, philosophes, syndicalistes, présenteront des communications et échangeront avec le public. A la faveur de la campagne présidentielle, la question du travail est revenue au centre du débat politique. Parallèlement, l’actualité sociale, les études et statistiques montrant la dégradation de la santé au travail, l’explosion du stress, les interrogations de plus en plus fortes sur les finalités du travail, mais aussi la série de suicides de salariés survenus ces derniers mois, soulignent l’existence d’un profond malaise chez les travailleurs. Le sentiment d’une « dévalorisation » est largement partagé. Qu’est-ce qui ne peut plus durer, aujourd’hui, dans la sphère du travail ? De quoi souffre-t-il ? Le travail: valeur morale à réhabiliter ? Ou activité essentielle pour l’épanouissement de l’individu, de plus en plus durement contrariée par la logique de la rentabilité financière ? Quelles perspectives pour le libérer ?

 RAISON D'AGIR
Le groupe de réflexion et de vigilance Hors Champ propose une réunion intitulée « Raisons d’agir », consacrée aux enjeux artistiques et culturels contemporains. 
Jeudi 13 septembre - 20h - Chapelle du Couvent des Récollets (Maison de l’architecture) 148, rue du faubourg St-Martin 75010 Paris - Métro : Gare de l’Est
Réservation indispensable : 01 40 35 00 98 - Participation aux frais : 5 euros 
La période qui s’ouvre semble mettre en péril la notion même de service public dans l’ensemble du monde occidental. Peu à peu, l’Europe met en place dans l’ensemble des pays qui la constituent de nouvelles règles pour imposer l’obligation de rentabilité et la concurrence là où il n’y a pas si longtemps prévalait un système, certes perfectible, mais fondé sur la notion de bien public, sur l’accès démocratique aux services collectifs et aux œuvres. Ce système, dont la France a été l’une des figures de proue depuis la fin de la dernière guerre mondiale, a permis à notre pays de développer une conception dynamique et courageuse dans le domaine de l’esprit en faisant échapper aux lois du commerce les «secteurs de l’immatériel» que sont l’éducation, l’art, et ce que l’on nomme la culture en général. Comment défendre la place de l’art et en particulier celles des arts vivants dans notre civilisation, lorsque cette notion de service public est mise en cause, lorsque la création se trouve soumise aux lois d’un échange marchand qui ne permet plus de tirer les imaginaires vers le haut mais se contente de s’aligner sur une paresseuse «demande» ?.Un groupe de réflexion et de vigilance pour l’art et la culture s’est constitué en mars dernier aux Bouffes du Nord, puis rassemblé au Lavoir moderne parisien autour d’un texte de base proposé par Cassandre/Horschamp. afin que les valeurs qui fondent notre service public de la culture puissent être défendues et ce dernier réaffirmé dans son principe, renforcé et actualisé dans sa pratique. Ce troisième acte ouvrira des champs d’action.
Principaux intervenants pressentis: Robin Renucci (Comédien, fondateur des rencontres de l’ARIA en Corse et Ile-de-France), Francis Peduzzi (Directeur de la scène nationale Le Channel à Calais), Patrick Champagne (Sociologue), Bernard Stiegler (Philosophe), Patrick Bouchain (Architecte), Nicolas Roméas (Directeur de Cassandre-Horschamp), Madeleine Abassade (Chargée de l’action culturelle à l’Institut Marcel-Rivière, la Verrière). (Liste non exhaustive).

 EXPOSITION : REGARDS SUR LA GUERRE D’ESPAGNE 
Cette exposition donne à voir un ensemble exceptionnel de documents et d’archives issus des collections du Musée de la Résistance nationale relatifs à la guerre civile espagnole (photos, imprimés, tracts, magazines, affiches, brochures, etc). Cette exposition permet de réliser l’ampleur et l’originalité des formes par lesquelles s’exprimèrent les solidarités du peuple de France envers la République espagnole agressée par les fascistes.
Au Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur Marne - 88 avenue Marx Dormoy - jusqu’au 31 août 2007

 3è CONFERENCE SCIENCES CITOYENNES
La 3e Conférence « Living Knowledge - Sciences citoyennes » se tiendra du 30 août au 1er septembre à Paris. Elle se veut « un espace d’échange international sur l’expertise citoyenne et la recherche participative ». 

 JOE STRUMMER
En tant que leader du groupe punk Clash à partir de 1977, Joe Strummer a profondément marqué l’existence de ses contemporains. Cinq ans après sa mort, cette influence perdure à travers le monde entier, plus forte aujourd’hui que jamais. Joe Strummer : The Future is Unwritten de Julien Temple est un portrait sans complaisance de Joe Strummer, qui est décrit non seulement comme musicien et légende du rock, mais aussi comme un véritable témoin de notre temps.
Date de sortie : 11 Juillet 2007 

 PERSEPOLIS 
L’enfance et l’adolescence en Iran et en Autriche de la jeune Marjane, qui découvre le monde… Adaptation par l’auteur, assistée de Vincent Paronnaud, d’une bande dessinée (autobiographique) à succès. On retrouve le noir et blanc et l’humour féroce de ce conte politique et humaniste dont le style évoque les films expressionnistes et les comédies italiennes de jadis.

 30e FESTIVAL DE CINEMA DE DOUARNENEZ
Le 30e Festival de cinéma de Douarnenez se tiendra du 18 au 25 août. Fictions, documentaires et débats quotidiens, avec notamment un retour sur notre imaginaire colonial et sur ses persistances dans notre société 

 ETATS GENERAUX DU FILM DOCUMENTAIRE DE LUSSAS
La dix-neuvième édition des états généraux se déroulera du 19 au 25 août 2007 - 07170 Lussas

 30è HESTEJADA DE LAS ARTS D'UZESTE MUSICAL « service minimum » drôle d’été de la Compagnie Lubat
Déviation par Saint-Symphorien (Gironde) le 16 août et par Sore (Landes) du 17 au 19 août 2007
Transartisticités mondialités créolisation individuation improvisation composition déconstruction

 FESTIVAL LA BELLE ROUGE
« La Belle Rouge », c’est du théâtre, de la chanson, du cinéma, de la musique et des ateliers incongrus C’est l’été, les vacances, on se ressource, on se prépare à la bagarre pour affronter le quotidien, et on le fait dans le plaisir parce qu’il fait beau… parce qu’on se retrouve entre camarades, on se fait de nouveaux amis. Parce qu’il y a tant de spectacles à voir, pour se désintoxiquer des médias, réapprendre la désobéissance et cultiver son impertinence. C’est aussi par la découverte, l’émerveillement et les rencontres que l’on s’organise, parce qu’aujourd'hui encore plus qu’hier, vivre c’est lutter !
Tous ensemble nous serons acteurs, spectateurs, campeurs, joueurs, orateurs de ces trois journées d’été.
27, 28 et 29 juillet - Saint-Amant Roche-Savine - renseignements : 01 49 98 39 20

ERROBIKO FESTIBALA (Le festival-monde)
L’écrivain martiniquais Edouard Glissant sera l’invité d’honneur de la XIIe édition d’Errobiko Festibala les 19, 20 et 21 juillet à Itxassou où création, rencontres et partage se conjuguent avec tous les talents artistiques d’ici et d’ailleurs. Penser et créer à l’heure où la mondialisation, marchande en particulier, semble tout uniformiser. Ce pari, Errobiko festibala le partage avec Edouard Glissant, figure intellectuelle majeure, qui sera l’invité d’honneur de sa douzième édition à Itxassou les 19, 20 et 21 juillet. Et plus encore. Le festival de créations contemporaines, d’expositions, de conférences-spectacles, de stages, mêlant tous les arts, a placé ses dernières éditions sous le thème de la transmission, de l’oralité et de "l’espace du Tout-Monde". C’est dire si "l’immense écrivain martiniquais" selon le mot de Beñat Achiary est en parfaite adéquation avec le projet d’Errobiko. 

 " FAIRE VIVRE LA DEMOCRATIE CULTURELLE : UNE EXIGENCE REVENDICATIVE ! "
Festival d’Avignon 2007 - Jeudi 19 et vendredi 20 juillet
Deux journées de réflexion proposées par l’activité confédérale de politique culturelle et l’Union départementale CGT du Vaucluse.

 FESTIVAL RESISTANCE 2007
Le flambeau du Festival du film Résistances, autrefois tenu par l’association AFA, est repris par un collectif de professionnels régionaux représenté par l’association ariégeoise « regard nomade » en partenariat avec l’Association des Amis du Festival Résistances, et par tous ceux qui ne voulaient pas voir mourir ce festival. Ce nouveau festival reste attaché à ses racines résistantes, et ouvre pour l’édition 2007 une salve de débats et de films toujours prêts àferrailler avec la pensée unique. Vous y verrez des films (fictions et documentaires) récents, ou en avant-première. Des films pas vus ou peu vus. Ceux qui ont connu une genèse difficile parce qu’ils ne correspondent pas aux critères des grands médias ou des grands circuits commerciaux.
Au programme de cette édition 2007 :
- La spécificité de Résistances est dans l’entrelacs du film et du débat.
- Résistances est un forum où les films n’ont pas fonction d’ornementation : ils viennent nourrir les débats, posent des constats ou sont porteurs de propositions.
- La sélection des films se poursuit jusqu’à la fin du mois de mai.
A l’instar de la programmation filmique, les thèmes des débats ravivent l’esprit de résistance :
- La culture insoumise,
- La télévision de service public, en région?,
- Les services publics sont-ils solubles dans la mondialisation?,
- Le développement à l’épreuve de l’environnement et vice versa... 
Du 5 au 8 juillet 2007 - une co-production Association Regards Nomades et les Amis du Festival Foix (09) – Scène nationale l’Estive
Adresse postale : Chibaudis – 09270 Mazeres - France - Tel : 05 61 25 98 98 - 05 61 69 36 32

 ATGET , UNE RETROSPECTIVE
A l’occasion du 150e anniversaire de la naissance d’Atget, une exposition de grande ampleur lui est consacrée qui s’attache aussi bien à analyser le contexte historique de la réalisation de son œuvre photographique - BNF - 27 mars 2007 - 01 juillet 2007

 EDF, LES APPRENTIS SORCIERS
Le comité Attac Paris 13 organise, le samedi 16 juin à 15 heures, une projection du film EDF, les apprentis sorciers, de Gilles Balbastre (52 min., 2006). Le film sera suivi d’un débat sur les conséquences de la libéralisation du marché de l’énergie. Avec Jean-Pierre Sotura, du Syndicat CGT Energie EDF- GDF (sous-réserve), et Marc Porcheron de Sud Energie. A la Maison des Associations du 13e, 11, rue Caillaux, Paris-13e (métro Maison Blanche). 

 LA LIBRAIRIE EPHEMERE S'INTERESSE AUX « PRATIQUES COLLECTIVES »
La lutte continue, prenons en mains nous-mêmes notre avenir, ne comptons que sur nos propres forces ! .Du 2 au 10 juin, à partir de 17 heures, au Lieu Dit, 6, rue Sorbier, Paris-20e, la Librairie Ephémère s’intéresse aux « pratiques collectives ». Exposition photographique, lectures, rencontres, projections, etc.

 FESTIVAL ETATS D'URGENCE
Si le thème de l’égalité entre hommes et femmes et de l’accession des femmes à des responsabilités politiques et économiques connaît un succès médiatique certain, les quelques acquis de la condition féminine, notamment juridiques et politiques, restent fragiles. Les discriminations à l’égard des femmes et la domination masculine perdurent et se recomposent, y compris dans des sociétés qui les renient. L’édition du printemps 2007 du festival Etats d’urgence offre ainsi l’opportunité, au travers de films suivis de débats, d’envisager différentes facettes de la condition féminine, hier et aujourd’hui, ici et ailleurs, pour inciter à ne pas se résigner à une émancipation féminine de façade. Du 2 au 11 juin - MK2 Quai de Loire : 7 Quai de Loire 75019 Métro Jaurès Paris.

 8è EDITION DE POLYCULTURE
 Polyculture est né en 1998 de la rencontre entre des artistes, écrivains, musiciens, plasticiens… De leur désir de confronter des idées, d’échanger des points de vue sur des passions communes à travers des soirées thématiques et des manifestations artistiques.
le samedi 9 juin 2007 à 19h à Villié-Morgon 

 MONTEE AU MUR DES FEDERES
L’œuvre démocratique de la Commune de Paris sera célébrée à l’occasion de la traditionnelle montée au Mur des Fédérée. Rendez-vous  Samedi 2 juin 2007 à 14 h 30 à l’entrée nord-est du cimetière du Père Lachaise, rue des Rondeaux, Paris 20e (Métro Gambetta). Allocution de Jean-Louis Robert devant le Mur des Fédérés. La cérémonie se terminera en chansons. 

 SORTIE DU DVD " LE DOS AU MUR "
Sortie du livre/DVD "Le dos au mur" - Tangui Perron /J.P. Thorn
Périphérie et Scope Editions ont le plaisir de vous inviter à la présentation du livre/dvd : Le dos au mur le 5 juin à 20h à l’Espace 1789 de Saint-ouen, en présence de Jean-Pierre Thorn et de Tangui Perron.
- Projections des suppléments inédits et de photos d’André Lejarre
- Accompagnement musical Marc Perrone et Eric Sterenfeld.
Espace 1789 : 2/4 rue Alexandre Bachelet 93400 Saint-Ouen, M° Garibaldi (ligne 13)
La collection histoire d’un film, mémoire d’une lutte revisite notre histoire sociale contemporaine et son expression cinématographique. Chaque titre réunit un documentaire de création tourné à la faveur d’un mouvement social et un livre qui inscrit la lutte, mais aussi le film, dans le contexte politique, historique
et cinéphilique de l’époque.

 60è ANNIVERSAIRE DU FESTIVAL DE CANNES AVEC VISIONS SOCIALES
Le cinéma est un art en quête constante de curiosité, de réflexion, de questionnement sur le monde qui nous entoure. Depuis plusieurs années maintenant, la CCAS (Caisse Centrale d’Activités Sociales du personnel des industries électrique et gazière) présente, pendant le Festival de Cannes, ses propositions dans le domaine culturel. Pour la cinquième année consécutive, elle s’associe à d’autres comités d’entreprise afin que les propositions cinématographiques et artistiques diffusées au Château des Mineurs de la Napoule soient accessibles à davantage de salariés. Ces propositions artistiques s’articulent autour du cinéma, mais s’ouvrent aussi aux arts plastiques, à la poésie, ou à la photographie et sont l’occasion d’échanges avec des réalisateurs ou des acteurs et de rencontres-débats avec des personnalités du monde artistique et politique. Les comités d’entreprise présents ont choisi cette démarche qui trouve tout son sens à travers des valeurs comme la dignité, l’humanisme et l’émancipation de l’être humain. Au-delà des débats actuels sur la standardisation du cinéma mondial, notre objectif est de faire découvrir, aimer, connaître de nouvelles cinématographies, françaises et internationales, tout en s’appuyant sur des films déjà produits, et ce au travers d’une sélection de dix-huit films en lien avec le thème du festival.
Du 18 au 27 mai 2007 - Films, débats et expositions, au Château des Mineurs, 318, rue du Capitaine de Corvette March, La Napoule (06). 

 " LES LIP L'IMAGINATION AU POUVOIR "
"Il faut les nommer et chérir leurs noms, Charles Piaget, Roland Vittot, Raymond Burgy, Jean Raguenés, tous ceux qui racontent trente ans après l’époque des Lip de Besançon, de l’occupation de l’usine à la confiscation des montres et à la mise en place du fameux système : « On fabrique, on vend, on se paie. » Là encore, le film n’a l’air de rien, strict défilé de têtes parlantes entrecoupé d’archives. Mais il y a quelque chose qui défie la convention, c’est le pari qu’une lutte puisse se raconter comme un roman dont les héros seraient à la fois les narrateurs et les témoins : les premiers surpris de leur émancipation."
Un film de Christian Rouaud 

 5ème FESTIVAL DE CINEMA D'ATTAC : L'HOMME MALADE DE SON ENVIRONNEMENT
 "...La cinquième édition du festival "Images Mouvementées" poursuivra avec ce nouveau thème la réflexion à la croisée des champs social, économique, scientifique et politique. Face à l’ampleur des questions que soulève le lien "santé-environnement" la difficulté majeure tient inévitablement dans la nécessité d’associer étroitement le combat écologique et le combat social. À la question "Quelle planète allons-nous laisser à nos enfants ?" il convient d’en associer une autre : "Quels enfants allons-nous laisser à la planète ?".
Du mercredi 16 au mardi 22 mai - Cinéma 7 Parnassiens - 98, boulevard du Montparnasse 75014 Paris - Métro : Vavin (ligne 4) 

 RETROSPECTIVE ERNEST PIGNON - ERNEST
...Depuis 25 ans, Ernest Pignon-Ernest choisit des villes, des lieux et y dessine des corps : des poètes de génie - Rimbaud, Nerval, Pasolini , mais aussi des anonymes - des immigrés expulsés, des sud-africains décimés par le sida, des femmes contraintes à l’avortement, des accidentés du travail  ou encore des citations de la peinture classique Caravage, Rubens, Michel-Ange...
Du samedi 10 février 2007 au dimanche 13 mai 2007 - PALAIS LUMIERE Quai Albert Besson 74500 Evian

 CINEMA ET MONDE RURAL : DES IMAGES QUI SE REGARDENT
...Parce que l’imaginaire collectif de la société paysanne, lorsque la France était encore largement rurale, fait partie de notre patrimoine culturel à tous. Comment le cinéma a-t-il regardé et retranscrit cet imaginaire, comment des cinéastes, souvent d’origine citadine ont-ils filmé la campagne, ses valeurs, ses questionnements ? Comment la parole des paysans apparaît-elle à l’écran ? Comment cohabitent des mondes, des types d’agriculture, confrontés à l’éternel question du « progrès » ? Comment l’engagement des agriculteurs a-t-il été filmé et témoigne d’une paysannerie debout qui lutte depuis des siècles pour garder sa terre et la cultiver comme elle l’entend ?.
2ème édition de la semaine de cinéma, co-organisée par Autour du 1er mai, Peuple et Culture et le cinéma Le Palace de Tulle - Du 27 avril au 5 mai 2007

 LES RENCONTRES DU PRE : « SECURISER » LA VIE ? 
Les Rencontres du Pré : « Sécuriser » la vie ? - Septembre 2006 - avril 2007
Au Vanilla Café, 48 rue André Joineau, 93310 Le Pré Saint-Gervais, M° Hoche 

 SOIREE PENARROYA
9 février-13 mars 1972… les ouvriers de l’usine Penarroya de Lyon sont en grève. Ils sont algériens, marocains, tunisiens employés à la récupération et à la fusion du plomb, du bronze et de l’aluminium. La grève a été dans de nombreux domaines exemplaire. Elle a en tout cas marqué l’histoire ouvrière par les salariés concernés, les revendications soulevées, la pratique collective, les formes de soutien hors de l’entreprise…
A cette époque, et alors que la réalisation d’un film ne bénéficiait pas des moyens numériques actuels, deux documentaires ont été réalisés : Un premier film de 18 mn : Penarroya, les deux visages du trust. Film préparé avant la grève pour la soutenir en cassant l’image de marque du trust et expliquant les revendications des ouvriers en lutte .
Un deuxième film de 54 mn : Comment se mettre d’accord. Film réalisé après la grève expliquant sa préparation collective et unitaire
Il n’existe pratiquement plus de copies de ces films qui viennent d’être numérisés pour nous permettre de nous replonger dans une période pas si lointaine ce qui représente une chance pour continuer à garder en mémoire des événements de l’histoire ouvrière locale.
La soirée exceptionnelle que nous vous proposons le 15 avril permettra de resituer ce conflit avec notamment la présence de :
- Laure Pitti qui travaille en tant qu’historienne sur cette lutte
- (sous réserve) d’un ancien délégué du personnel, animateur de la grève de Penarroya qui sera présent si sa santé le lui permet.
- Michel Leclercq qui a été un des animateurs du comité de soutien
- Philippe Davezies, enseignant chercheur en santé travail qui nous éclairera sur les enjeux passés et actuels de cette lutte 
Dimanche 15 avril à 19H00 au cinéma Le Zola de Villeurbanne

 VIVA UNE AGENCE DE PHOTOGRAPHES : 1972-1982
Cette exposition retrace l’histoire et la singularité de l’agence Viva (1972-1982). Elle regroupe une sélection de 150 images environ ayant marqué les moments fondamentaux de cette agence et le parcours de certains de ses membres. Agence fondée dans un état d’esprit communautaire, par huit photographes appartenant presque tous à la génération de Mai 1968 (Alain Dagbert, Claude Dityvon, Martine Franck, Hervé Gloaguen,François Hers, Richard Kalvar, Jean Lattes, Guy Le Querrec), Viva, comme Magnum son aînée, s’inspire de la formule de la coopérative. Groupement d’auteurs-artistes plus qu’agence de presse, Viva se distingue par une production d’images qui, entre actualité immédiate, reportage de fond et attitude purement créative, témoigne d’un certain recul par rapport aux événements. Viva fournit des sujets autonomes et construits revendiquant un engagement social, moral ou politique à travers une démarche esthétique individuelle. Cette exposition qui retrace l’histoire de ce collectif se penche plus particulièrement sur un style et une pratique photographique propre à chacun des auteurs présentés, et sur une époque, celle de la France des années 1970. 
du 30 janvier au 08 avril 2007 - Hotel de Sully - 62 rue saint antoine - Paris

 AVEC LE SANG DES AUTRES
de Bruno Muel - 1974 - 52’ - Mardi 3 avril - 14H30 : Projection / débat - Rencontre avec le réalisateur
Une descente aux enfers. Son direct et image simple, assourdissante image. C’est là l’essentiel de l’empire Peugeot: l’exploitation à outrance du travail humain; et en dehors, cela continue. Ville , magasins, supermarchés, bus, distractions, vacances, logement, la ville elle-même: horizon Peugeot. On parcourt le circuit, tout est ramené à la famille Peugeot. À Sochaux, autour du cinéaste Bruno Muel, de jeunes ouvriers décident de montrer leur (sur) vie, leurs conditions de travail, leurs luttes, tout ce que l’on ne voyait pas ailleurs.
Amphithéâtre - Ecole des Beaux-Arts de Valenciennes - Entrée libre – Réservation conseillée

 COLLOQUE : GENRE ET DEVELOPPEMENT
Ce sera l’occasion, pour les associations concernant la solidarité internationale ainsi que les droits des femmes, de se rencontrer, de partager leurs expériences et d’interpeller sur les enjeux fondamentaux de l’égalité entre les hommes et les femmes dans le développement économique et social aussi bien dans les pays dits du Sud que ceux du Nord. vendredi 30 et samedi 31 mars - Lille

 REGARDS SUR LE TRAVAIL
En organisant Regards sur le travail depuis neuf ans, Le P’tit Ciné s’efforce de proposer des images, des mots et des sons qui nous parlent du travail, de ses mutations et de ses représentations contemporaines.
Du 6 au 31 mars 2007 / Espace Delvaux, Cinéma Arenberg, Passa Porta, Musée du Cinéma, La Soupape.

 LA CROSSE EN L'AIR
« Notre père qui êtes aux cieux, restez-y ! » se plaisait à dire le camarade Prévert, son anti-cléricalisme devient cinglant quand face à la guerre d’Espagne et au front populaire, le pape Pie XI et l’Eglise choisissent la collusion avec les fascistes. A partir du 8 mars, et jusqu’au 1er avril, la Compagnie Jolie Môme interprète la pièce La Crosse en l’air, de Jacques Prévert. 14, rue Saint-Just, La Plaine-Saint-Denis. (Réservation indispensable : 01-49-98-39-20.) 

 THEATRES AU CINÉMA
Le 18e Festival « Théâtres au cinéma », qui se déroule du 9 au 25 mars au Magic Cinéma de Bobigny, propose deux hommages, à Sergueï Paradjanov et à Armand Gatti. Magic Cinéma, Centre commercial Bobigny 2, rue du Chemin vert, Bobigny (métro, bus, tram : Bobigny Pablo Picasso). ( Tél. :01-41-60-12-34.) 

 TRAVAIL ET CULTURE : L'HORIZON DES POSSIBLES
« Travail et culture : l’horizon des possibles, 3/4 - Temps libre et utopies sociales », samedi 17 mars à 20 h 30. Le temps libre est-il destiné à être ce temps vide dédié aux activités de consommation ? Ou peut-il, au contraire, représenter un espace de construction du sujet, de mise en œuvre de projets de vie, que seule semble permettre aujourd’hui la participation de chacun au travail dit productif ? Projection de Les hommes le dimanche de Robert Siodmak et Edgar G. Ulmer, suivie d’un débat avec Michel Lallement, professeur au Centre National des Arts et Métiers, auteur de Le Travail. Une sociologie contemporaine, Patrick Saurin, du Syndicat Sud Caisse d’Epargne Paris/IDF, et la rédaction de la revue Les Périphériques vous parlent. A la Maison de l’architecture (salle de la Chapelle), 148, rue du Fbg St-Martin, Paris-10e, métro Gare de l’Est. (Entrée libre - Réservation indispensable au 01-40 -05 -05-67 ou

 COMMEMORATION : COMMUNE DE PARIS
Le 18 mars, à partir de 15 heures, les Amis de la Commune de Paris se rendront sur les hauts lieux de l’histoire des communards : de la place Vendôme, à l’Hôtel de ville de Paris. Du 19 au 31 mars, une exposition, à la Mairie du 2e arrondissement, est aussi consacrée à la Commune. 46, rue des Cinq-Diamants, Paris. (Tél : 01-45-81-60-54 ; amis@commune1871.org) 

 PUTAIN D’USINE , PROJECTION DU FILM DOCUMENTAIRE 
"...Personne ne parle de ce malaise qui touche les ouvriers qui ont dépasse la quarantaine et qui ne sont plus motivés par un travail trop longtemps subi. Qu’il a fallu garder parce qu’il y avait la crise, le chômage. Une garantie pour pouvoir continuer de consommer à défaut de vivre. On a remplacé l’équipe d’après-midi, bienheureuse de quitter l’atelier. C’est notre tour, maintenant, pour huit heures. On est installés, dans le réfectoire, autour des tasses de café. Les cuillères tournent mollement, on a tous le même état d’esprit et aussi, déjà, la fatigue devant cette nuit qui va être longue."
En présence de Rémy Ricordeau, réalisateur du film - Mercredi 14 mars à 19H45 au CICP 21 ter rue Voltaire Paris 11e.

 FEMMES PRÉCAIRES 
Un film de Marcel TRILLAT - 2005, 81 mn
Cinq portraits croisés de femmes dans leur quotidien, au travail ou en famille. Employées ou ouvrières, elles touchent, comme tant d’autres, des salaires de misère. Elles témoignent à la fois de leur lassitude et de leurs espoirs. Plus de 3 400 000 salariés travaillent à temps partiel et gagnent moins que le SMIC. Mais dans ce nombre, en constante augmentation, huit sur dix sont des femmes. C’est avec Jo, Agnès, Danielle, Murielle et Zounika, filmées avec chaleur et respect, que Marcel Trillat explore la précarité et clôt la trilogie qu’il a consacrée au monde du travail. La projection sera suivie d’un débat animé par Isabelle BOURBOULON avec Marcel TRILLAT, réalisateur, et Christiane MARTY, Commission Femmes et Mondialisation d’Attac. 
Mercredi 14 mars à 20h au Centre Culturel La Clef – Images d’ailleurs 21 rue de La Clef 75005 PARIS - M° Censier-Daubenton

 " LA JOURNEE D'UNE INFIRMIERE "
La fédération Cgt de la Santé et Action sociale vous invite le  mercredi 7 mars 2007 à 19h30  dans le patio de la CGT 
à assister à la pièce de théâtre “ La journée d’une infirmière ”. Texte d’Armand Gatti - Mise en scène par Yvan Heidsieck.
263 rue de Paris - 93516 Montreuil cedex Métro : Porte de Montreuil ou Robespierre (ligne n° 9) 

 COLLOQUE : REINVENTER L'AUTONOMIE
Economiste, psychanalyste, philosophe, analyste critique de la politique, Cornelius Castoriadis est une figure marquante de la pensée contemporaine. 
Organisé à l’occasion des dix ans de sa disparition, ce colloque doit fournir l’occasion de repenser la notion d’autonomie, thème central dans le travail 
de Castoriadis, en interrogeant aussi bien les rapports entre théorie et pratique (première journée) que le problème de l’imaginaire social-historique 
(deuxième journée) ou la question des institutions politiques à même de favoriser l’accès des individus à l’autonomie dans le cadre d’une société 
réellement démocratique (troisième journée). Ce colloque devrait être l’occasion d’un travail de réflexion pour repenser les conditions d’un penser 
et d’un agir autonome avec Castoriadis. Colloque organisé par l’université Paris 8 et l’université de Cergy-Pontoise.
Jeudi 1er, vendredi 2 et samedi 3 mars 2007

 
COLLOQUE AU BOULOT ! TRAVAIL ET CREATION
- Comment être sujet dans son travail ?
- Comment la création artistique travaille-t-elle son époque ?
- Les artistes et les travailleurs ensemble dans la défense de la valeur Travail.
Lundi 12 février 2007 - Magasins Généraux (ICADE EMGP) - Bâtiment n° 210 - Accès Aubervilliers 45 avenue Victor Hugo,

 DAEWOO
François Bon restitue la parole aux ouvrières licenciées par Daewoo en Lorraine. En 2002, dix ans après leur implantation en Lorraine, les usines de fours à micro-ondes et de tubes cathodiques Daewoo ferment, laissant des centaines de salariées sur le carreau. Dans le cadre du travail qu’il mène sur la "parole sociale", François Bon a écrit une oeuvre qui fait entendre la voix de ces ouvrières. Mise en scène par Charles Tordjmann, la pièce a reçu un Molière et a rencontré un grand succès partout en France. 
ARTE - dimanche, 11 février 2007 à 09:20

 7ème EDITION DES JOURNEES CINEMATOGRAPHIQUES DIONYSIENNES
En empruntant son titre au livre de Peter Watkins, la 7ème édition des Journées cinématographiques dionysiennes se place sous le signe du cinéaste politique anglais et son regard critique sur les mass media audiovisuels. Avec près de 80 films, sans barrière de durée, de genre, de limites stylistiques ou géographiques, et de nombreux débats avec des cinéastes ou des représentants de la société civile, cette édition invite à réfléchir au rôle et à la place des médias aujourd’hui où, plus que jamais, le visuel est roi et où information et actualité, information et spectacle, se confondent. MEDIA CRISIS permettra également de voir comment s’imaginent les alternatives à cette communication officielle à travers des réseaux indépendants exploitant les films, la vidéo ou Internet. 
Du Mercredi 07 Février 2007 au Mardi 13 Février 2007 - 14, passage de l’Aqueduc 93200 Saint-Denis 

 FESTIVAL DOCUMENTAIRE SUR L'HISTOIRE COLONIALE
Nos invités : Outre les réalisateurs présents nous inviterons des historiens, des journalistes ou de simples témoins de l’époque coloniale à partager leur point de vue...
Du 3 au 11 février la Ville de Paris et Confluences - 190 boulevard de Charonne 75020 Paris.

 REGARD D'UN PARISIEN SUR LA COMMUNE
La Bibliothèque historique de la Ville de Paris propose du 9 novembre au 4 février 2007 dans le cadre du Mois de la Photo à Paris, la découverte de photographies inédites sur la Commune, depuis le Siège de Paris jusqu’au début de l’été 1871. Ces photographies sont issues d’un fonds exceptionnel de quelques 500 plaques de verre, composant le reportage inédit d’un photographe méconnu.Salle d’exposition 22 rue Malher 75004 Paris 

 AUTOUR DE L'HISTOIRE D'ANTOINETTE
Au croisement des histoires spécifiques de la presse, du féminisme et du syndicalisme, l’aventure du magazine de la CGT Antoinette a comporté sept 
étapes: les prémisses avec La Revue des travailleuses (1952-1955),les débats sous la conduite de Germaine Guillé (1955-1958), les années de classicisme 
syndical (1959-1964), une première ouverture aux problèmes de société (1964-1975), la radicalisation du discours féministe (1975-1981), la tentative de rééquilibrage syndical (1981-1986), le déclin (1986-1990). 

 
FESTIVAL BOBINES SOCIALES
Cette année, le festival propose, en plus de sa programmation du week-end au studio de l’Ermitage, des soirées thématiques dans différents lieux du 20ème arrondissement.Du 22 au 28 janvier 2007.



   
© comprendre-agir.com 2005 ::: Site créé par OPREO ::